HOTEL DE VILLE  DE SAINT-ETIENNE  

 

JEAN-FRANCOIS RIEUX, peintures 

 

          "Quatre couleurs : Du rouge, de l’orange, du jaune et du bleu. Des têtes (incontournables) en légers reliefs, tirées de glanes du quotidien. Offrant au premier regard l'impression d'être toutes similaires, mais contredisant ensuite cette impression pour devenir bouilles joufflues,  visages étiques, rieurs, sinistres… de face souvent, de profil parfois ! Et toujours, de grands yeux qui semblent provoquer le visiteur".J.R. 

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS "SOUFFRANCE ET DESENCHANTEMENT de JEAN-FRANCOIS RIEUX". : N° 71 DE JANVIER 2002 DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA.

Et http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique FESTIVALS RETOUR SUR PRAZ-SYR-ARLY 2001

Et aussi Site : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART SINGULIER. 

Et TEXTE DE JEANINE RIVAIS  : http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE FESTIVALS RETOUR SUR BANNE 2003.

********************

AMICALE LAÏQUE CHAPELON  

 

ALAIN KIEFFER, sculptures

          "Grandes, ou au contraire toutes petites à presque tenir dans la main, mélange doux de terres brunes et blanches,  les sculptures d'Alain Kieffer évoluent de l'ironie à l'humour et à la tendresse la plus intime. S’inspirant de photos anciennes, de visites en des lieux souvent hors-normes, il chamboule le tout pour donner de prime abord au visiteur une impression de proximité ; mais l'amener petit à petit à se poser la question double  : Ai-je bien senti son "dit" ? Ou en suis-je à des années-lumière ?" J.R.

VOIR AUSSI : 

KIEFFER ALAIN : ENTRETIEN "CERAMIQUES INSOLITES", http://jeaninerivais.fr Rubrique Comptes-rendus de Festivals SAINT-GALMIER 2006, 

et Texte de Jeanine Rivais : "LE MONDE ENTRE DEUX ZOOS D'ALAIN KIEFFER, SCULPTEUR". " : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART SINGULIER. 

Et ENTRETIEN  AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique FESTIVALS. RETOUR SUR  BANNE 2003.

********************

GALERIE CENTRE SOCIAL DU BABET 

 

CHRISTINE FAYON sculptures textiles

          "Amalgame de soies, dentelles, galons, boutons, infinité de petits objets glanés ici et là ; mêlés, collés, agglutinés… pour reconstituer des bribes de vie, de voyages, de joies et de peines. Le tout chatoyant, luxuriant, couvert de façon aléatoire d'écritures ou de bribes de photos-souvenirs : tendre et intime." J.R.

VOIR AUSSI : 

ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.jimdo.doc/  Rubrique FESTIVALS : APACOP MARSAC 2012.

SABINE FELICIANO, sculptures textiles

          "Quels sombres "dedans" ! Car, bien que toutes de couleurs tendres, les sculptures de Sabine Feliciano étalent sur les cimaises, souris écorchées, lapins, corbeaux, serpents… étripés ; flamants roses pattes en l'air, offrant leurs tripes au regard du spectateur, à la fois amusé de tant d'audace et de provocation,  et perplexe de n'avoir jamais la certitude de détenir la bonne clef ; même si, progressivement, ce visiteur prend conscience de la profondeur des interrogations de l'artiste ; de sa difficulté à trouver un équilibre dans le monde et de s’y installer ; de l’âpreté avec laquelle, comme tant d’autres créateurs d’Art-Récup’, elle fouit les objets communs, vulgaires ou banals pour en tirer la quintessence, découvrir, comprendre comment ils ont été pour d’autres et les mêler à ses jolis galons, rubans, fils, etc." J.R.

 

********************

LES SEPT COLLINES  

 

CEDRIC GROSSEMY

          "A  regarder de loin, le visiteur ne voit que quelques taches en noir et blanc ou en couleurs sur papier blanc. Aussi, la surprise vient-elle lorsqu'il s'approche ! car soudain, ces petites taches prennent vie, deviennent microcosmes représentant des têtes tournées tous azimuts et souvent confondues avec le mini-décor ! Tantôt rieuses, tantôt tristes, voire ricanantes, provocatrices… D'autres fois, ce sont des animaux fantasmagoriques, des quartiers de villages aux huttes primitives, des parcs publics avec vasques. Les plus impressionnants étant les noirs et blancs à cause des milliers de micro-points rappelant la concentration obsessionnelle des premiers artistes d'art brut dénichés derrière les murs des huis clos asilaires !" J.R.

LEON

          Léon serait-il tombé à court de boîtes à œufs et autres mousses que, désormais, ses saynètes se retrouvent à peine en relief ? Pour autant, ses têtes supportées par des amorces de bustes, agglomérées en amas grégaires, demeurent raboteuses, taillées "à coup de serpe". Braquant à l’horizon leurs yeux exorbités ! Leurs bouches béant à qui mieux mieux ! Partout furetant, si audacieuses, si intrépides, voire tellement subversives que, bien qu'échappées à leurs boîtes originelles, elles semblent paradoxalement incapables de profiter de leur liberté pour s'égailler dans la nature ! 

          Coloriste jusqu’au bout du pinceau, osant les teintes les plus vives, les contrastes les plus péremptoires, le peintre continue de mignoter ses œuvres : chaque bonnet est surbrodé, chaque maillot longuement cousu, liseré, boutonné ; chaque réticule surpiqué à l’envi ; le costume du torero brille de tous ses faux diamants et le taureau est richement empoilé … Et subsiste incontestablement le dynamisme des œuvres ; l'agrément des couleurs ; l'humour et le sourire qui se conjuguent en complète harmonie, pour faire du monde de Léon de grands moments de plaisir ! J.R.

VOIR AUSSI : 

MELTON JEAN-CLAUDE, dit LEON : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : " LE MONDE COLORE DE LEON" : http://jeaninerivais.jimdo.doc/   Rubrique RETOUR SUR UN QUART DE SIECLE D'ECRITURE.

