ABU DHABI : 

MUSEE DU LOUVRE : 

*********************

AIGLE (Suisse)

CHATEAU D'AIGLE. MUSEE DE LA VIGNE ET DU VIN : Place du Château , 1860 Aigle. Tél. +41 (0)24 466 21 30.

Janvier à mars, novembre & décembre : Mardi/Dimanche, 10h/16h // Avril à juin, septembre & octobre : Mardi/Dimanche, 10h/18h // Juillet & Août : TLJ. : 10h/18h

********************

AMSTERDAM (Pays-Bas) : 

MUSEE D'ART OUTSIDER : Amstel 51, 1018 EJ Amsterdam, Pays-Bas. Tél : +31 23 541 0681. 

**** WILLEM VAN GENK : Rétrospective.

VOIR AUSSI : 

: LIVRE DE Mme ANS VAN BERKUM : "VAN GENK, UN HOMME MARQUE, ET SON MONDE". TRADUCTION FRANCAISE DE JEANINE RIVAIS. CET OUVRAGE A ETE PUBLIE DANS LE N° 64 DE JUIN 1999 du BULLETIN LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA. 

ET  http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique ART BRUT.

 

Exposition jusqu'au 3 mai 2020.

Après Amsterdam, l'exposition sera installée à Lausanne puis Saint-Petersbourg.

********************

BARCELONE : 

FONDATION JUAN MIRO : 

********************

BARCELONE (Espagne) :

MUSEU NACIONAL D'ART DE CATALUNYA : Parc de Montjuic, Barcelone. Tél : 34 936220360.

BERRIEDALE TASMANIE (Australie) : 

 

WHAT      The Museum of Everything

WHERE     Museum of Old and New Art [MAP] 

                           655 Main Rd, Berriedale 

                           Tasmania 7011, Australia

********************

BILBAO (Espagne) :

MUSEE GUGGENHEIM BILBAO : Avenida Abandoibarra, 2 48009 Bilbao Teléfono: 944 35 90 00 Email: informacion@guggenheim-bilbao.es

****MASTERPIECES OF THE KUNSTHALLE BREMEN

FROM DELACROIX TO BECKMANN

- L’exposition révèle les liens étroits qui existent entre l’art allemand et l’art français du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, deux courants artistiques parallèles qui ont contribué à ouvrir la voie à l’art moderne. - Les chefs-d’œuvre que détient la Kunsthalle de Brême, et le discours historique qui sous-tend la collection, sont présentés dans un parcours qui va du néo-classicisme à l’expressionnisme allemand en passant par le romantisme, l’impressionnisme, le post-impressionnisme et la colonie d’artistes de Worpswede. - Le premier directeur scientifique de la Kunsthalle, Gustav Pauli, a rehaussé le profil de la collection avec une politique d’achat basée sur le dialogue dynamique entre l’art français et l’art allemand, et construit une histoire de chefs de file et d’acolytes, de concurrence et de solidarité, d’admiration et de rébellion et, en dernier ressort, une identité propre au Musée. - L’achat de Champ de coquelicots (1889) de Van Gogh par la Kunsthalle de Brême divise à l’époque les critiques et les artistes allemands en deux factions : tandis que l’une considère que l’admiration de l’avant-garde française en Allemagne constitue une attaque à son identité artistique nationale, pour l’autre la question nationale est secondaire, puisque ce qui l’intéresse dans l’art est justement sa capacité à transcender les frontières." (NDM)

Exposition jusqu'au 16 février 2020.

**** OLAFUR ELIASSON : "Dans la vie réelle".

" Le Musée Guggenheim Bilbao présente à partir du 14 février prochain l’exposition Olafur Eliasson : Dans la vie réelle, un parcours sur la carrière d’Olafur Eliasson (né en 1967), artiste qui compte parmi les plus influents de notre époque. 

