PARIS : 

BNF : BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE : Quai François Mauriac, 75706 Paris. Tél : 01.53.79.59.59. Mardi/Samedi : 10h/19h. Dimanche :  13h/19h (fermeture des caisses à 18h) Fermé le lundi et les jours fériés : 31 décembre et 1er janvier / dimanche de Pâques /1er et 8 mai / jeudi de l'Ascension / dimanche de Pentecôte / 14 juillet / 15 août / 1er et 11 novembre / 24 et 25 décembre. Fermeture annuelle des sites parisiens (François-Mitterrand, Richelieu et Louvois, Bibliothèque de l'Arsenal et Bibliothèque-musée de l'Opéra) : du 1er au 10 septembre 2017 inclus.

********************

PARIS : 

CENTRE HOSPITALIER SAINTE-ANNE : 1 rue Cabanis, 75014 Paris. Mercredi/Dimanche : 14h/19h.

********************

PARIS :

CENTRE POMPIDOU : 4 rue Aubry le Boucher, 75004 Paris. Tél : 01.44.78.12.33

Accès : 111, rue Saint-Martin, 75004 Paris Code : 37 A 94 Escaliers C, sur la gauche dans la cour,

Horaires : Tous les jours, sauf le mardi et le 1er mai. Musée et Expositions : 11h/21h (fermeture des caisses à 20h).

Les expositions de la galerie 1 et 2 bénéficient d'ouvertures en nocturne le jeudi jusqu'à 23h

Atelier Brancusi : 14h à 18h, du mercredi au lundi

Bpi : du lundi au vendredi (sauf mardis) de 12h à 22h, week-end de 11h à 22h

********************

PARIS : 

CITE INTERNATIONALE DES ARTS : Lily Robert / 18 rue de l'Hôtel de ville, 75004 Paris. Tél : 01.43.70.03.01.Mercredi/Samedi sauf fériés : 14h/19h.

********************

PARIS : 

FONDATION LOUIS VITTON : 8 avenue du Mahatma Gandhi, Bois de Boulogne, 75116 Paris. Tél : 01.40.69.96.00. Lundi/Samedi sauf fériés : 10h/18h.

********************

PARIS :

GALERIES NATIONALES DU GRAND PALAIS :1 Avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris. Tél : 01 44 13 17 30.

Mercredi/Samedi : 10h/22h, llundi et dimanche : 10h/20h. Fermeture le mardi et le 25 décembre.

Vacances de la Toussaint du 19 octobre au 2 novembre : tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 22h. vacances de Noël du 21 décembre au 4 janvier : tous les jours (sauf mardi) de 9h à 22h.

 Renseignements : Tél : +33 (0)1 44 13 17 17 (serveur vocal)

Des visites guidées de l’exposition (90 minutes) et des ateliers pour enfants (2h en tout avec une visite spéciale) sont aussi organisés.

Métro : Franklin-Roosevelt ou Champs-Elysées-Clemenceau

Bus : lignes 28, 32, 42, 72, 73, 80, 83, 93

Stations Vélib' n° 8029 et 8001

Galerie Sud Est  entrée porte H 

********************

PARIS :

HALLE SAINT-PIERRE : 2, rue Ronsard - 75018 Paris. Tél. : 33 (0) 1 42 58 72 89.

Attention nouveaux horaires à partir de septembre 2011 : le lundi ouvert de 13h à 18h.

jusqu’à cette date : ouvert tous les jours du lundi au dimanche de 10h à 18h. Fermeture billetterie à 17h30

Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€.

En août : ouverture de 12h à 18h, fermé le weekend.

Fermetures annuelles : 25 décembre, 1er janvier. 1er mai, 14 juillet et 15 août.

********************

PARIS : 

INSTITUT DU MONDE ARABE : 1, rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris. Tél : 01.40.51.38.38. Mardi/vendredi  : 10h-18h. Samedi/Dimanche : 10h/19h. L'IMA est annuellement fermé le 1er mai.

********************

PARIS : 

INSTITUT GIACOMETTI : 5 rue Victor Schoelcher, 75014 Paris. Tél : 01.87.89.76.75.Mardi/Dimanche : 10h/18h. Fermé le 1er novembre, le 25 décembre 2019 et le 1er janvier 2020.