Et : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique FESTIVALS. RETOUR SUR  BANNE 2003

Et ENTRETIEN  AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.jimdo.doc/   Rubrique RETOUR SUR UN QUART DE SIECLE D'ECRITURE.

NADIA NIETO

          Est-ce la clef de sol dotée d'un œil qui donne le ton de l'œuvre de Nadia Nieto ? Il semble bien, en tout cas, pour faire un mauvais jeu de mots, que son itinéraire fantasmagorique soit un brin décousu ! Et pourtant, que d'étapes, que de rencontres, si chaque mini-photographie intimement liée à celle contiguë en est bien une ! Car, le visiteur, le nez collé sur le tableau, pour en percevoir chaque détail, s'y trouve face à un banquet, une fleur, une fillette pensive, une autre souriante… un groupe, des lettres, des notes, et au beau milieu de ce méli-mélo de petits moments intimes, une phrase : HYMNE OFFICIEL DES DROITS DE L'ENFANT. Le tout, et c'est là le paradoxe, soigneusement cousu –brodé même- ensemble, comme si le monde entier était là réuni pour donner enfin un cadre harmonieux à l'enfance trop souvent mise à mal ! J.R.

 

MARCEL SEVE

          Les compositions de Marcel Sève sont disposées en aplats géométriques ; chaque forme monochrome est conçue en des variantes de bleus qui font ressortir les additifs jaunes ou orangés pouvant virer au rouge et rose violine. Toujours paradoxalement vives et  mates, ces constructions jouent avec la lumière.  

Ces reliefs peints proposent des éléments juxtaposés ou se recouvrant partiellement. Le motif, selon les œuvres, est triangulaire, trapézoïdal, en équerre… alternant des rythmes horizontaux, ou des dominantes verticales. Générant ainsi un équilibre rigoureux. J.R.

MICHEL SMOLEC

          Les petits couples de Michel Smolec apparaissent richement vêtus de costumes deux pièces et bottines à boutons pour les hommes ; bottes montantes, jupes sophistiquées et justaucorps pour les femmes dont les seins, pourtant, continuent coquinement de provoquer l'œil. Des "approches", des "attentes", qui font sourire le spectateur, d’autant que les titres corroborent cette notion d’espérance et de complicité : "Premiers émois ; "Qu'en penses-tu?"… ; et que l’artiste sait, avec talent, en multiplier les "hypothèses" qui, elles-mêmes, multiplient les joutes en suspens…  

          Tout son petit monde peint  donne également une grande impression de mouvement, paradoxal dans ces espaces restreints, où "vivent" des êtres libertins plutôt qu'érotiques,  audacieux mais jamais licencieux ; où ses femmes se dénudent,  sont plantureuses, belles toujours et où les hommes sont plus "discrets", mais prêts à les accompagner dans leurs initiatives ! 

           Et c’est ainsi, sculptures ou peintures, qu'il pousse en un patchwork de couleurs lumineuses et tendres, les pions de ses petits théâtres de la vie ; de ses histoires intemporelles ; de ses “écrits” picturaux qui sont, chaque fois, de grands moments d’émotion jugulée.J.R.

VOIR AUSSI : 

SMOLEC MICHEL : TEXTES DE JEANINE RIVAIS : "NAISSANCE D'UNE VOCATION" DANS LE NUMERO 58 DE SEPTEMBRE 1996, DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA. "DE TERRE ET DE CHAIR, LES CREATIONS DE MICHEL SMOLEC, sculpteur" 

et :  "TANT ET TROP D'YEUX ou MICHEL SMOLEC dessinateur" : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART SINGULIER.

 Et aussi : "ET DE NOUVEAU NOUS SOMMES DEUX" : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique ART SINGULIER. 

Et TEXTE DE JEANINE RIVAIS  : http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE FESTIVALS RETOUR SUR BANNE 2003

JACQUELINE WINTZER PLANTE

          Est-ce parce qu'elle les fixe sur du carton qui qui est apparemment son matériau de prédilection que les oriflammes de Jacqueline Wintzer Planté semblent à fois raides et souples, tous suspendus par un fragment de branche intouché ? Raides parce que le "corps" peut représenter carrément un masque, ou des visages dont les traits seraient brodés, maillés ou collés sur un tissu ; ou encore des compositions allant de la fleur à de minuscules rectangles ou cercles répétitifs. Chaque fois, conçus ton sur ton de bruns, de bleus ou de rouges ocrés. Souples, parce que l'artiste rallonge, ou élargit cette première partie par des bouquets de fils, des fanfreluches perlées… Le tout composé avec un grand sens de l'harmonie des formes et des teintes. J.R.

********************

CENTRE SOCIAL ET NOUVEAU THEATRE DE BEAULIEU 

 

BERNARD LE NEN

Malade, Bernard Le Nen n'est arrivé qu'après mon passage ! 

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : " LES GENEALOGIES FANTASMAGORIQUES DE BERNARD LE NEN" : BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA N° 72 Tome 1 de février 2003. 

Et Rubrique ART ET DECHIRURE. http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique ART SINGULIER.

VOIR AUSSI : "CINQ QUESTIONS A…" : BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA N° 75 Tome 1 d'AVRIL 2004. 

Et http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique FESTIVALS : RETOUR SUR PRAZ-SUR-ARLY 2003.

IGOR KONAC

Citadines ou rurales, les oeuvres d'Igor Konac

          Chagall aurait-il été sensible aux créations de son compatriote Igor Konac ? En tout cas, la filiation est évidente ! Tous deux ont été ou sont friandes de petites histoires humoristiques chargées de poésie, en un choix de couleurs allant des bruns aux bleus. 