Olafur Eliasson place l'expérience du spectateur au cœur de son art. Olafur Eliasson : Dans la vie réelle nous interpelle sur certains des sujets les plus brûlants de l’actualité à travers une trentaine d’œuvres réalisées entre 1990 et aujourd'hui : sculptures, photographies, peintures et installations jouent avec les reflets et les couleurs. L’exposition met en lumière la façon dont nous percevons notre environnement et évoluons en son sein, provoquant notre réflexion sur des questions d’une actualité brûlante. À l'aide de matériaux comme la mousse, l'eau, la glace des pôles, le brouillard, la lumière ou les métaux réfléchissants, parfois situés dans des espaces inattendus, que ce soit dans la rue ou au sein du musée, Eliasson encourage le spectateur à réfléchir sur sa compréhension et sa perception du monde physique.

L’art d’Eliasson découle de son intérêt pour la perception, le mouvement, l’expérience sensorielle et le sentiment d’individualité. Au cœur du travail artistique d’Eliasson réside une préoccupation centrale pour la nature, liée à son expérience de l’Islande ; à son exploration de la géométrie ; et à ses recherches constantes sur la façon dont nous percevons, nous ressentons et nous modelons le monde qui nous entoure. La pratique d’Eliasson va au-delà de la simple création d'oeuvres d’art et d’expositions pour s’étendre à des interventions dans l’espace public et à des projets architecturaux. 

Convaincu que l'art peut avoir un impact direct sur le monde au-delà du musée, Eliasson a créé des lampes solaires pour des communautés sans électricité, a conçu des ateliers d'art pour des réfugiés et des demandeurs d'asile, a créé des installations artistiques visant à sensibiliser le public à l'urgence climatique et, en octobre 2019, a été nommé Ambassadeur de bonne volonté du Programme des Nations Unies pour le développement. 

Selon Olafur Eliasson, « l'art n'est pas l'objet, mais correspond à ce que l'objet fait au monde ».(NDM)

Exposition du 14 février au 21 juin 2020.

********************

BRUXELLES (Belgique) : 

MUSEE D'ART FANTASTIQUE : 7 rue Américaine, 1060 Bruxelles. 14h à 17h (fermé lundi et mardi).  Lien : Labyrinthe de Jules Verne

**** Appel à projets Trolls & Bestioles 2020

Trolls & Bestioles est de retour !

Cette année, l'exposition sera accessible tout le mois d'avril, les mercredis, samedis et dimanches au Centre d'Art Fantastique. A cette occasion le Musée d'Art Fantastique lance un grand appel à projets aux dessinateurs, illustrateurs, peintres, photographes et graphistes de tous horizons. Les artistes sélectionnés feront partie de l'exposition collective Trolls & Bestioles 2020. Basée sur l'univers des trolls et autres créatures étranges, cette exposition réunira des artistes de belges et internationaux qui verront leurs oeuvres imprimées en exemplaire unique, sur bâches de 80 x 120 cm, qui composeront la faune magique et fantasque de l'exposition.

Lors de la clôture de l'exposition, 7 prix seront décernés : le prix du Vlan, le prix du MAF, Le prix du Public, le prix de la Région Bruxelles-Capitale, le prix Francophones Bruxelles, le prix du BIFFF et le prix Charles Picqué. A cette occasion, les artistes de l'exposition pourrons également proposer d'autre de leur travaux au sein d'un marché d'artistes. (Détails au sein du règlement)

Les projets doivent contenir au moins un troll ou une bestiole et doivent être envoyés impérativement au format PDF A4 portrait 300 dpi (en pleine page) à l'adresse suivante : infomafcaf@gmail.com

Clôture des candidatures le  8 mars 2020

Vous pouvez consulter le règlement de l'appel à projet en cliquant sur le lien suivant : Règlement

Alors à vos pinceaux, crayons et souris et participez à ce monde étonnant et magique peuplé de créatures étranges et de monstres en tous genres.