Giacometti dans son atelier vers 1946
Giacometti dans son atelier vers 1946

**** THE WALKING MAN : AN ICON OF 20TH CENTURY ART

BIOGRAPHIE : ALBERTO GIACOMETTI (1901-1966) Né en 1901 à Stampa, en Suisse, Alberto Giacometti est le fils de Giovanni Giacometti, peintre postimpressionniste renommé. C’est dans l’atelier paternel qu’il est initié à l’art et qu’il réalise, à 14 ans, ses premières œuvres, une peinture et un buste sculpté de son frère Diego. En 1922, Giacometti part étudier à Paris et entre à l’Académie de la Grande-Chaumière, où il suit les cours du sculpteur Antoine Bourdelle. A cette époque, il travaille d’après modèle et commence à s’intéresser aux œuvres avant-gardistes, notamment cubistes. En 1929, il commence une série de femmes plates, proches de l’abstraction, qui le fait remarquer par le milieu artistique. En 1930, il adhère au mouvement surréaliste d’André Breton, au sein duquel il crée une série d’objets à connotations symbolique et érotique. En 1932 et 1934, il créé deux figures féminines emblématiques, Femme qui marche et L’Objet invisible. En 1935, il prend ses distances avec le groupe surréaliste et reprend la pratique d’après modèle, se dédiant intensément à la question de la figure humaine, qui sera pendant toute sa vie un sujet privilégié. Après avoir passé les années de guerre en Suisse, de retour à Paris, il reprend ses recherches sur la figure humaine. Travaillant principalement d’après modèle, il réalise aussi des figures plus génériques inspirées de l’histoire de l’art. Il développe un processus de travail personnel, modelant des figures en terre qu’il transfère ensuite en plâtre, retravaillant ensuite la surface au moyen de canifs et d’objets tranchants. Les œuvres de grandes taille sont parfois réalisées directement en plâtre. S’il fait couler la plupart de ses sculptures en bronze, il aime aussi exposer les plâtres, dont il peint parfois la surface. En 1947, il réalise la première version de l’Homme qui marche, puis décline ce thème dans plusieurs œuvres de plus petit format. En 1959-61 il réalise trois autres modèles grandeur nature, à l’occasion d’une commande (non aboutie) pour la Chase Manhattan Plaza à New York, qui deviennent des icônes de son œuvre. Alberto Giacometti s’éteint en janvier 1966, à l’hôpital de Coire, en Suisse.

 

"CATALOGUE CATHERINE GRENIER : L'Homme qui marche est l’œuvre la plus célèbre d’Alberto Giacometti. Plus qu’une œuvre célèbre, plus même qu’un chef-d’œuvre, elle est une icône contemporaine. Avec ce motif, traité par bien d’autres avant lui mais qu’il traduit dans son style si particulier, Giacometti a réussi à concentrer la puissance évocatrice de son œuvre et à incarner l’aspiration la plus puissante de son époque : humaniser le monde, l’histoire, l’art. Au travers de cette sculpture emblématique, l’artiste parvient à tout dire de l’humain dans la plus grande économie de moyens et d’effets : une matière comprimée jusqu’à sa limite extrême, une attitude sans pathos, essentiellement humaine dans sa simplicité, un symbole sans emphase, un titre sans lyrisme. Cette incarnation de l’humanité, particulièrement précieuse dans les temps actuels, place cette œuvre parmi les plus connues au monde et, ce qui est corrélé, parmi les plus chères. L’Homme qui marche fut, dans son premier état, une Femme qui marche. Tel est le titre de la première œuvre qui adopte ce motif. Conçue en 1932, durant la période surréaliste de l’artiste, cette sculpture réaffirmait l’importance de la figure humaine au cœur d’une production d’œuvres ayant perdu tout lien direct à la figuration. Après le naturalisme de ses débuts, puis une courte phase néo-cubiste le menant au seuil de l’abstraction, le jeune artiste s’était distingué en 1929 par des œuvres à connotation symbolique qui incitèrent les surréalistes à l’attirer dans leurs rangs. Après trois années de création d’« objets à fonctionnement symbolique » – ainsi dénommés par Salvador Dalí qui s’enflamme pour son travail –, la Femme qui marche (1932) renoue avec une représentation plus traditionnelle. La volonté de figurer à nouveau le corps humain ne ramène cependant pas l’artiste vers le modèle vivant, mais engendre une composition d’imagination qui reprend les canons et l’attitude de motifs Égyptiens. Sans tête ni bras, le corps gracile s’apparente à un objet archéologique, l’esthétique de ce personnage androgyne rappelant aussi la sculpture symboliste que l’artiste a connue dans sa jeunesse. Le thème, quant à lui, a une connotation surréaliste. Il est en effet à rapprocher de la fascination de Dalí pour Gradiva, la « femme qui marche en avant » de la nouvelle de Wilhelm Jensen, rendue célèbre par l’utilisation qu’en a fait Freud pour son étude sur le travail du rêve et la cure analytique. Giacometti utilise une seconde fois ce canon pour représenter un personnage hiératique et statique, étrange figure féminine assise sur un trône (L’objet invisible), qui sera la dernière de ce type. Après avoir bataillé pour donner forme à son idée, l’artiste marque son insatisfaction pour un travail d’imagination qui a pourtant généré deux chefs-d’œuvre. Il décide de revenir au travail d’après modèle vivant, ce qui occasionne sa rupture avec le mouvement d’André Breton en 1935. L’année suivante, il accepte néanmoins de présenter la Femme qui marche à la galerie Pierre Matisse, à New York. Pour adapter cette œuvre à ses nouveaux préceptes, il décide de reprendre le modèle originel en accentuant le caractère naturaliste de la silhouette. Il consacre plusieurs mois à cette transformation, supprimant la mystérieuse cavité ménagée dans le thorax de la version d’origine et remodelant le dos et la poitrine de façon plus naturaliste. « C’est certainement la meilleure chose que j’ai faite à ce jour » écrit-il à sa mère, « je l’ai commencée en 1932 et petit à petit je l’ai beaucoup travaillée. » Cette œuvre en plâtre sera vendue à Peggy Guggenheim. Roland Penrose, qui avait exposé la première version dans l’exposition surréaliste présentée à Londres, en commande un modèle. Malgré les réactions unanimement positives, ceci n’enclenche pas d’autres réalisations dans la veine du surréalisme. Giacometti est désormais engagé dans une nouvelle pratique, dont le succès public grandissant de son œuvre de la période surréaliste ne le détourne pas". (NDM)

Exposition du 4 juillet au 29 novembre 2020.