          Même goût pour les scènes citadines où l'amoureux offre des fleurs à sa bien-aimée, tous deux plus grands que les maisons, sous l'œil vigilant d'un minuscule chien ! tandis qu'un autre semble terriblement s'ennuyer, assis sur une banquette, face à la ville qui dort. Où encore, comme chez les enfants où il manque un mur à un immeuble, de sorte que le passant peut voir tout ce qui se passe dans les appartements…

               Et puis, chez l'un et autre, même goût récurrent pour les scènes rurales où un trio assis dans un champ à l'orée du village, joue de la musique sous la lune dorée ! Où un pianiste (les musiciens sont légion dans les œuvres d'Igor Konac) attablé devant son litron, rêve de danseuses de french Cancan ! Où un couple se promène sur une balançoire, parcourant le ciel azur au-dessus des maisons, sous la lune, blanche cette fois !! Etc.

          Alors, qu'est-ce qui différencie Konac-le-contemporain de Chagall-l'ancien ? La pureté, la vivacité  des couleurs du premier, alors que celles de Chagall étaient souvent légèrement estompées. L'ironie parfois féroce chez Konac, comme cette scène d'enterrement où les badauds sont aux fenêtres attendant le corbillard, tandis que les croque-morts en queue-de-pie se prélassent, blasés,  devant l'entreprise des Pompes funèbres ! Les images du rêve -qui, chez l'un et l'autre  construisent un monde qui n’est ni une fiction, ni une imitation du monde réel-, qui semblent plus détachées chez Konac, comme s'il se voulait observateur de son monde, et non pas s'y intégrer ! De même, la symbolique,  souvent évidente chez Chagall où les personnages pouvaient revêtir de multiples significations (une madone pouvait aussi être une mariée…) a disparu chez Konac, où un musicien est un musicien, un amoureux est un amoureux, etc.

          Bref, Konac a renoncé à l'allégorie et au narratif propres au XXe siècle et est entré de plain-pied dans son monde bien à lui ; a certes revisité certains thèmes anciens, mais à chaque fois, il les a enrichis de contemporanéité et  d’une dimension personnelle  : ce que l'on appelle en général la créativité et le talent.

Jeanine RIVAIS

TEXTE ECRIT APRES LA BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS DE SAINT-ETIENNE 2018. 

CHRISTIAN MALCOURT

          Salvador Dalì a écrit : "La différence entre les vrais souvenirs et les faux est exactement la même qu’avec les bijoux : ce sont les faux qui ont toujours l’air le plus vrai". Ne peut-on appliquer cette maxime aux créations obsessionnelles lorsqu'elles naissent de l'esprit fantaisiste d'un artiste ?

          Car il faut bien parler d'obsession à propos des voitures de Christian Melcourt. De profil, en plongée, multiples ou solitaires, ce sont encore et toujours des automobiles. Si elles sont drues comme des pâquerettes sur l'autoroute au pied des immeubles de banlieues, elles se ressemblent toutes et rappellent les mignonnes Coccinelles de naguère ! Si elles sont à l'arrêt pour cause d'embouteillage autour de quelque rond-point, elles semblent toutes d'une longueur démesurée, comme ces interminables Limousines qu'arborent les vedettes américaines ! Si elles sont seules, en gros plan sur fond rouge incandescent, elles ont un petit air passéiste de DS, décapotable s'il vous plaît, ou de Peugeot 203 tellement innovante au moment de sa sortie ; voire même de la célébrissime Dodoche qui, contre vents et marées, continue d'enchanter les rencontres des voyageurs ! Et puis,  pourquoi l'artiste a-t-il choisi cette couleur plutôt que telle autre ? Faut-il penser que les mondes qu'il crée le ramènent à des expériences remémorées ?

          Subséquemment, s'agit-il de nostalgie d'une enfance où ces voitures faisaient la fierté ou l'envie d'un petit bonhomme haut comme ça ? D'un goût du rétro, face aux bolides super-luxueux d'aujourd'hui ? Qu'importe, mais en tout cas, voitures toujours ! Identifiables, même par le profane ! J.R.

VERONIQUE STERNBAUM

          Infatigable, Véronique Sternbaum parcourt les forêts savoyardes, hotte au dos et machette à la main. Elle de l'Afrique où elle a vécu d'étranges aventures ou des lointaines Iles sous le vent, elle réalise des "peintures" en relief, représentant souvent des scènes ou des paysages de "là-bas". En même temps, coupée sans doute pour toujours de ces racines exotiques qu'elles s'est forgées au cours de longues années, elle "raconte" les impressions recueillies au fil de ses promenades dans ces environnements… Mêlant réminiscences, culture et réactions naissantes.  Ainsi, la femme allongée au bord du ruisseau, dans la forêt, sous la clarté de la lune, (et il est curieux de constater combien, sans la connaître, cette œuvre est proche de La Bohémienne endormie du Douanier Rousseau) va-t-elle de pair avec la danseuse frappant des pieds dans la poussière. Ainsi, les villageois longeant la piste séculaire côtoient-ils la truie avec ses innombrables petits gorets… Ainsi, paysans battant le mil, studio photos "Le Béni" attendant de tirer le portrait au prochain visiteur, femme en belle robe à fleurs attendant dans les cannes à sucre… gambadent-ils indifféremment dans de hautes futaies exotiques ou des houppiers aux feuillages familiers ! J.R.

VOIR AUSSI : 

 TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "Sous influence" : N° 66 de janvier 2000 du BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA. 

ET AUSSI "Sous influence", l'Afrique de Véronique Sternbaum, peintre médiumnique" : Site : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART SINGULIER. 

Et aussi  ENTRETIENS : http://jeaninerivais.fr Rubrique COMPTES-RENDUS DE FESTIVALS. Rubrique BANNE 2006 et NOTTONVILLE 2007. 

Et TEXTE DE JEANINE RIVAIS  : http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE FESTIVALS RETOUR SUR BANNE 2003

 TEXTE ECRIT APRES LA BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS DE SAINT-ETIENNE 2018. 

********************

ATELIER DE LA BOISEUSE

CHRISTIAN KOUYOUMDJAN :

Malgré une très longue attente dans le froid, la galerie ne s'est pas ouverte ! 

