L'entrée
L'entrée
Portrait et Autoportrait
Portrait et Autoportrait

          Pourquoi "la Mare au poivre" ? Parce que ce lieu est placé sur la commune de "la Mare au sel", bien sûr ! Et que "pour personnaliser un plat, il faut du sel et du poivre" !

          Alexis Le Breton qui ne manquait donc pas d'humour, décédé en 2009, était paysan. Un paysan atypique, cultivant des plantes que les autres ne cultivaient pas, avec des procédés que les autres n'appliquaient pas ! 

         La retraite venant, il charge son notaire de lui trouver "un bois humide". Exigence qui s'est matérialisée lorsqu'un propriétaire habitant Rennes a mis en vente le sien où finalement il ne venait jamais. Mais les choses se sont compliquées lorsque, devenu propriétaire, Alexis Le Breton a interdit son bois aux chasseurs, aux amoureux, aux cueilleurs de champignons, aux chevreuils et aux sangliers, en posant des grillages ! 

          Qu'importent les querelles de clocher ! Heureux de posséder ce bois, Alexis a commencé à l'enrichir de nouvelles essences : chênes rouges, camélias, etc. (A sa mort, deux-cents variétés végétales orneront son parc). A réaliser une allée qui fait désormais le tour du bois. Et au fil des années, à creuser un ruisseau qui traverse le lieu ; et une mare pour récupérer l'eau de ruissellement, qu'il a empoissonnée d'ailleurs et qui fait aujourd'hui, le bonheur d'une bande d'oies blanches ! 

          Mare qui a donné son nom au bois, lequel –en toute modestie- est devenu "Seigneurie" (mais n'était-ce pas le nom des fiefs des seigneurs, au Moyen-âge ? 

Ici on entend gazouiller les éléphants
Ici on entend gazouiller les éléphants

          A quelques pas de l'entrée, se trouve la pierre qui semble indiquer que, dans son bois, Alexis Le Breton a trouvé le silence et la paix, puisque : "Ici on entend gazouiller les éléphants".

          Où a-t-il pu trouver cette citation qui apparaît, apparemment dans "Les inspirés et leurs demeures", livre du photographe Gilles Erhmann, qui fit découvrir des "environnements" populaires de poésie sauvage dont le plus connu est le Palais idéal du facteur Cheval.

          Elle apparaît ensuite dans la chanson intitulée "Le printemps", chantée par Vincent Malone : 

C'est le printemps;

les cailloux sont en fleurs,

j'entends le gazouillis des éléphants

dans le feuillage des poteaux télégraphiques.

Et encore dans le titre du film "Bricoleurs de paradis (le gazouillis des éléphants)" de Rémy Ricordeau paru en 2011.

          Enfin, plus récemment, Bruno Montpied dit l'avoir lue dans le bois d'Alexis Le Breton, et a intitulé "Le gazouillis des éléphants" paru en 2018, le livre-somme de tous les sites insolites, faisant de cet énorme ouvrage : "une tentative d'inventaire général des environnements spontanés et chimériques créés en France par des autodidactes populaires, bruts, naïfs, excentriques, loufoques, brindezingues, ou tout simplement inventifs, passés, présents et en devenir, en plein air ou sous terre (quelquefois en intérieur), pour le plaisir de leurs auteurs et de quelques amateurs de passage".

D'autant que, d'éléphants, il n'y en a pas dans le bois. Du moins n'en ai-je pas vu ! 

Sculptures en bois de Récup'
Sculptures en bois de Récup'

 

Très vite, Alexis Le Breton s'est attaché à ce bois qui est devenu son port d'attache. Gardant pour lui ses intentions, jusqu'au moment où il a commencé à sculpter. en pommes de pin qu'il ramassait sous les arbres de son bois.

          En bois parfois, lorsqu'il trouvait des morceaux de troncs évocateurs. Après la tempête de 1987, notamment, qui a inauguré son empreinte sur le lieu ; puis celle de 2000 où plusieurs arbres furent arrachés. 