 

********************

PARIS :

INSTITUT METAPSYCHIQUE INTERNATIONAL : 11 rue Louise Weiss, 75013 Paris.

********************

PARIS : 

MAISON DE VICTOR HUGO : 6 place des Vosges, 75004 Paris. Tél : : 01 42 72 10 16. Mardi/Dimanche, et certains jours fériés (14 juillet et le 15 août) : 10h/18h. • 17h40 : dernière entrée. Fermé tous les lundis, ainsi que le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.

********************

PARIS : 

MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE DE L'HOPITAL SAINTE-ANNE(MAHHSA) : 1 rue Cabanis, 75014 Paris. Tél :01.45.65.85.41. Mercredi/Dimanche : 14h/19h.

*********************

PARIS : 

MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE DU JUDAÏSME : 71, rue du Temple - 75003 Paris

Le musée est ouvert du mardi au vendredi : 11 h/18 h et le samedi et dimanche : 10  h/18 h. Nocturne des expositions le mercredi jusqu’à 21 h et le samedi, dimanche et jours fériés jusqu’à 19 h.

Exposition du 20 mars au 25 août 2019.

**** JULES ADLER peintre du peuple.

" Avec 170 peintures, dessins, gravures et documents, cette exposition est la première rétrospective consacrée à un artiste qui laisse une œuvre puissante sur les bouleversements de son temps.

Né en 1865 à Luxeuil-les-Bains en Haute-Saône, au sein d’une modeste famille juive, Jules Adler est un peintre de la seconde génération naturaliste, dans la lignée des peintres de la réalité initiée par Gustave Courbet (1819-1877), franc-comtois lui aussi.

Dreyfusard de la première heure, l’artiste développe une vision du monde proche de celle d’Émile Zola (1840-1902), s’intéressant aux différentes figures du peuple : des ouvriers des manufactures et des mines aux petits métiers parisiens, des déracinés des villes aux paysans et marins, hommes, femmes, enfants ou vieillards partageant, sinon un même destin, une forme de relégation.

Après Dole, Évian, Roubaix, cette première rétrospective fait redécouvrir à Paris l’œuvre d’un artiste injustement méconnu bien qu’une de ses toiles, La Grève au Creusot (1899), soit devenue une icône des luttes ouvrières. Auteur d’une œuvre d’une grande force – notamment dans la première partie de sa longue carrière –, Adler a été largement reconnu en son temps, mais son indifférence aux débats des avant-gardes artistiques et son intérêt croissant pour le monde rural l’ont desservi auprès des générations suivantes. Au mahJ, l’exposition s’arrête aussi sur les résonances de la judéité du peintre dans sa perception du monde et ses engagements d’homme et d’artiste." (NDM)

**** JEAN BESANCENOT : "Juifs au Maroc, 1934-1937" : Photographies 

Vernissage mardi 30 juin de 14h à 21h.

Exposition du 30 juin 2020 au 2 mai 2021.

 

********************

PARIS :

MUSEE DU LOUVRE :

 36 Rue du Louvre, 75001 Paris. Tél : 01 40 20 58 24 Métro Palais-Royal.

TLJ. : 9h/18h, sauf mardi et fériés suivants : 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. La fermeture des salles commence à 17h30.
Nocturnes jusqu'à 22h mercredi et vendredi (fermeture des salles à partir de 21h30). 
Gratuit le premier dimanche de chaque mois (hors exposition du hall Napoléon).
L'accès par la Pyramide et par la Galerie du Carrousel est ouvert de 9h à 22h, sauf le mardi.
Le passage Richelieu est ouvert de 9h à 18h, sauf le mardi.

 Réouverture le 6 juillet 2020.

********************

PARIS :

MUSEE DU LUXEMBOURG : 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Vendredi/Lundi : 9h/22h. Mardi/Jeudi : 10h/20h

 

********************

PARIS :

MUSEE DU QUAI BRANLY : 37 QUAI BRANLY, 75007PARID. TEL : 01.56.61.70.00. TLJ. SAUF LUNDIS, 25 DECEMBRE ET 1ER MAI. 

HORAIRES : Lundi, mercredi, dimanche : 11h/19h// Jeudi, vendredi, samedi : 11h/21h.

EXCEPTIONS : VACANCES SCOLAIRES : 11H/19H  : LUNDI 8, 15, 22 ET29 FEVRIER. ET LUNDI 4, 11, 18 ET 25 AVRIL 2016. //NUIT DES MUSEES : SAMEDI 21 MAI, DE 18H A MINUIT // WEEK-END DES 10 ANS DU MUSEE : DU SAMEDI 25 JUIN A 11H AU 26 JUIN A 19H // JEUDIS 24 ET 31 DECEMBRE : FERMETURE A 18H. // GROUPES : ENTREE 9H30.