********************

MJC DES TILLEULS

 

PHILIPPE RIBAUD

          Lorsque Philippe Ribaud met sur la toile des formes aussi différentes, peut-il s'agir de possibilités de coexistence de formes de vie ? Des arcanes doucement colorées, aux toiles “pointillistes ”, jusqu’à l’amorce de peinture “figurative”, chaque tableau semble un creuset débutant dans l’informe ou l’anarchie formelle, sur lesquels l’artiste va progressivement brider sa fantaisie, imposer sa vigueur, plaquer ses structures ! Car chaque œuvre semble partir d'une ambiance quasi-abstraite, évocatrice plutôt que descriptive. 

          Pourtant, sans avoir à forcer son imaginaire, le visiteur voit ici une tête de profil ;  là un entrelacs horizontal symbole de l'infini, avec une tête d'oiseau ; ailleurs un agglomérat de cercles et de points qui pourraient représenter la voûte stellaire, passage qui l’entraîne aux confins de la science-fiction ; aux franges d’une psychanalyse engendrée par des enchevêtrements de formes très humanoïdes ; vers des références picturales, comme ce "paysage" portant un C.couché qui pourrait figurer sur les cimaises d'un peintre tachiste. Un travail de très près, créant maints petits détails fignolés comme une broderie ; avec des nuances, des contrastes, faits d’aplats mats ; dans de belles teintes de bleus allant vers des gris vert-de-grisés ; ajoutant à la peinture apparemment de la colle, des encres, du sable... jusqu'à ce que  l’artiste s’arrête enfin, SON monde en équilibre ! J.R. 

XANDRE SAETTA

          Ce sont de bien complexes alchimies que confie à la toile Xandre Saeta ! Pour commencer, il lui faut créer le magma d'où surgiront, tels des golems, ses créatures.  Elle pose donc, superpose, appose longuement à grandes traînées du pinceau surchargé ou au contraire presque sec, épaisseurs sur épaisseurs de peinture. Parfois, encore humides, elles vont se mêler en flaques informelles ; ailleurs, des nuances de rouges violines vont  faire vibrer quelques noirs jetés ici ou là ; tandis que s’étagent des transparences  qui provoquent des nuances et des granités accidentels… L’artiste en vient, à force de superpositions irrégulières de sous-couches, à une véritable gangue lourde et chaleureuse, qui, de facto, devient berceau où vont se lover ses "personnages" inattendus. Ayant perpétuellement en arrière-plan de son esprit ses obsessions mythologiques, elle s’efforce –littéralement- de leur donner corps.  

          Aucun élément de décor. Aucune rupture. A partir de là, commence pour Xandre Saeta un psychodrame pictural : l’aventure débute par une longue confrontation entre le fond abstrait et la main de la peintre qui suit telle ligne, explore telle craquelure, jusqu’à ce que s’impose à l’évidence, une silhouette qui  emmènera cette main vers un “homme” ou un “animal”. Un homme ou un animal ? Un homme/animal, plutôt. Mais il semble bien qu'il n'arrive sur la toile qu'après une période de gestation, au cours de laquelle l'artiste compose à petites touches blanchâtres, une sorte de liquide amniotique, d'ectoplasme dentelé, informe, translucide ; porteur, peut-être d’atavismes immémoriaux, d’anciennes cultures, de toutes les obsessions qui, depuis son enfance, l’accompagnent ? Peu à peu, un dialogue s’établit, la figure se concrétise comme si l’artiste la peignant enfin  nette, souhaitait donner au spectateur un espace subjectif où il puisse laisser son propre imaginaire suivre ou récuser la forme soulignée par le pinceau. 

          Et c'est là que se produit le miracle : De ces non-formes évoquées, surgit ici un centaure, là un minotaure. Un choix qui n'est pas innocent : car il ramène le visiteur au plus lointain des mythes  : des créatures moitié hommes moitié bêtes. Le premier réputé pour sa noblesse d'âme et ses connaissances en médecine ; le second illustrant le combat éternel de l’homme contre son propre inconscient ; si cruel qu'il fut enfermé dans un labyrinthe dans le dédale duquel l’homme moderne tente de  retrouver son chemin à l’aide d’un  fil d'Ariane, et se libérer.

          Car à l'évidence, c'est la quête de Xandre Saeta : libérer l'homme de son animalité. Sans doute est-ce pour cette raison qu'elle ne parvient jamais à le représenter "seulement" homme : dans la série de portraits qui entourent ses créatures mythologiques, alors que les yeux perçants parfois jusqu'à la folie sont incontestablement humains, nez et bouche sont étroitement liés pour générer un individu doté d'un groin, d'un appendice bovin, voire d'une sorte de bec crochu… 

          C'est donc une véritable quête à laquelle se livre l'artiste qui confirme la fascination des monstres sur les créateurs. Mais depuis longtemps, l 'homme utilise la métaphore de l'animal pour parler de lui sans que cela l'implique directement. Alors, n'est-ce pas ce que fait Xandre Saeta pour parler d'elle-même?

 Jeanine RIVAIS

TEXTE ECRIT APRES LA BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS DE SAINT-ETIENNE 2018. 

********************

HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

 

DENIS BONNES : Malade, l'artiste a dû annuler sa participation au dernier moment.

VOIR AUSSI : 

TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "IN VINO VERITAS, LES ROBOTS DE DENIS BONNES" : http://jeaninerivais.fr :  Rubrique ART SINGULIER 

Et  TEXTE DE JEANINE RIVAIS  : http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE FESTIVALS RETOUR SUR BANNE 2003.

 Et aussi : ENTRETIEN  : http://jeaninerivais.fr Rubrique COMPTES-RENDUS DE FESTIVALS NOTTONVILLE 2007.