Fantastiquement, l'équipe du MAF

Deux projets du musée sélectionnés aux Visit.brussels Awards

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le festival Pinksteren Steampunk est en lice pour les Visit.brussels Awards 2020 dans la catégorie International Event et que L'Halloween Festival concours dans la catégorie Evening Experience. Soutenez le musée et ces projets uniques, festifs et fantasques en votant pour nous grâce au formulaire en ligne ici-après : Formulaire de vote

Vous pouvez également visionner les capsules vidéo de ces deux événements via les liens suivants :

Pinksteren Steampunk

Halloween Festival

********************

BRUXELLES (Belgique)

CREAHM : 

Le 20 mars 2020, le TRINKHALL MUSEUM* ouvre les portes de son nouveau bâtiment.

Le TRINKHALL MUSEUM abrite la collection internationale du Créahm, Région wallonne.

Un ensemble de près de 3000 œuvres produites par des ateliers qui, partout dans le monde, ont pour objectif de révéler et de déployer des formes d'art produites par des personnes en situation de handicap.

Le TRINKHALL MUSEUM c'est également un riche fonds documentaire sur les expressions artistiques dites hors-normes : art brut, outsider art, art en marge, etc.

*anciennement madmusée

 

********************

DAKAR (Afrique)

INSTITUT FRANÇAIS DE DAKAR: Yataal Art

********************

GENEVE :

ONU PALAIS DES NATIONS : Bâtiment E Porte 40 Mezzanine 2e étage.

(et Galerie Jacob Paris)

********************

HAARLEM (Pays-Bas) :

FRANS HALS MUSEUM : Groot Heiligland 62, Haarlem. Téléphone 00 31 [0]23 511 57 75. Mardi/Samedi : 11h/17h.

Dimanche et jours fériés : 12h/ 17h.

********************

FRANCFORT-SUR-LE-MAIN :

MMK MUSEUM FÜR MODERN KUNST : Domstraße 10, 60311 Frankfurt am Main, Allemagne. Tél : +49 69 21230447. TLJ. : 10h/18h.

********************

 

GENEVE (Suisse) :

PALAIS DES NATIONS : Mezzanine, Bâtiment E, Porte 10 : 8/14 Avenue de la Paix, Genève 10.

********************

LA HAYE  (Pays-Bas) : 

GEMEENTEMUSEUM Stadhouderslaan 41, 2517 HV La Haye, Pays-Bas

+31 70 338 1111

********************

LAUSANNE :

COLLECTION D'ART BRUT : Avenue Bergières 11, 1004 Lausanne, Suisse. Tél : +41 21 315 25 70.

Mardi/Dimanche : 11h/18h, y compris les jours fériés, ainsi que les lundis de Pâques, de Pentecôte et du Jeûne.

Fermé le 25 décembre, ainsi que le 1er janvier. / Les 24 et 31 décembre ouvert de 11h à 17h / Ouvert le lundi en juillet et août. / Premier samedi du mois, entrée gratuite.