********************

PARIS :

MUSEE PICASSO : Hôtel Salé, 5 rue de Thorigny, 75003 Paris.Tel. +33 1 42 71 25 21

Mardi/Vendredi : 11h30/18h. Samedi et dimanche : 9h30/18h. Nocturne mensuelle : le 3e vendredi du mois, jusqu’à 21 h.

********************

PARIS :

MUSEE SINGER-POLIGNAC, CENTRE D'ETUDE DE L'EXPRESSION

CENTRE HOSPITALIER SAINTE-ANNE : 1, rue Cabanis 75014 Paris Tél. : 01 45 89 21 51. Mercredi /Dimanche : 14 h/19 h, nocturnes les jeudis jusqu’à 21 h

********************

ARLES : 

HOTEL DES ARTS  : 34 rue du Docteur Fanton, 13200 Arles. Tél : 04.90.96.76.06.

********************

AUBUSSON :

CITE INTERNATIONALE DE LA TAPISSERIE : Rue des Arts, BP 89. 23200 Aubusson. Tél : 09.72.48.15.64. 

De septembre à décembre et de février à juin : Mercredi /Lundi. Fermeture hebdomadaire le mardi.

9h30/12h et 14h/18h 

En juillet et août :  Mercredi/Lundi : 10h-18h  . Fermeture hebdomadaire le mardi matin.

********************

AUVERS-SUR-OISE : 

MAISON DU DOCTEUR GACHET : 78 rue Gachet, 95 430 Auvers-sur-Oise. Tél : 01 30 36 81. 

**** MAISON DU DOCTEUR GACHET : La nouvelle collection

"La Maison du docteur Gachet expose sa collection, récemment enrichie grâce à une importante donation d’art graphique puis par l’acquisition de quatre huiles sur toile.

Signées Louis Van Ryssel, pseudonyme du fils du médecin, ces tableaux proviennent de la collection qu’Emery et Wendy Reves, amateurs des peintres impressionnistes et post-impressionnistes, ont rassemblé à Roquebrune-Cap- Martin (Alpes-Maritimes), dans leur villa « La Pausa », à partir de 1953. Le reste de la collection, constituée d’œuvres de Manet, Renoir, Monet, Van Gogh ou Toulouse-Lautrec, est présenté au Dallas Museum of Art (États-Unis) depuis 1985, grâce à une donation de Wendy Reves.

Appuyées par quatre autres tableaux de sa main prêtés par un collectionneur privé, les œuvres de Louis Van Ryssel appartiennent aux genres de la nature morte et du paysage. Elles sont mises en regard avec d’autres huiles sur toile, aquarelles, pastels, dessins et eaux-fortes d’artistes ayant fréquenté la Maison du docteur Gachet : son élève Blanche Derousse, ses amis et patients Camille Pissarro ou Norbert Goeneutte et, bien sûr, Paul Gachet lui-même.

 

Cet ensemble, largement inédit, renvoie souvent aux motifs et à la manière des chefs d’œuvre signés Cézanne, Pissarro ou Van Gogh que le docteur Gachet avait accrochés aux murs de sa maison et qui appartiennent aujourd’hui aux collections des grands musées nationaux et internationaux.

Personnalité riche et singulière, à la fois scientifique et artiste, Paul Ferdinand Gachet naît à Lille le 30 juillet 1828, dans une famille de la moyenne bourgeoisie. Il s’intéresse très tôt à la fois à l’art – comme artiste et comme amateur – et à la médecine, voie qu’il privilégiera pour sa carrière professionnelle, sans pour autant abandonner la pratique artistique et la fréquentation des grands artistes de son époque, notamment impressionnistes et postimpressionnistes.

Exposition jusqu'au 12 septembre 2020.

********************

BEAUVAIS : 

LE QUADRILATERE : 22 rue Saint-Pierre, 60000 Beauvais. Tél : 03.44.15.67.00. Mardi/Vendredi : 13h/18h. Samedi et dimanche : 10h/18h.

**** PREMIER CONTACT : SANTIAGO BORJA

" SANTIAGO BORJA. PREMIER CONTACT est le titre de l’exposition consacrée à l’artiste et architecte Mexicain reconnu internationale- ment et sera la première exposition muséale de grande envergure présentée au public. Présenté dans différentes biennales d’architecture, de Chicago à Rotterdam, Santiago Borja s’est aussi distingué par ses interventions artistiques dans des sites majeurs de l’architecture moderniste du XXe siècle –comme la Villa Savoye de Le Corbusier.

À travers la présentation de plus d’une quarantaine d’œuvres, l’exposition fait le point sur plus de quinze années de recherche et de création, retraçant la trajectoire expérimentale et intellectuelle de ce créateur hors-norme –tout à la fois artiste, architecte et chercheur–porté par un idéal de Synthèse des arts. Dessins, peintures, graphisme, maquettes d’architecture, œuvres textiles monumentales ou sculptures mettent ainsi en relation le Modernisme avec des savoir-faire ancestraux à travers des juxtapositions plastiques et temporelles qui viennent bouleverser les structures de pensée occidentales.