JEAN-FRANCOIS BOTTOLIER 

          La création de Jean-François Bottolier s’accroche de façon obsessionnelle à l' humain. Des individus jamais linéarisés, toujours gondolés, dont les contours et les possibles drames morphologiques se succèdent en fioritures grises  sur les fonds foncés, carrelés souvent ; rebondissent en rondeurs de seins jaillissant hors des décolletés profonds, disparaissent sous des fraises aux multiples godets ;  retombent des replis ventraux sur les cuisses puissantes ; croulent sous des tubulures vestimentaires si volumineuses qu'il semble que l'artiste n'ait plus pu s'arrêter ! Ou, au contraire, fusent en lignes ténues selon qu’elles délimitent telle partie anatomique ou vestimentaire, intéressant plus ou moins le créateur , tels un nœud papillon,  un string réduit à la portion congrue… Etc.

          Peut-être en fonction de l'humeur de l'artiste, ils ont des têtes animales ou humaines, des bouches démesurées ou minuscules, lippues ou minces ; gaies ou sévères, joyeuses ou furieuses… Nu-pieds ou chaussés de croquenots, ils sont vautrés passivement ou batifolent en groupes à qui mieux mieux. 

VOIR AUSSI : 

 ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.fr Rubrique Comptes-rendus de festivals Banne 2008.

JACKY CHEVASSON

         Jacky Chevasson présentait deux oriflammes suspendus à des tubes colorés, et au bas desquels pendaient de minuscules sculptures ovoïdes couvertes de têtes de petits personnages. 

          Entre les deux, deux exubérants tableaux composés de lignes courbes profondément décolletées, semblant de prime abord uniquement décoratives. Puis, un regard plus attentif s'apercevait que les ectoplasmes ainsi générés donnaient en fait corps , sur l'un, à d'étranges bestioles aux longs cous terminés par des têtes bizarroïdes, chacune dardant plusieurs becs crochus. Tandis que sur l'autre, des mutations donnaient vie à des humanoïdes à tête animalière, côtoyant des serpents de mer au dos couverts de nageoires feuillues, prolongées par des queues annelées terminées par d'inquiétantes griffes ! 

          Finalement, pas innocentes ces deux œuvres en apparence tellement inoffensives ! Au fond Jacky Chevasson serait-il capable de créer des œuvres qui ne seraient que décoratives, desquelles serait absente toute vie ? Il est évident que non ! J.R.

VOIR AUSSI : 

TEXTE DE JEANINE RIVAIS :  "LES ŒUVRES EN PAPIER MACHE DE JACKY CHEVASSON" : BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA N°56 de Décembre 1995, IIe FESTIVAL DE PRAZ-SUR-ARLY. 

Et http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique FESTIVALS RETOUR SUR PRAZ-SUR-ARLY 1995

GERARD DIETSCH

          Seuls, réduits à la tête ; ou groupés en cercle posés sur un buste dépourvu de membres, rattachés alors les uns aux autres tels des siamois, les humains de Gérard Dietsch prouvent son talent à lisser le bois, fouir curieusement ses entrailles pour y trouver la forme évocatrice d’une bouche, de grands yeux regardant le visiteur... intailler ses nœuds et ses courbes pour former de nouveaux rythmes. Et puis, peindre les yeux en bleu vif, les bouches toujours ouvertes en rouge, les dents saillantes en blanc, chacun contrastant  avec le brun foncé de ces petits individus toujours chauves. Ajouter enfin des scarifications, ce qui l'emmène peut-être vers de lointains atavismes africains ? 

          Tous les "bûcherons" disent que, pour créer, ils doivent se sentir en sympathie avec le bois. Lorsqu'il en va ainsi pour lui, le sculpteur génère à larges coups de son outil, des sourcils arc-boutés dans un visage étonné ;  des traits autoritaires, accusés ; des bonshommes aux yeux exorbités demi-souriants… Œuvres toujours couvertes d'un vernis épais et brillant, confortant le destin pérenne de ces œuvres massives.

J.R. 

TEXTE ECRIT APRES LA BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS DE SAINT-ETIENNE 2018. 

STEPHANE MONTMAILLER

          Quand il n'est pas à la pêche (la preuve de cette passion figure souvent sur ses toiles), Stéphane Montmailler peint ou sculpte. Une œuvre très hétéroclite en apparence, et néanmoins tellement personnelle qu'il est impossible de la confondre avec d'autres.

          Certes, s'il ne peint pas des poissons, c'est l'humain qui le préoccupe ! L'humain jamais très à l'aise, peint sur des décors non définis mais toujours inquiétants (sols incandescents, éléments incertains volant autour du personnage sur fonds de ciels tourmentés ; couples jambes plongées dans l'eau, côte à côte mais ne se regardant pas, bras le long du corps (ne s'enlaçant donc pas), raides devant de vieux murs apparemment couverts d'indescriptibles plantes rudérales. Le tout peint avec n'importe quel outil qui lui tombe sous la main, ses doigts en premier lieu, le pinceau par hasard, et pourquoi pas la truelle ? Et toujours dans des teintes de gris, de rouges mêlés à des      bruns…

          Parfois, il se détourne vers la mythologie et c'est alors un minotaure, lascivement allongé, semblant flotter au-dessus des ruines d'une ville ! 

          Lorsqu'il quitte les humains, Stéphane Montmailler devient Art-récupérateur, et avec les richesses découvertes lors de ses glanes, abandonnant peut-être son mal-être, il se lance dans des œuvres pleines d'humour teinté d'un brin d'ironie piquante. Déferle alors un bestiaire surprenant d'imagination : tatou protégé par des grilles de moulins à légumes ; chèvre à bascule ; grenouille grimpant à l'échelle pour indiquer qu'il fait beau dans le monde animalier de l'artiste !... Réalisé chaque fois en des tailles plus grandes que nature ! 

 

          Et c'est ainsi que, sous ses airs d'éternel jeune homme hors-normes, Stéphane Montmailler est passé maître dans l'art de peindre le monde tel qu'il ne veut pas qu'il soit ; et les bêtes telles qu'elles devraient être ! J.R.

VOIR AUSSI :

ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.jimdo.doc/  Rubrique FESTIVALS : Banne 2013.

TEXTE ECRIT APRES LA BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS DE SAINT-ETIENNE 2018. 