**** 4e BIENNALE D'ART BRUT : Théâtres.

" La IVe biennale de l’Art Brut invite le public à poursuivre sa découverte des riches fonds du musée lausannois en révélant la présence du théâtre dans l’Art Brut. Les œuvres des vingthuit auteurs sélectionnés sont aussi bien des costumes, sculptures, dessins, peintures, photographies ou découpages. Elles décrivent des univers théâtraux, qui peuvent être parfois formels, comme chez Victorien Sardou, mais aussi contextuels, comme dans le cas d’Helga Goetze. La documentation tirée des fonds d’archives de la Collection de l’Art Brut – films, son et images – offre une dimension supplémentaire aux œuvres choisies et favorise la compréhension du mode de création des travaux exposés. Les auteurs présentés dans cette exposition s’approprient les codes du théâtre dans l’intention de construire un projet dont ils sont les premiers bénéficiaires. Pour cela, certains s’aventurent à l’extérieur, se confrontant à des passants intrigués ou indifférents, et se lancent dans des « performances » intuitives. Giovanni Battista Podestà, Vahan Poladian, Dunya Hirschter ou encore Martial Richoz mêlent espace théâtral et espace public. Ils utilisent leur propre corps comme outil d’expression et se parent de tenues et d’accessoires fabriqués par leurs soins. Lors de leurs mises en scène, ils se donnent le droit d’être dans la lumière et revendiquent une part de leur vie dont ils ont été privés par l’enfermement, l’emprisonnement ou la stigmatisation. Cette quatrième édition des biennales permet aussi d’appréhender certains auteurs déjà bien connus du public, tels qu’Aloïse Corbaz, Adolf Wölfli ou Eugen Gabritschevsky, à travers une approche inédite. Auteurs et metteurs en scène de leurs univers, ces créateurs définissent le contexte, les personnages, les caractères, les mouvements, le décor, la lumière et le jeu théâtral dans leurs œuvres. De manière plus explicite, leurs dessins ou peintures contiennent salles de théâtre, scène, rideaux, loges ou gradins. Si le théâtre est présent dans l’Art Brut par de multiples facettes, comme le montrent les œuvres de cette exposition, la pratique artistique des auteurs d’Art Brut se confond avec leur quotidien. Aloïse Corbaz vit aux côtés des protagonistes imaginaires de ses dessins ; Guy Brunet considère ses figures en carton comme ses propres enfants et ne peut s’imaginer en être séparé ; Morton Bartlett crée une famille fantasmée sous la forme d’un théâtre de marionnettes intime qu’il protège farouchement des intrus." (NDM)

Exposition du 29 novembre 2019 au 26 avril 2020.

 

********************

LIEGE(Belgique)  : 

CREAHM : Quai St Léonard 6, 4000 Liège. Tél :  : +32 4 227 01 55

********************

LISBONNE (Portugal) : 

CALOUSTE GULBENKIAN MUSEUM : Musée islamique : Bâtiment principal, galerie principale : Avenue de Berna, 45A, Lisbonne. Lundi, Mercredi, Jeudi, Samedi, Dimanche : 10h/18h. // Vendredi : 10h/21h. Fermé le mardi. 

50e ANNIVERSAIRE DU MUSEE.

**** ART ON DISPLAY 1949-69.

Exposition du 8 novembre 2019 au 2 Mars 2020.

 

********************

LIVERPOOL : 

TATE LIVERPOOL : Albert Dock, Liverpool L3 4BB, Royaume Uni. Tél : +44 151 702 7400. Lundi/Dimanche : 10h/17h50.

********************

LONDRES (Royaume Uni) :

NATIONAL GALLERY : Trafalgar Square, Londres WC2, Angleterre, Tél : 442077472885

Horaires et ouverture : Ouverture : 10h - 18h (21h le vendredi)

Aile Sainsbury. Entrée payante

********************

LONDRES (Angleterre) :

ROYAL ACADEMY OF ARTS : Burlington House, Picadilly, Londres W1J OBD ; Tél. +44 20 7300 8000 ou www.royalacademy.org.uk. Galeries Sackler

********************

LONDRES (Angleterre)

TATE BRITAIN : Adresse : Millbank, London SW1P 4RG, Royaume-Uni. Téléphone :+44 20 7887 8888

Horaires d'ouverture :10h/18h.

**** LYNETTE YIADOM BOAKYE : Peintures.

Exposition du 19 mai au 31 août 2020.

 

**** BRITISH BAROQUE : "Power and illusions".

Exposition jusqu'au 19 avril 2020.

 

********************

LONDRES :

TATE MODERN : Bankside, Londres, SE1 9TG. TLJ : 10h/18het jusqu’à 22h les vendredis et samedis. Tél : 44(0)20 7887 888. Site : www.tate.org.uk

**** DORA MAAR : Photographies et photomontages.

Exposition du 20 novembre 2019 au 15 mars 2020.