Le parcours monographique sera prolongé par une dizaine d’œuvres d’art issues de la collection du Frac Grand Large. Ces œuvres exceptionnelles–signées Daniel Buren, Ettore Sottsass, Aurélie Nemours ou Hans Haacke–ont été choisies par l’artiste et les commissaires pour étendre le fil narratif de l’exposition et son questionnement sur la «géométrie spirituelle» des objets et des êtres jusqu’au mouvement de l’art minimal qui viennent bouleverser et rediscuter les structures de pensée.

Le dialogue avec l’œuvre de Santiago Borja se poursuit au sein du parcours «Patrimoine» du Quadrilatère et son Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine qui nous invite à réfléchir au « vernaculaire » comme notion subjective et construite par le regard que nous portons sur notre propre passé". (NDM)

Exposition de février à septembre 2021.

********************

BEDARIEUX : 

ESPACE D'ART CONTEMPORAIN : Maison des Arts - Espace Henri Pujol  19 avenue de l'Abbé Tarroux - 34600 Bédarieux. Mardi : 14h/18h, Mercredi : 9h/12h et 14h/18h. Jeudi : 9h30/12h et Vendredi et Samedi : 9h30/12h et 14h/18h. 

********************

BEGLES :

MUSEE DE LA CREATION FRANCHE : 58, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 33130 BEGLES. Tél : 05-56-85-81-73. Horaires d’hiver : Novembre – Février : 14h – 18h // Horaires d’été : Mars – Octobre : 15h – 19h

**** ALAIN LACOSTE : " ... plus de trente ans à me salir les mains, avec mes petites coulures et mes grandes colleries ! " Alain Lacoste

 

VOIR AUSSI : 

TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "QUOTIDIENS ET FANTASMAGORIES DANS L'ŒUVRE D'ALAIN LACOSTE, PEINTRE ET SCULPTEUR" : http://jeaninerivais.fr Rubrique Art singulier

********************

BOURGES : 

CENTRE D'ART TRANSPALETTE : 26 route de la Chapelle, 18000 Bourges. Tél : 02.48.50.38.61. Mercredi/Samedi : 14h/19h.

**** EXPOSITION COLLECTIVE : LAËTITIA BOURGET  CRAIG CALDERWOOD  MARINETTE CUECO  GAËLLE CHOISNE  ODONCHIMEG DAVAADORJ  EMMA DI ORIO  VIDYA GASTALDON  LUNDY GRANDPRÉ  BALTHAZAR HEISCH  SUZANNE HUSKY  ÏAN LARUE NADJA VERENA MARCIN  MYRIAM MIHINDOU  ELENA MOATY  PISTIL PAEONIA  SANJEEYANN PALÉATCHY  ANNIE SPRINKLE & BETH STEPHENS MALAXA  (TABITA REZAIRE & ALICIA MARSY)   ANIARA RODADO  KARINE ROUGIER  LARA WONDERLAND  ZHENG BO : "EVEN THE ROCKS REACH OUT TO KISS YO" 

 

le Centre d'art Transpalette, à Bourges, accueille l'exposition collective Even the rocks reach out to kiss you, sous le commissariat de Julie Crenn. L'exposition Even the rocks reach out to kiss you réunit les œuvres d’artistes issu.e.s de cultures et de générations différentes. Par la performance, la peinture, la poésie, la sculpture, la vidéo ou le tissage, elles alimentent une définition plurielle et complexe d’un mouvement nourri des urgences du monde contemporain.

Lors d’une discussion avec Suzanne Husky, Starhawk – sorcière écoféministe – décrit la version idéalisée d’un temple dédié à la Déesse : « Si je devais construire un temple de déesse maintenant, il serait rond et ovale, avec beaucoup de fenêtres sur l’extérieur. Il serait entouré de jardins magnifiques avec des arbres, des plantes médicinales et des plantes à fleurs, conçues pour fleurir toute l’année, de telle sorte que les insectes bénéfiques et pollinisateurs aient de quoi se nourrir en permanence.»

Le transpalette est ici envisagé comme une version possible du temple écoféministe. Un temple métaphorique aux formes douces et courbes, aux couleurs chamarrées, qui vient se lover un l’intérieur d’un white cube, d’une architecture orthonormée. À la pyramide nous préférons le cercle. Aux lignes franches et aux arêtes tranchantes, l’exposition invite à l’expérimentation d’une métaphore organique, spongieuse et poétique, celle d’un espace réfléchi d’une manière écoféministe. Un espace bienveillant et inclusif invitant à une (re)connection avec la joie et la puissance. Even the rocks reach out to kiss you devient le lieu d’un rassemblement d’engagements, d’imaginaires, de luttes, de formes pour faire exister ce temple.(NDM)

9 octobre 2020 au 17 janvier 2021

********************

 BROU : 

MONASTERE ROYAL :63 boulevard de Brou, 01000  Brou. Tél : 04.74.22.83.83. TLJ. sauf fériés : 9h/12h et 14h/17h. 