ELISE SENYARICH 

 

          Chacun pourrait penser que la vie fut si chienne pour Elise Senyarich, qu'elle l'a quittée à quarante-deux ans. Et pourtant, il semble bien que non, puisqu'elle concluait l'un de ses textes par cette exclamation : "Merci la vie. Oui. Merci, merci la vie".

C'est qu'en fait, contrairement à beaucoup d'artistes, elle eut la chance d'être aimée et comprise par sa famille, par ses parents qui, lui survivant, font de leur mieux pour assurer la pérennité de son œuvre.

          Une œuvre étrange, où se succèdent les univers les plus divers, inattendus, contradictoires parfois puisque allant d'un portrait sophistiqué à une petite scène sortie tout droit de l'Art brut ; d'une narration très évidente à une autre complexe, difficile à décoder : telle cette œuvre de 1992 où se détachent, blancs sur fond rouge monochrome, un très militaire personnage masculin nu, genoux cagneux, assis sur une chaise longue, tenant sur son ventre ce qui pourrait être une gourde, et faisant gicler dans un récipient à ses pieds, de l'eau dans laquelle trempe ses mains un individu dépecé, à tête canine ou chevaline ? Ou carrément un animal impossible à définir ? Le visiteur constate que les fesses de l'homme de profil sont sans ambiguïté découpées sur son flanc gauche, que la raie des fesses de l'homme/animal surmontée d'une minuscule queue, est très nettement marquée. Perplexe, il se demande s'il nage dans le fantastique, si cette relation est à connotation zoophile, ou s'il s'agit tout simplement d'un homme en train de laver son chien ? Et il n'a aucune réponse à formuler ! 

          Autre matière à réflexion, les "tableaux combinés" ou "combis", tellement denses qu'il est impensable de les décrire, ni même de savoir par quel détail commencer ? D'autant que des écritures, répétitives parfois, comme ce "Senyarich 2006" sont là pour donner des indications inutiles, voire dubitatives, telle cette "Solitude" au milieu de la foule ! 

          Heureusement, toutes les propositions d'Elise Senyarich ne sont pas à problème ! Par contre, si toutes sont intenses, colorées et dramatiques, ce visiteur regardant les dates, est confondu par la vitesse à laquelle l'artiste passe du papier à la toile, de la peinture au dessin, comme si elle ne suivait aucune méthode, comme si la façon très compulsive de jeter l'"histoire" sur le support était une question de vie ou de mort, d'urgence absolue en tout cas ! Et que la vitesse d'exécution était essentielle ! Ainsi, M. Senyarich a-t-il dévidé, à la grande surprise du public, un "feuilleton" pictural réalisé avec les œuvres d'une seule journée, avançant, encore, passant à plage suivante, encore, encore… peinture… crayon… encore…  comme si cette compilation devait ne jamais s'arrêter ! 

          Les questions qui surgissent sont alors : Qu'est-ce qui urgeait tant dans ces créations ? Etait-ce une peur instinctive qui lui faisait craindre de manquer de temps ? Avait-elle tant à exprimer qu'il lui fallait se hâter ?  Auxquelles s'ajoutent : A quels contes connus ou imaginaires faut-il rattacher les saynètes ? Et quels sont les personnages "vrais" ou imaginés qui figurent dans ses portraits ? 

          Car, les portraits tiennent une place importante dans l'œuvre d'Elise Senyarich : Certains pourraient être des copies de Picasso, mi-terriens/mi allochtones ; d'autres promèneraient le dimanche la famille dans la campagne… Ici, une espèce d'ogre semble prêt à dévorer le monde, tandis que, paradoxe inattendu, un garçon rit si fort que sa bouche semble faire le tour de sa tête. Là, un autre serait sans doute la Joconde ? Auquel on peut adjoindre ce couple arabe (peut-être) où l'homme barbu arbore une écharpe nobiliaire, tandis que la femme s'abrite non derrière un voile mais derrière ses lunettes qui lui mangent le visage ? Et que dire de l'ironie de ce couple tellement impersonnel que la femme est marquée haut/bas afin que nul ne confonde ? 

          Peut-être ? Sans doute ? Possiblement ? Autant de questionnements jalonnant cette œuvre si difficile à pénétrer, si proche et si loin de la réalité ; si proche et si loin de l'imaginaire universel ; si paradoxale et si logique ; si obscure et néanmoins si attachante qu'il n'est pas étonnant que la femme en elle et l'artiste se soient écriées : "Merci la vie. Oui. Merci, merci la vie".

Jeanine RIVAIS

 TEXTE ECRIT APRES LA BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS DE SAINT-ETIENNE 2018. 

********************

KARAVAN TATOO

 

L'artiste prévu LAURENT ROUSSET ayant renoncé à exposer, la directrice du Tatoo a invité ELISE SENIARICH, choisissant de n'exposer que des portraits pour garantir l'unité de l'exposition. 

********************

MEDIATHEQUE DE VILLARS

SEBASTIEN CHARTIER

 

          Œuvres de terre, les créations de Sébastien Chartier, bestiaire ou humains, sont une approche figurative de la sculpture, explorant uniquement des animaux puissants ou des personnages solides. 

          Les unes se reconnaissent à une forme achevée, presque réaliste, qui reste partiellement prise dans un socle à peine dégrossi. Ainsi, concernant ses têtes de taureau, le résultat toujours frappant est-il un équilibre entre un modèle englué dans la masse brute et un élan donné à l'oeuvre qui semble ainsi prête à s'en échapper. 

          Différents sont les "portraits" de gorilles, entièrement libérés de la gangue, visibles donc en ronde bosse ; mais où seuls les éléments essentiels ont été gravés : yeux clos, narines béantes, oreilles légèrement en relief, aspect granité de l'ensemble obtenu grâce à une terre très chamottée : un travail très expressif conçu avec une remarquable économie de moyens.

          Différent encore, l'homme furieux cachant son visage dans ses mains, l'arrière de la tête étant creux, et l'artiste jouant des ombres et des lumières sur les reliefs des pommettes et le dos des mains.