 

**** STEVE MCQUEEN : Films, photographies et sculptures.

"Reconnu internationalement pour la force d’une vision sans compromis, Steve McQueen (né en 1969 à Londres) crée des œuvres qui abordent des questions essentielles liées à la représentation, à l'identité et à l'histoire. À partir du 12 février prochain, la Tate Modern présente la première exposition de son travail au Royaume-Uni depuis plus de 20 ans faisant ainsi écho à l’actualité de la réflexion sur ces thèmes. Avec une sélection de 14 œuvres majeures de cinéma, photographie et sculpture, l'exposition offre une occasion sans précédent de découvrir la carrière artistique de McQueen dans toutes ses dimensions et ce, pour la première fois depuis 1999, année où lui fut décerné le Turner Prize. Depuis 25 ans, Steve McQueen a créé certaines des œuvres en arts visuels parmi les plus innovantes et a réalisé quatre films acclamés par la critique lors de leur sortie au cinéma : Hunger (2008), Shame (2010), 12 Years a Slave (2013) et Widows (2018). Couvrant plus de deux décennies de sa carrière, l'exposition met en lumière l’importance des approches pionnières de Steve McQueen en matière de cinéma qui ont élargi le rapport des artistes à ce médium, à l’origine de portraits poignants dans le temps et l’espace. L’exposition présente des œuvres intimes et très personnelles tel que le premier film de McQueen tourné avec une caméra Super 8, Exodus 1992/97, fruit de sa réflexion sur l’immigration et le multiculturalisme dans sa ville natale de Londres, ainsi que 7 novembre 2001, dans lequel le cousin de l'artiste, Marcus, narre le jour tragique où il tira accidentellement sur son propre frère en le blessant mortellement. Ces deux événements sont présentés aux côtés d’installations vidéo immersives à grande échelle, telles que Western Deep 2002 et Static 2009. Commandée à l'origine pour la documenta XI de Cassel, Western Deep donne à voir une enquête intense et sensorielle sur les conditions de travail dans les mines d'or en Afrique du Sud, tandis que Static est un survol aérien de la Statue de la Liberté scrutant ainsi visuellement cette figure, familière et fortement symbolique, rarement inspectée d’aussi près. Parmi les œuvres les plus récentes figure l'obsédante installation vidéo à deux bandes Ashes 2002-15, émouvant hommage à la mémoire d'un jeune pêcheur rencontré et filmé par l'artiste à la Grenade en 2002 et qui fut par la suite assassiné par des trafiquants de drogue l'année suivante. Pour la première fois au Royaume-Uni, les visiteurs pourront découvrir End Credits 2012-en cours, l'hommage de McQueen au chanteur, acteur et militant des droits civiques afroaméricain Paul Robeson (1898-1976) qui, après une carrière d'interprète couronnée de succès, fut mis sur liste noire dans les années 1950 et placé sous surveillance par le FBI. Cette œuvre fait défiler des diapositives des rapports du FBI sur Robeson tandis qu’une bande sonore de voix énonce la lecture de documents lourdement falsifiés. L'exposition présente également Weight 2016, une sculpture exposée pour la première fois par Artangel à la prison de Reading Gaol, récemment fermée, là même où Oscar Wilde fut emprisonné et écrivit De Profundis en 1897. Présentant une moustiquaire plaquée or enveloppant un lit de prison en métal, Weight vise à produire une impression étincelante en explorant la relation entre protection et enfermement, matériel et spirituel ainsi que le pouvoir rédempteur de l'imagination.

Exposition du 13 février au 11 mai 2020.