*********************

CAEN : 

MUSEE DES BEAUX-ARTS : Le Château, 14000 Caen. Tél : 02.31.30.47.60. TLJ. sauf mardi :  9h30/18h. 

Fermé le 1er janvier, dimanche de Pâques, 1er mai, Ascension, 1er novembre et 25 décembre.

********************

CANNES : 

POLE ART MODERNE ET CONTEMPORAIN (PAMoCC) : 47 boulevard de la Croisette, 06400 Cannes. Tél : 04.97.06.45.21. Lundi/Vendredi : 9h/17h.

**** KEHINDE WILEY, OLIVIER MASMONTEIL ET LOUIS CANE

"Déployée sur trois lieux, la programmation d'art contemporain de la Ville de Cannes pour l'été 2020 témoigne de la volonté de montrer les diverses facettes de la création contemporaine. Trois artistes vivants, deux générations, deux continents, tous viscéralement attachés au langage de la figuration, mais qui cherchent à en repousser les limites : le parcours d'art contemporain cannois propose, à travers ces trois expositions profondément différentes, des approches à la fois radicales et complémentaires de l'art de notre époque." (NDM)

********************

CANNES : 

CENTRE D'ART LA MALMAISON : 47 boulevard de la Croisette, 06400 Cannes. Tél : 04.97.06.45.21. Lundi/Vendredi : 9h/17h.

**** KEHINDE WILEY

"Le Centre d'Art de la Malmaison sur la Croisette, accueille l’une des stars internationales d'aujourd'hui, l'américain Kehinde Wiley, célèbre notamment pour son portrait de Barack Obama. Le Centre d'art la Malmaison dévoile à travers une trentaine d'oeuvres le dessein épique qui accompagne son travail depuis 15 ans. En puisant son inspiration dans la peinture classique, de Van Dyck à Gainsborough en passant par Ingres ou David, et en choisissant des modèles d'origine africaine ou selon ses termes, des personnages « non blancs », Kehinde Wiley nous interroge sur notre perception de la figure noire dans l'art, absente et stéréotypée. Au-delà de l'accusation ou d'une critique politique, Kehinde Wiley explore la notion d'identité : qu'est ce qu'être jeune, noir ou blanc, homme ou femme, dominé ou dominant ? À travers cette rétrospective, la première en France, se dessine une vision originale de l'histoire de l'art occidentale. Kehinde Wiley nous invite, nous autres européens, à nous réapproprier une peinture dont nous avons, peut-être, oublié l'exceptionnelle vitalité alors que notre continent connaît une crise d'identité majeure. Accueillir à Cannes une telle exposition monographique de Kehinde Wiley concrétise l'aspiration internationale de la ville en matière d'art contemporain." (NDM)

Exposition du 10 juillet  au  1er novembre 2020.

********************

CANNES : 

LA VILLA DOMERGUE : 15 avenue Fiesole 06400 Cannes. Tél : 04.97.06.44.90. Ouvert uniquement pendant l'exposition d'été.

**** LOUIS CANE

"Enfin, dans le cadre exceptionnel de la Villa Domergue et ses jardins, une exposition sera dédiée au français Louis Cane. Peu de peintures dans cette exposition consacrée à ce membre fondateur du groupe supports / surfaces, mais une exploration inattendue de son travail de sculpture. Ménines, sorcières et Vénus mêlent absurdité et désespoir, comédie et drame, dans une volonté commune de dialogue entre présent et passé. Une admiration teintée de dérision émane des nombreuses références de Louis Cane aux artistes qui l’ont précédé. Disséminées dans les salons et les jardins, la quarantaine de sculptures présentent un aperçu inédit de plus de trente ans de création". (NDM)

Exposition du 27 juin au 27 septembre 2020.

 

********************

CANNES : 

LE SUQUET DES ARTISTES : 7 rue Saint-Dizier, 06400 Cannes. Tél : 04.97.06.44.90.  Tous les week-ends. : 10h/ 13h et 14h /18h.

CENTRES : 

CHATEAU DE TAURINES : 12120 Centrès.

********************

CHAUMONT-SUR-LOIRE :

CENTRE D'ART ET DE NATURE : Centre régional de Chaumont-sur-Loire (41150). Tél : 02.54.20.99.22.

********************

CHERBOURG :

LE POINT DU JOUR : 107 avenue de Paris, 50100 Cherbourg. Tél. 02 33 22 99 23. Mercredi/Vendredi : 14h/18h. Samedi, Dimanche : 11h/19h

 

********************

CLAMART :

CENTRE D'ART CONTEMPORAIN CHANOT : 33 rue Brissard 92140 Clamart. Tél : 0147 36 05 89. Mercredi, Vendredi, Samedi, et Dimanche : 14 h/18 h, sauf fériés. Entrée Gratuite.

************************

CLERMONT – FERRAND :

MUSEE BARGOIN : 45 rue de Ballainvilliers, 63100 Clermont-Ferrand. Tél : 04.43.76.25.50.