          De ses diverses approches de la terre, Sébastien Chartier développe une recherche sur l’esthétique de la forme et puise son langage dans le jeu des surfaces et les lignes de tension.

J.R.

TEXTE ECRIT APRES LA BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS DE SAINT-ETIENNE 2018. 

 

PHILIPPE BOUILLAGUET

 

          Comme la nature, il semble bien que Philippe Bouillaguet ait horreur du vide ! Créateur sans limites, sans contraintes, toutes ses œuvres ont une géographie commune : un espace sans définition sociale, sans géométrie ni perspective. Simplement, un "territoire" maculé de taches de peinture de couleurs violentes (noirs, jaunes ou rouges crus ; verts et bleus plus épisodiques, en aplats fortement délimités. Jamais de blanc ou juste une pointe pour mettre en valeur un détail, une paire d'yeux…). 

          Et, avant même d’avoir perçu l’"histoire" portée par ces réalisations, quel régal pour les yeux du visiteur, que ces jeux de couleurs sans hiatus et ces formes aux volutes compliquées ! au “centre” desquels, tel un fœtus dans son milieu confortable, se trouve un "être vivant" ! il faut s’approcher pour percevoir dans ces taches  polychromes ce petit personnage toujours homomorphe, toujours de face, homme ou femme, en buste, le reste du corps disparaissant dans les environnements déjà évoqués. Puis un autre, un autre encore… un lapin à demi-caché, des masques un peu animaliers… 

          D'autres fois, c'est une tête qui apparaît, plein cadre, visible de loin dominant le fond. Et,  immédiatement, intervient le sens inné de la mise en scène de Philippe Bouillaguet. Car c’est bien là le sommet de son art : savoir, l’air de rien, uniquement avec un trait (volontairement) perturbé, parfois haché, comme incertain, rendre évidente dans leur immobilité de façade, l’existence de ses personnages. S’imposent alors les gros yeux charbonneux pleins d’expressivité ; malicieux, penauds, dubitatifs... méchants peut-être. Et puis de larges oreilles décollées des crânes aux cheveux hirsutes, possiblement coiffés d'un chapeau. La bouche, grande ouverte, de guingois toujours. Le nez démesuré ou crochu, narines dilatées. Nœud papillon supportant un menton en galoche ! Il se peut aussi que le corps disparaisse dans une sorte de lange, et que le personnage couché, incontestablement adulte, ait à la bouche une sucette à la manière des enfants, tandis que ses mains à trois doigts brandissent des pancartes porteuses de manifestes illisibles. 

          Subséquemment, dans l'un et l'autre cas, ce sont sur les cimaises, d’étranges instantanés de non moins étranges figures, intemporelles, toutes semblables et néanmoins chaque fois différentes, dessinées sans souci de réalisme, exécutées de façon très rudimentaire : Simples, tellement simples que, de prime abord, elles ressemblent à s’y méprendre à des caricatures ! 

          Inutile, donc, de chercher dans ces compositions, morphologies raffinées, narrations ou descriptions complaisantes. Seules sont évidentes les silhouettes à l’impact à la fois brutal et étonnant de cette oeuvre éminemment personnelle. Tout se passe comme si, désireux de rendre autant de souvenirs rémanents, d’impressions brèves fouettant comme des flashes son imaginaire, Philippe Bouillaguet gardait en tête –au cœur aussi, vu la constance de son investissement pictural–, les caractères essentiels de l’être humain ; et, en toute spontanéité, les restituait sur sa toile ! Il offre de ce fait au visiteur, une oeuvre puissante et singulière ; qui, en raison de sa réflexion personnelle, l’écarte de la création brute dont sa démarche esthétique est pourtant proche ; qui est souvent un peu naïve par la manière dont le concernent ses états d’âme traduits par chaque tableau ; mais qui surtout, par son chromatisme, sa stylisation et son goût du “portrait” le place dans la famille protéiforme des Expressionnistes.

          Tandis que, pour le visiteur qui, au cours de cette circumnavigation et au gré de sa subjectivité a simultanément aimé/refusé, questionné/suggéré ce qu'il voyait, ou aurait aimé voir… le point d’interrogation reste majuscule. Mais n’est-ce pas l’apanage de toutes les œuvres puissantes, qu’elles ne se laissent jamais tout à fait pénétrer ?

          Finalement, cette absence de définitions n'est autre, pour Philippe Bouillaguet, qu'une quête de liberté, apportée par chaque nouveau tableau. Le plaisir, l'envie d’exprimer l’espace, la lumière, la résonance et, par opposition, d’aborder le volume, au moyen du trop-plein. Pour cet artiste, qu'importe la démarche, puisqu'il parle toujours de lui, de l’être humain, de la sociabilité, des regards qui parlent de beaucoup de choses ; ou de l'absence de regards qui l'emmène vers d'autres orientations… 

JEANINE RIVAIS

TEXTE ECRIT APRES LA BIENNALE DES ARTS SINGULIERS ET INNOVANTS DE SAINT-ETIENNE 2018. 

 

********************

 

GALERIE REVE D'AFRIQUE ET D'AILLEURS

MYLENE FAVERGEON

 

Le monde était-il tout décoré de fleurs, pour Mylène Favergeon qui l'a pourtant quitté si tôt ? Il semble bien que oui, puisque nombre de ses œuvres ont l'air d'en être : Groupes de petites figures géométriques qui s'enchaînent, s'emboîtent, se torsadent de sorte qu'il est impossible de trouver le début et la fin de ces sortes de rébus. Toujours au centre d'un vaste espace blanc. Rehaussés aux crayons de couleurs. Dans lesquels le visiteur peut subjectivement détecter un petit bonhomme aux gros yeux bleus et béret vert, ou les ailes d'un avion, etc. 

Et puis, parfois, toujours au centre de la feuille blanche, la tête souriante d'un gentil personnage uniquement linéarisé. Et surprise ! un landau (retour de l'artiste vers l'enfance ?) tout habillé de tissus fleuris ; et à la place du bébé, des fleurs ! Une abondance de fleurs !  