 

   

      Carrément sculptées, lorsqu'il ne disposait pas de matériaux de récup'. Mais alors, il entassait ses œuvres dans son "gourbi". D'où les membres de l'association créée par sa fille les ont extirpées, pour les disposer dans un chalet construit pour les sauver ! 

          Mais, comme chacun le sait : "Mi-e-vo-1-gourbi-ou-on-ri-k1-chato-ou-on-pleur".

          (Fantaisies orthographiques qui laissent penser que, comme Robert Tatin, il s'était créé un langage bien particulier).

Sculptures en bois, longtemps entassées dans le gourbi
Sculptures en bois, longtemps entassées dans le gourbi
Le gourbi
Le gourbi

********************

   

      Mais le plus souvent il sculptait la pierre, uniquement la pierre du pays ; cherchant parfois le lieu qui correspondait le mieux à l'esprit de la dernière née !

   Chacun s'étonnera, par exemple, que sa toute première sculpture, la "Déesse Isis", déesse de la famille et du mariage, se retrouve dans l'ultime partie du circuit. Simplement parce qu'il ne l'aimait pas ! Et il s'étonnait quand sa fille lui déclarait qu'elle la trouvait magnifique !  

          Et pourtant, elle a fait des émules dans le parc, où se prélassent nombre de femmes nues, dodues souvent, les lèvres, les ongles, les tétons peints de rouge, celle de Madona en particulier, qu'il avait "couverte" d'un string mignon et… d'une ceinture de chasteté ! Ce qui laisse croire que, peut-être, en mettant un seul M à son nom, il avait carrément pensé à une madone ?

          Il était indifférent aux avis des uns et des autres sur ses créations. Néanmoins, il réalisait toutes ses sculptures à la maison, et ne les emportait que terminées dans son bois ! 

 

Des femmes nues dans le bois
Des femmes nues dans le bois

********************

**********

 

 

Une série de thèmes récurrents se retrouvent au long du périple : 

 

          D'abord, ses origines : Il s'appelle Le Breton, alors pourquoi ne pas faire un petit tour vers les légendes de là-bas, qui justement, sont toutes nées dans les forêts ? 

          Et, pour revenir à ces temps lointains, il se vêt de braies qui est le costume traditionnel breton (après avoir été celui des Gaulois), se chausse de sabots de bois, bref redevient l'homme primitif en harmonie avec la nature. Précisons qu'il a lui-même conçu le modèle et l'a fait réaliser par une couturière ! 

          Et, lorsque, à la fin de sa vie, il préparera sa pierre tombale, le Christ y sera breton.

 

********************

          L'Erotisme est également omniprésent à la Mare au Poivre. Pas exempt d'humour ("Ah si mon mari nous voyait !"), ni de sentimentalisme (des cœurs) ! Ni de "bonne" moralité ("On a mangé Le fruit défendu"), stèle entourée d'un homme et d'une femme, l'air contents l'un de l'autre ! Ni d'impatience, avec : "J'attends" pour laquelle il ne faut pas  négliger la flèche et le panneau indicatif de cette attente !!!

L'amour, toujours!
L'amour, toujours!

********************

 

           Les fleurs, également, parsèment ses créations.

          Connaissait-il les noms de toutes les fleurs ? En tout cas, les siennes ne sont jamais fleurs-fleurs : elles sont clochettes tête bêche, stylisées avec couronne royale, portant N pour Napoléon ; à la fois fleur ou elfe pour susciter les questionnements ! 

          Et même y planta-t-il de la vigne qui, contre toute attente, a grandi, colonisé les arbres voisins, et même, bien que toujours à l'ombre, donné des raisins en 2018. La poésie n'a-t-elle pas finalement toujours raison ?

********************

 

Les animaux, quadrupèdes ou oiseaux, abondent dans le parc (voire même avec érotisme, eux aussi ! )

********************

 

Et un petit peu de nationalisme n'a jamais fait de tort à personne !  Ici, s'égosille le coq symbolique ! Et il est à noter que, de tous les animaux (vus bien sûr depuis l'allée), il est le seul à regarder à gauche !!! 