********************

DICY :

LA FABULOSERIE : 1 rue des Canes, 89120 Dicy. Tél : 03.86.63.64.21. Ouverture du 1 avril au 2 novembre : 

- du 1er avril au 30 juin : samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 19h

- du 1er juillet au 31 août : tous les jours de 14h à 19h (y compris les 14 juillet et 15 août)

- du 1er septembre au 2 novembre : samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 19h

Prévoir 2 heures de visite.

tous les jours de 11h à 19h  y compris les 14 juillet et 15 août.

**** UN BEL ETE ROMANTIQUE, EMOUVANT OU LUDIQUE… ET POURQUOI PAS SIMPLEMENT BRUT.

 

Exposition du 1er juillet au 31 août 2020.

********************

DRAGUIGNAN :

CHAPELLE SAINT SAUVEUR 

ORGANuGAMMusEum : 12 rue de la Roque, 83300 Draguignan Tél : 04 94 84 54 31. : Mardi /Samedi : Sur RDV.

********************

DUNKERQUE : 

LIEU D'ART ET D'ACTION CONTEMPORAINE : LAAC : 302 avenue des Bordées, 59140 Dunkerque  Tél : 03.28.29.56.00. Mardi /Vendredi : 9h30/18h. Samedi et Dimanche : 10h/18h.

Fermé exceptionnellement : Le 1er janvier, le 1er novembre, 24 décembre après-midi, 25 décembre, 31 décembre après-midi. L'après-midi de Mardi Gras et le dimanche du Carnaval, 1er mai et 15 août.

**** GERARD DESCHAMPS : "Peinture sans peinture".

" le LAAC - Lieu d'Art et Action Contemporaine de Dunkerque présentera l'exposition "Peinture sans peinture" de l'artiste Gérard Deschamps, sous le co-commissariat de Hanna Alkema & Sophie Warlop. La rétrospective d’ampleur de l’œuvre de Gérard Deschamps montrera un corpus d’une centaine œuvres de 1956 à 2020. Membre des Nouveaux Réalistes, coloriste virtuose et assemblagiste obsessionnel, Gérard Deschamps fait de la peinture sans les tubes et sans les pinceaux. Ses œuvres se composent d’ensemble de tissus, de sous-vêtements féminins pastels, de toiles cirées et de chiffons japonais, d’objets quotidiens aux couleurs vives.

Coloriste virtuose et assemblagiste obsessionnel, Gérard Deschamps a cherché tout au long de son parcours à faire de la peinture sans les tubes et sans les pinceaux. Souvent en prise avec l’espace tridimensionnel, son œuvre peut toutefois se lire comme une réflexion portée sur les composantes de la peinture : ses genres (natures mortes, paysages, peintures d’histoire), ses effets (chromatiques, de matières, de plissés...) ou l’art de la composition, au cœur de son processus d’association de matériaux existants. Il interroge la dimension décorative de l’art, en collectant des objets et des tissus déjà ornés de motifs qu’il combine. Pour les rares matériaux monochromes prélevés, il met en avant leurs qualités chromatiques propres ou les aléas du passage du temps sur les surfaces.

Par le choix de certains objets, Gérard Deschamps fait figure de peintre « d’histoire », en ce qu’il emploie de quoi dépeindre la société, dans ce qu’elle a de plus banal, de plus généralisé : dessous féminins, ballons et autres jouets, toiles cirées, balais, torchons... L’œuvre est le pléonasme du monde. Lui-même s’identifie volontiers à un archéologue ou un conservateur de musée. Il ne semble pas y avoir de sujets de colère, ni de traduction de drames, simplement un habile jeu de déconstruction et de reconstruction, avec un recul teinté d’humour, et une manière de voir la réalité de façon picturale. Associé au groupe Nouveau Réaliste, l’œuvre de Gérard Deschamps, économe dans ses moyens et généreuse dans ses effets, n’a cessé d’en prolonger l’esprit avec audace, modernité et fraîcheur.

L’exposition rétrospective Gérard Deschamps. Peinture sans peinture entend proposer un panorama de la création de l’artiste, depuis la fin des années 1950 jusqu’à aujourd’hui, au travers de près d’une centaine d’œuvres issues de collections privées françaises et d’institutions publiques européennes. Elle fait suite à plusieurs présentations du travail de l’artiste lors d’expositions au LAAC et à l’acquisition en 2016 de l’accumulation de tissus imprimés Fleurs de Hollande, datée de 1963. Présentée dans quatre salles du premier étage du musée (600 m2), elle propose un parcours thématique abordant quatre aspects traversant la pratique de Gérard Deschamps depuis ses débuts." (NDM)

Exposition du 11 avril au 4 octobre 2020.

 

********************

DUNKERQUE : 

FRAC GRAND LARGE HAUTS DE FRANCE : 503 avenue des Bancs de Flandres 59140 DUNKERQUE. Tél : 03.28.65.84.20. Mercredi/Vendredi : 14h/18h. Weekend : 11h/19h.