**** ANDY WARHOL : (1928-87)

"Andy Warhol (1928-87) fut l'un des artistes les plus célèbres de la fin du XXe siècle mais sa vie et son œuvre continuent de fasciner et de susciter de nouvelles interprétations. Timide et homosexuel, issu d'une famille d’immigrés modeste et croyante, il traça son destin et devint l'incarnation du mouvement pop art. À partir du 12 mars prochain, la Tate Modern lui consacre une exposition majeure, la première organisée par le musée depuis près de 20 ans. Elle offre ainsi une occasion exceptionnelle de rappeler l’unicité d’une œuvre et d’un artiste qui marquèrent une période de profonde transformation culturelle. S'appuyant sur les études les plus récentes, cette exposition vise à offrir une perspective renouvelée sur cette icône américaine. Avec plus d’une centaine d’œuvres couvrant l’ensemble d’une carrière exceptionnelle, l'exposition met en lumière la façon dont les recherches de Warhol traduisirent un regard unique sur la culture du XXe siècle et s’imposa dans les champs artistique et politique de son époque. Bien que Warhol soit surtout connu pour ses peintures iconiques de bouteilles de Coca-Cola et de portraits de Marilyn Monroe, véritables miroirs de la culture américaine, cette exposition met l'accent sur certains thèmes récurrents dans son œuvre et qui dominèrent le cours de sa vie, liés au désir, à l'identité et à la foi. Elle montre la façon dont cet artiste novateur a redéfini le rôle de l'art à une époque d’immenses bouleversements sociaux, politiques et technologiques. Né Andrew Warhola, Warhol grandit à Pittsburgh dans une famille carpatho-ruthène issue d'un petit village de l'ancienne Tchécoslovaquie ayant émigré aux États-Unis. La famille Warhola était une fervente adepte de l'église catholique byzantine ruthène et l'influence des profondes convictions religieuses de Julia Warhola, la mère d'Andy avec laquelle il vécut la plus grande partie de sa vie, sera considérée comme un déterminant important dans son travail. La sexualité de Warhol sera également un thème essentiel de l'exposition, à commencer par une sélection de ses premiers dessins de portraits et de nus masculins au trait évocateur exécuté dans les années 1950. Ces œuvres formeront un duo intime avec le film Sleep 1963 – documentant son amant le poète John Giorno - pour mettre en évidence la façon dont Warhol a travaillé en collaboration avec des personnalités extérieures au monde de l'art afin d’en élargir le champ. L’exposition vise à apporter un regard neuf sur des œuvres clés de la période pop - telles que Marilyn Diptych de 1962, Elvis I et II de 1963/1964 et Race Riot de 1964 - revues à l’aulne de réflexions contemporaines concernant la culture et la politique américaines, tandis que la volonté et l'ambition sans limites de Warhol de repousser les frontières traditionnelles des médiums seront représentées par ses célèbres Screen Tests 1964-6 et par une recréation de l'environnement multimédia psychédélique de Exploding Plastic Inevitable 1966, créé à l'origine pour les spectacles rock du Velvet Underground. L’exposition présente également son installation de ballons flottants Silver Clouds 1966 de Warhol, initialement destinée à signifier sa "retraite" de la peinture au profit du cinéma. Ayant déclaré de façon célèbre que « les bonnes affaires font le meilleur art », l'exposition met en lumière comment les incursions de Warhol dans l'édition et la télévision, ainsi que son intérêt pour la culture des night-clubs, peuvent être considérés comme des tentatives de révéler les stars de l'underground aux tenants de la culture mainstream. Après avoir échappé à une tentative d’assassinat perpétuée par l’activiste féministe Valerie Solanas en 1968, Warhol se remit à peindre et développa des projets à grande échelle. Avec une salle présentant la plus grande réunion de peintures encore jamais présentée en GrandeBretagne de la série "Ladies and Gentlemen" 1975, l'exposition vient également souligner les talents de peintre et de coloriste de Warhol. Ces portraits saisissants sont des représentations de figures de la communauté transgenre de New York dont celle de l'artiste et activiste Marsha "Pay it no mind" Johnson – l’une des figures marquantes du soulèvement de Stonewall en 1969. Les dernières œuvres de Warhol, exécutées dans les années 80, telles que les poignantes Sixty Last Suppers 1986, qui sont exposées pour la première fois au Royaume-Uni, sont présentées en relation avec la mort prématurée de l'artiste ainsi qu’avec les développements de l'épidémie de VIH/SIDA qui devait finalement toucher de nombreux membres de son entourage." (NDM)

Exposition du 12 mars au 6 septembre 2020.