********************

 

          D'ailleurs, pour confirmer qu'il connaît son histoire de France sur le bout de son burin, Alexis Le Breton "raconte" l'histoire de Cadoudal, ce général chouan, commandant de l'Armée catholique et royale de Bretagne (Tiens, la Bretagne, encore !), fils de paysans aisés, charismatique et doté d'une force herculéenne, d'abord partisan de la Révolution française et  mort guillotiné le 25 juin 1804 à Paris."Arrêté à Berlumeraie Locqueltas (son village) 15-12-1804". Après sa mort, donc. Mais il était bien protégé, puisqu'une autre pierre affirme : "Sainte Anne vous aime". Tandis que, fusil mollement dressé,  un homme, penché en avant semble réfléchir : aux malheurs de la guerre ? 

          Cette "scène" semble importante pour Alexis Le Breton, parce que située dans une clairière, à peu près au milieu du bois, et constituée de plusieurs stèles dressées autour de Cadoudal.

********************

 

Alors qu'il n'était pas religieux, Alexis Le Breton était mystique. Il s'intéressait à la vie et à la mort. Ainsi avait-il créé son cimetière imaginaire, dans lequel se côtoyaient les mânes de Jules César, Sainte-Anne, Lazare, et le Christ breton. Tandis que sa propre tombe factice s'accompagnait de son testament.

Lève-toi Lazare et marche // Placer à mes côtés ma faux et ma brouette, placer sur mon coeur le Christ et clouez en paix le cercueil // Adieu la vie, adieu l'amour, tout est fini c'est pour toujours.
Lève-toi Lazare et marche // Placer à mes côtés ma faux et ma brouette, placer sur mon coeur le Christ et clouez en paix le cercueil // Adieu la vie, adieu l'amour, tout est fini c'est pour toujours.

 

          Sainte-Anne d'Auray, Bernadette de Soubirou, sont là. le Pape (en bois) extrait du gourbi et reposant désormais dans le chalet…et sa venue en France  figure également dans son bréviaire lapidaire. 

La venue du Pape en France
La venue du Pape en France

 

          Et aussi un petit oratoire qui s'impose au pied d'un arbre, non loin du confessionnal ! Et même le vertueux Jacob délivré de la haine de son frère Esaü, chevauchant allègrement son buffle ! 

          Et breton bretonnant, pourquoi pas un poème soustrait aux Bretonnismes d'Hervé Lossec qui vous prédit ce qu'il adviendra de vous selon que vous serez mauvais ou vertueux ! 

********************

 

               Les musiciens font partie de son imaginaire. Tino Rossi, Yvette Horner, Johnny Halliday (qu'il n'a vraiment pas gâté et qui disparaît peu à peu dans les herbes folles  ! )

Yvette Horner , une vache invitée à danser, une guitariste et un joueur de biniou // Johnny Halliday // Tant qu'il y aura des étoiles que chantait Tino Rossi.
Yvette Horner , une vache invitée à danser, une guitariste et un joueur de biniou // Johnny Halliday // Tant qu'il y aura des étoiles que chantait Tino Rossi.

*********************

 

          Ailleurs, surprenante parce que différente des autres œuvres, une sculpture était en fait vendue à un artiste Mais ce dernier n'ayant pas pu venir la chercher, elle est restée là, au bord de l'allée. Mais Alexis Le Breton qui ne manquait pas d'imagination avait découvert qu'en gardant le début du nom du supposé acheteur, enlevant le milieu et gardant la fin, il restituait A…on (A de Alexis ; on de Le Breton !) !  

 

********************

 

           Curieux de tout, Alexis Le Breton s'intéressait au sport, en particulier au Tour de France. Aussi, abrité sous un petit hangar, un cycliste nommé Le Breton… attend-il toujours, au départ de l'étape Mare au Poivre-Le Bihan, le moment de démarrer. Mais à l'origine, par un ingénieux système de déversoir qui se déclenchait à la commande, le cycliste se mettait à pédaler… à reculons ! 