NICOLAS NUTTIN

          "Apercevez-vous quelque chose ?" demande Poussin à Porbus dans Le Chef-d’œuvre inconnu de Balzac. "_Non. Et vous ?" _ Rien" ! 

 Et pourtant, il y a tant à voir dans les compositions abstraites de Nicolas Nuttin ! Le processus qu'il emploie est complexe et médité, malgré l’incohérence apparente de sa gestuelle personnelle ; et c’est l'effet de surcharge qui provoque l’électrochoc chez le visiteur confronté à la difficulté de sa tentative : faire surgir une figure qui réponde à l’expérience de l’immédiateté de la vision de la chose habituellement  vue : pénétrer dans l’espace de l’œuvre alors qu'il n'est pas délimité physiquement.

C'est qu'en effet, une fois franchi le labyrinthe des formes minuscules qui s'enchevêtrent, s'entrecroisent, se bousculent, il réalise qu'il lui faut "se contenter" de  la multitude protéiforme de traits, courts, saccadés… larges, réguliers… étroits, aléatoires… apprécier la beauté des combinaisons de couleurs ; des embrouillamini de teintes allant –toujours- des ocre, des violines,  aux linéarités noires… S'apercevoir finalement que la quantité, la largeur et la longueur des lignes et des formes donnent un rythme certain à la toile. Et que toutes sont organisées, allant vers le centre, comme si là, se situait l'œil du cyclone !

J.R. 

 

********************

MUSEE D'ART ET D'INDUSTRIE

 

JEAN BRANCIARD

 

"L'entassement qui fait un peu marché aux puces", tel est d'après Jean Branciard le principe de ses créations. Où se conjuguent éléments de récupération organiques et minéraux surtout métalliques. Donnant un ensemble baroque que l'on pourrait classer sous le label "Véhicules rouillés", bateaux en particulier. "Rouillés" car sur ces œuvres, la trace du temps est primordiale. Conçues avec la certitude que chaque ajout est irrémédiablement "appelé" par le précédent et appelle aussi définitivement le suivant de façon à ce que, à partir de  la disparité, chaque œuvre prenne un  sens, devienne une unité. 

J.R.

VOIR AUSSI :

ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS http://jeaninerivais.jimdo.com Rubrique Festivals Banne 2010.

 

STEPHANE CERUTTI

 

Des assemblages, des volumes variables, souvent fantaisistes, toutes idées et libertés qui ont été pour Stéphane Cerutti une vraie révélation ! Oeuvres en mouvement, élancées, ascendantes ; dont la forme, quelle qu’elle soit, évoque des oiseaux. Fragiles, vulnérables. Et cette fragilité, cette vulnérabilité sont devenues une longue histoire d'amour entre lui et son sujet. Un travail de fine ciselure où chaque ligne, chaque cercle, chaque point… joue de la ligne, du cercle ou du point précédents. Où le visiteur a la chance de voir, certes, mais aussi d'"écouter" les sculptures musicales et de "toucher"! 

J.R.

VOIR AUSSI :

TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "STEPHANE CERUTTI OU LE REVE D'ICARE" : N° 72 Tome 2 DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA. 

Et aussi :  http://jeaninerivais.fr Rubrique ART SINGULIER.

 Et TEXTE DE JEANINE RIVAIS  : http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE FESTIVALS RETOUR SUR BANNE 2003

 

MYKOLAS LUKOSEVICIUS

 

Cet artiste présentait une seule œuvre : un caddie de supermarché "arrimé par un ensemble moteur-boîte de 2 CV Citroën" : Chaque élément important était notifié, à la manière d'une liste d'ingrédients placés sur un établi de garage ! La vie suspendue de matériaux, accolés en des rapprochements inattendus, voire  suspects ! 

J.R.

LOUIS MOLLE

 

De ses volumineuses  créatures construites naguère en trois dimensions, toujours travaillant le carton, le tissu, le bois, le fer, la céramique etc., Louis Molle en est venu à de jolies et amusantes figurines murales, humanoïdes certes, mais totalement irréalistes, au gré de la fantaisie de cet anar picturo-sculpteur ! Directement implantées, car vu les fantaisies de leurs anatomies, il est impensable de leur infliger un cadre. Et ce sont alors des sarabandes de créatures portant des noms bizarres, mi-allochtones par leurs becs énormes, leurs cornes nucales, mi-terriennes, par leurs longues jambes fildefériques, leurs jupettes et leurs bonnets pointues tirés des contes de fées ;  leurs formes jouant les unes des autres ; leurs couleurs nées d'amalgames acryliques et autres, se mariant avec bonheur, -car l'artiste est un coloriste-né-, tout ce petit monde batifolant sur les cimaises comme des enfants dans un parc public !  

Une manifestation que le spectateur a un plaisir fou à voir et revoir ; surpris de toute cette fantasmagorie qui s'est proposée à lui, repartant le cœur joyeux car, comme le dit le proverbe : "les plus beaux moments de la vie, ne sont-ils pas ceux que l'on a vécus en rêve" ?

J.R.

VOIR AUSSI :

ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.fr Rubrique Comptes-rendus de festivals Céramiques insolites Saint-Galmier 2006 

 

GERARD VISSER

 

Baptisé "Facteur de machines" ou "poète mécanique", Gérard Visser crée et fait bouger tout ce qui lui tombe sous la main au fil de ses glanes. Tout cela coupé, compressé, soudé, papiers marouflés…  et recyclé dans ses machines délirantes pour les faire jouer des panards,  tourner leurs anatomies bizarroïdes… Toutes parlant, chantant, couinant, pleurant, rageant… Racontant en somme des quotidiens revisités par l'artiste ; des péripéties drolatiques ; des rêves d'adultes devenus enfants ou d'enfants jamais trop grands pour s'amuser, s'émouvoir devant ces vies saugrenues qui sont là pour le surprendre! 

J.R.

VOIR AUSSI : ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique FESTIVAL IVe BIENNALE DE LYON 2011.