********************

LIVERPOOL : 

TATE LIVERPOOL : Albert Dock, Liverpool L3 4BB, Royaume-Uni. Téléphone : +44 151 702 7400. TLJ. : 10h/18h

********************

MARCHIN : 

CREAHM : CENTRE CULTUREL DE MARCHIN: place de Grand-Marchin, 4 Marchin : Vendredis, samedis et dimanches, de 14h à 17h ou sur rdv.

**** Géraldine Beaupère, Alexandre Bernardi, Laura Body, Sylvie Canonne, Samuel Cariaux, Brigitte Corbisier, Nicole Daiwaille, Emilie Danchin, Laurent Danloy, Eric Deprez, Héléna Devos, Liliane Labuchère, Patricia Lambinet, Sophie Langhor, Alain Meert, Benjamin Monti, Rémi Muller, Guillaume Paps, Michel Petiniot, Pascale Rouffart, Pascal Tassini, Blanche Wera, Marie Zolamian.

"Exposition qui fait suite à la rencontre entre 2 équipages : les musiciens et chanteurs du groupe Icare et les artistes plasticiens du Créahm, invités à illustrer le premier album du groupe.

Les uns vont sélectionner des oeuvres qui font écho à leur musique, à leurs chansons, les autres vont créer des images originales en relation directe avec la musique entendue, avec les textes des chansons, sur des thématiques qui évoquent Icare, les rêves et leurs limites.

Des artistes contemporains s'associent à cette rencontre et apportent une vision complémentaire de l'envol dans une communion diversifiée de langages et d'expressions artistiques." (NDM)

: Vernissage le dimanche 26 janvier de 11h à 17h (+ dîner au « Bistro »)

Concert de "Icare": 16h

Exposition du 26 janvier au 16 février 2020. 

********************

MONACO :

GRIMALDI FORUM : 10, avenue Princesse Grace - MC 98000 Monaco. Tel : + 377 9999 3000. TLJ. : 10h/20h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22h.

Visites commentées les jeudis et dimanches à 14h30 et 16h30.

********************

MONACO :

NOUVEAU MUSEE NATIONAL,VILLA PALOMA : Boulevard du Jardin exotique,98000 Monaco. Ouvert tous les jours en périodes d'exposition de 10h à 18h. Fermeture les 1er janvier, 1er mai, 4 jours du Grand Prix, 19 novembre et 25 décembre. 

**** VARIATIONS : LES DECORS LUMINEUX D'EUGENE FREY PAR JOAO MARIA GUSMAO

" L’exposition Variations est consacrée à l’art méconnu des Décors lumineux, une technique scénographique élaborée en 1900 dans la lignée des théâtres d’ombres et des représentations de lanternes magiques, et développée sur la scène de l’Opéra de MonteCarlo jusque dans les années 1930. Cette exposition proposée par Célia Bernasconi, Conservateur en chef du Nouveau Musée National de Monaco rassemble pour la première fois 300 œuvres sur papier et plus de 100 plaques de verre de l'artiste Eugène Frey (1864 - 1942), qui inventa un système complexe de projections lumineuses combinant techniques photographique, picturale et cinématographique, lui permettant de conférer aux décors de scène de multiples variations de couleurs, de lumières et de formes mais aussi d’y intégrer des images en mouvement. Plus qu'une monographie consacrée à l’inventeur des Décors lumineux, l'exposition entend révéler les interactions entre la technique développée par Frey pour la scène et les créations expérimentales de nombreux artistes, chorégraphes et réalisateurs, des premières années du XXe siècle jusqu’à nos jours. Elle présente ainsi des créations aussi diverses que les pièces d’ombres d’Henri Rivière et de Caran d’Ache pour le cabaret du Chat noir ; le théâtre mécanique de l’artisan Emmanuel Cottier ; le théâtre d’ombres de l’artiste Hans-Peter Feldmann et les performances de Lourdes Castro ; les films de silhouettes créés par Lotte Reiniger ou Michel Ocelot ; les expériences fantasmagoriques de Georges Méliès, Alexandre Alexeïeff et Claire Parker ou encore Jean Hugo ; les chorégraphies lumineuses de Loïe Fuller ; ainsi que les installations de lanternes magiques imaginées par les artistes João Maria Gusmão et Pedro Paiva. Pour cette redécouverte des Décors lumineux, qui contribuèrent à la renommée de l'Opéra de Monte-Carlo dans le premier quart du XXe siècle, Célia Bernasconi a souhaité associer à la perspective historique le regard contemporain de l’artiste João Maria Gusmão qui, au fil de son travail littéraire, plastique et filmique, a pensé et réinterprété différentes techniques de projections. En réponse à l’invitation du NMNM, João Maria Gusmão propose une production scénographique spécifique intitulée Traveling without motion, un « micro-cinéma en lumière continue » produisant des images en mouvement, sans film et sans opérateur. Ce sont ainsi neuf projections mécanisées, dispersées dans le parcours de l’exposition et jouant avec l’architecture de la Villa Paloma, qui réactivent la technique des lanternes magiques tout en offrant un contrepoint iconographique et conceptuel aux œuvres de Frey.(NDM)