********************

 

 

          Fort de toute cette eau dont il disposait depuis que sa baguette lui avait indiqué le lieu où il fallait creuser et que, vu la difficulté d'y parvenir, il avait baptisé "La Mare au diable", il avait donc creusé le lit d'un ruisseau, celui d'une mare, un diverticule conduisant au hangar du sportif ; et un autre vers le centre géographique du bois, où il avait créé une fontaine-oratoire, témoignant de la sainteté de Bernadette de Soubirou. 

 

********************

 

          Et comme même dans ce bois, il avait conscience du passage du temps, il avait sculpté un cadran solaire. Malheureusement, des visiteurs n'en comprenant pas le fonctionnement, en ont arraché l'aiguille ! 

 

********************

 

          Enfin, ouvrier précis et méticuleux, il avait, dans son langage si personnel, gravé des rébus. Que le temps a plus ou moins érodés, difficulté qui s'ajoute à celle de lire certains textes ! D'autant qu'il faut parfois faire le tour de la pierre pour déchiffrer le rébus entier.

********************

 

Hélas, vingt années se sont écoulées depuis le jour heureux où Alexis Le Breton avait posé la première déesse ! Son corps fatigué geint de tous côtés ! Malgré tout, il continue, va au bout de ses forces pour réaliser une ultime sculpture, un lézard que, par un reste d'humour il place dans la partie la plus ensoleillée, et déclare : "Le lézard se dore au soleil". De cet animal solaire il réussit à creuser le corps et les pattes, mais il ne sera jamais fini puisqu'il n'a pas pu faire ses yeux ! 

 

********************

 

          La maladie a finalement gagné, mais si le corps est vaincu, l'esprit ne l'est pas ! Mourant, Alexis Le Breton trouve encore la force de composer un ultime poème où il affirme son intention de revenir du paradis visiter son bois. Poème qu'il confie à sa petite-fille pour qu'elle l'écrive sur un support et le place dans le bois.

********************

Alexis Le Breton décède le 5 octobre 2009.

 

          Bien d'autres images pourraient illustrer cette page, puisque plus de trois cents sculptures ornent le bois ! Et bien d'autres thèmes abordés, puisque Alexis Le Breton était curieux de tout, depuis le clonage de Dolly, jusqu'aux sept Nains, aux Chinois, à la naissance de l'écu, etc. Une sarabande montre d'ailleurs une partie de la diversité de ses préoccupations. Mais peut-on jamais aller jusqu'au bout de la fantasmagorie d'un artiste ?

********************

 

          De cette génération qui a fleuri dans la seconde moitié du XXe siècle, créant à partir de rien leurs lieux fantasmatiques, combien sont déjà disparus ou sont sur le point de l'être ? Il semble bien que, s'il est impossible d'empêcher le temps de dégrader la Mare au Poivre, du moins pour deux générations encore, sa pérennité soit garantie ! Car une association a été créée du vivant de l'artiste, qu'il a présidée en seigneur de son fief ;  et qui est désormais gérée par sa fille Marie-Thé. Laquelle est toute dévouée à l'œuvre de son père.

Et elle a des enfants ! 

"Tenter votre chance" // Marie-Thé tentant la sienne pour sortir de l'eau, bien accroché au bout de sa ligne, un énorme phallus qui s'obstine à tourbillonner !
"Tenter votre chance" // Marie-Thé tentant la sienne pour sortir de l'eau, bien accroché au bout de sa ligne, un énorme phallus qui s'obstine à tourbillonner !

********************

**********

          Le temps a passé comme un rêve ! La nuit, hélas, tombe tôt début janvier ! Merci à "Marie-Thé" de nous avoir accueillis impromptu si gentiment ; et de nous avoir, malgré le temps froid et gris, consacré tout un après-midi, commentant de façon tellement vivante les œuvres de son père. 

 

LA SEIGNEURIE DE LA MARE AU POIVRE : Route de Bignan 56390 Loqueltas. Tél : 02.97.66.62.46. Sur RDV.

La célèbre Mare au poivre ! (De dos Marie-Thé et Jeanine Rivais)
La célèbre Mare au poivre ! (De dos Marie-Thé et Jeanine Rivais)

Texte écrit au retour du périple breton, janvier 2019.

Photos Michel Smolec.