********************

ECOUEN :

MUSEE NATIONAL DE LA RENAISSANCE : 94440 Château d'Ecouen. Tlj. sauf le mardi : 9h30/ 12h45 et d14h/ 17h45 (17h15 à partir du 01/10/13)

accès : par le train (SNCF) : gare du Nord banlieue : ligne H (voie 30 ou 31) 25 minutes direction Persan-Beaumont / Luzarches par Monsoult, arrêt gare d'Écouen- Ezanville, puis autobus 269, direction Garges-Sarcelles (5 min), Arrêt Mairie/Eglise (ou rejoindre le musée à pied depuis la gare (20 min) par la forêt) par la route : (à 19 km de Paris) autoroute A1 depuis la Porte de la Chapelle suivre Roissy CDG, sortie Goussainville / Cergy- Pontoise par la Francilienne (D104), direction Cergy- Pontoise, puis RD 316 (N16) en direction de Paris.

Tarifs : 7 €, TR 5,50 €. Gratuit pour les moins de 26 ans et pour tous le 1erdimanche du mois ainsi que le WE des journées du Patrimoine

 

********************

EPINAL :

MUSEE DE L'IMAGE : Cité de l'image, 42 quai de Dogneville, 88000 Epinal. Tél : 03.29.81.48.30.

Du 1er septembre au 30 juin : tous les jours 9h30-12h /14h-18h sauf lundi 14h-18h(fermé le matin), vendredi9h30-18h, dimanche et jours fériés (sauf lundi férié)10h-12h / 14h-18h

En juillet et août : tous les jours 10h-18h, sauf lundi 14h-18h (fermé le matin).

Fermeture exceptionnelle du Musée de l’Image les 25 décembre et 1er janvier.

********************

ESCOLIVES-SAINTE CAMILLE :

MUSEE PIERRE MERLIER : Moulin du Saulce, Chemin du Saulce, 89290 Escolives-Sainte-Camille. Tél : 06.75.12.87.04. TLJ. sauf mardi : 14h/19h. 

**** PIERRE MERLIER: Sculptures, peintures, reliefs.

 

" Pierre MERLIER (1931-2017 )

Sculpteur fguratif et hors de tous les courants, Pierre Merlier déteste la mièvrerie et admire toute forme d'art qui « prend aux tripes ». Chaque jour, de 15 à 83 ans, il sculpte avec passion. Lorsque ses forces déclinent, il se met à peindre intensément et prévient : «J'entends faire de la peinture de sculpteur... ».

Pierre Merlier propose une vision sarcastique de la société. L'époque est dévoilée, les corps sont dénudés, des actions sont mimées. Sans tomber dans le réalisme, le sculpteur reste dans l'allusion, l'interprétation, l'humour, la satire et parfois même, la provocation.

Très tôt reconnu par ses pairs (Prix de la jeune sculpture en 1956), Pierre Merlier expose régulièrement pendant près de 40 ans en France, à Paris notamment et à l'étranger.

L'Association Maison Pierre Merlier présente ses œuvres dans son atelier."  (NDM)

 

VOIR AUSSI : MERLIER PIERRE : ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique RETOUR SUR LE PRINTEMPS DES SINGULIERS 2003.

Et NECROLOGIE / Hommage et TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "LA FORET HUMAINE DE PIERRE MERLIER SCULPTEUR"

Exposition du 22 juin au 8 novembre 2020.

********************

FONTENOY :

CENTRE REGIONAL D'ART CONTEMPORAIN : Château du Tremblay, 89520 Fontenoy. Tél : 03.89.44.02.18. Fermé le lundi, sauf férié : 14h/19h.

**** EXPOSITION COLLECTIVE.

**** Parmi les exposants : MICHEL SMOLEC : Sculptures.

VOIR AUSSI : SMOLEC MICHEL : TEXTES DE JEANINE RIVAIS : "NAISSANCE D'UNE VOCATION" DANS LE NUMERO 58 DE SEPTEMBRE 1996, DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA. "DE TERRE ET DE CHAIR, LES CREATIONS DE MICHEL SMOLEC, sculpteur" 

ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS. http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique FESTIVAL CERAMIQUES INSOLITES, SAINT-GALMIER 2005.

et :  "TANT ET TROP D'YEUX ou MICHEL SMOLEC dessinateur" : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART SINGULIER.

 Et aussi : "ET DE NOUVEAU NOUS SOMMES DEUX" : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique ART SINGULIER. 

Et TEXTE DE JEANINE RIVAIS  : http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE FESTIVALS RETOUR SUR BANNE 2003

Et : COURT TEXTE DE JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.jimdo.com/  Rubrique FESTIVALS : 6e BIENNALE DE SAINT-ETIENNE 2018

Exposition jusqu'au 5 juillet  2020

****DOMINIQUE ROUSSEAU "Les figures de la terre".

Dominique Rousseau est un artiste plasticien qui fabrique lui même le papier qu'il crée : impressions, empreintes sur papier, installations, gravures et livres font une œuvre inattendue qui sera exposée dans les galeries.

 

 

Exposition du 12 juillet au 31 octobre 2020.

 

********************

GIVERNY :

MUSEE DES IMPRESSIONNISMES : 99 rue Claude Monet, 27620 Giverny0 Tél : 02.32.51.94.65.

Ouvert du 28 mars au 2 novembre 2014 : TLJ. : 10h/18h. Ouvert les jours fériés. Gratuit le 1er mai.

********************