Exposition du 7 février au 20 mai 2020.

********************

PHILADELPHIE (USA) :

PHILADELPHIA MUSEUM OF ART : 2600 Benjamin Franklin Parkway / 26th Street

********************

SAINT-YVES (Cornouaille, Angleterre) :

TATE SAINT YVES : Porthmeor Beach, St Ives, Cornwall, TR26 1TG

Mars/Octobre : Lundi/Dimanche : 10h/17h20.

Novembre/Février : Mardi/Dimanche : 10h/16h20. 

********************

SCHAERBEEK :

MAISON DES ARTS : 147 chaussée de Haecht à 1030 Schaerbeek. Semaine : 10h/17h. Samedis 19 et 26 juillet : 14h/18h.

********************

SCHAERBECK (Belgique) :

MUSEE D’ART SPONTANE : 27 rue de la Constitution. 1030 Schaerbeek. Tél. : +32 (0) 2 426 84 04 ou +32 (0) 2 426 84 04 Mardi/Samedi : 13h/ 17h.

Vernissage le mercredi 15 janvier à 18h30.

Exposition du 16 janvier au 2 février 2020.

********************

VENISE (Italie) : 

PALAZZO VENIER DEI LEONI DORSODURO : 701 30123 Venise. Tél ! (Guggenheim) : (39) 041 2405 415.

********************

VIENNE (Autriche) :

ALBERTINA : Albertinaplatz 1 1010 Vienne. Tél : +43 (0)1 534 83-0. TLJ : 10h/18h. Mercredi : 10h/21h.

********************

VIENNE (Autriche) : 

BANK AUSTRIA KUNSTFORUM WIEN : Freyung 8, 1010 Wien. Tél : +43 1 537 33 26. Lundi/Jeudi et samedi/dimanche  : 10h/19h. Vendredi :  10h/21h.

**** THE CINDY SHERMAN EFFECT : Identity and transformation in Contemporary Art

"L’identité, sa construction, ses transformations et ses dimensions fictionnelles sont au cœur de la pratique artistique de la photographe américaine Cindy Sherman (née en 1955). Cette exposition met en lumière certaines des questions fondamentales qui parcourent le travail de Sherman au regard du thème central de l’identité dans un monde marqué par la mondialisation, l’innovation technologique, les manipulations génétiques et le clonage. Elle confrontera également le travail de Sherman avec celui d’autres artistes contemporains afin de réévaluer certains de ses aspects clefs tels que la déconstruction du portrait, les stéréotypes culturels, sexuels et de genre ainsi que la construction et la fiction des identités. La pratique photographique de Cindy Sherman s’est développée à partir de l’art de la performance des années 70 sur la base d’un intérêt spécifique pour l’identité en permanente redéfinition. Depuis sa première et importante série, Untitled Film Stills (1977-1980), son travail n'a jamais cessé de s’imposer en tant que référence stylistique de première importance, utilisant la caméra comme miroir ou scène pour mise en scène du moi - de son représentant ou de son substitut." (NDM)

********************