********************

PARIS :

CENTRE POMPIDOU : 4 rue Aubry le Boucher, 75004 Paris. Tél : 01.44.78.12.33

Accès : 111, rue Saint-Martin, 75004 Paris Code : 37 A 94 Escaliers C, sur la gauche dans la cour,

Horaires : Tous les jours, sauf le mardi et le 1er mai. Musée et Expositions : 11h/21h (fermeture des caisses à 20h).

Les expositions de la galerie 1 et 2 bénéficient d'ouvertures en nocturne le jeudi jusqu'à 23h

Atelier Brancusi : 14h à 18h, du mercredi au lundi

Bpi : du lundi au vendredi (sauf mardis) de 12h à 22h, week-end de 11h à 22h

Le Centre Pompidou fête ses 40 ans 

 

Inauguré en 1977, le Centre Pompidou a 40 ans cette année. Pour fêter cet anniversaire, nous avons rassemblé des oeuvres d’artistes mondialement connus. Dessins, éditions, peintures, retrouvez les oeuvres des grands maîtres des XXe et XXI e siècles.

********************

PARIS :

GALERIES NATIONALES DU GRAND PALAIS :1 Avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris. Tél : 01 44 13 17 30.

Mercredi/Samedi : 10h/22h, llundi et dimanche : 10h/20h. Fermeture le mardi et le 25 décembre.

Vacances de la Toussaint du 19 octobre au 2 novembre : tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 22h. vacances de Noël du 21 décembre au 4 janvier : tous les jours (sauf mardi) de 9h à 22h.

 Renseignements : Tél : +33 (0)1 44 13 17 17 (serveur vocal)

Des visites guidées de l’exposition (90 minutes) et des ateliers pour enfants (2h en tout avec une visite spéciale) sont aussi organisés.

Métro : Franklin-Roosevelt ou Champs-Elysées-Clemenceau

Bus : lignes 28, 32, 42, 72, 73, 80, 83, 93

Stations Vélib' n° 8029 et 8001

Galerie Sud Est  entrée porte H 

********************

PARIS :

HALLE SAINT-PIERRE : 2, rue Ronsard - 75018 Paris. Tél. : 33 (0) 1 42 58 72 89.

Attention nouveaux horaires à partir de septembre 2011 : le lundi ouvert de 13h à 18h.

jusqu’à cette date : ouvert tous les jours du lundi au dimanche de 10h à 18h. Fermeture billetterie à 17h30

Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€.

En août : ouverture de 12h à 18h, fermé le weekend.

Fermetures annuelles : 25 décembre, 1er janvier. 1er mai, 14 juillet et 15 août.

**** L’ARCHIVISTE BARBARIEN – Predrag MILICEVIC - Ion BÂRLADEANU dit Ion B. - Ilija BOSILJ BASICEVIC - Boris DEHELJAN - Aleksandar DENIC - Bojan DORDEVIC dit Omca - Joca GERINGER - Vojislav JAKIC - Siljan JOSKIN - Dragan Gagac JOVANOVIC - Ljubisa JOVANOVIC « KENE » - Dragan MILIVOJEVIC - Vojkan MORAR - Budimir Pejak PEJAKOVIC - Nenad Dzoni RACKOVIC - Dragan “Magicni Cica” RADOVIC - Danijel SAVOVIC - Emir SEHANOVIC - Sava SEKULIC - Igor SOMONOVIC - Matija STANICIC - Ivana STANISAVLJEVIC - Milan STANISAVLJEVIC - Goran STOJCETOVIC - TANASIC Zoran par Ivan ZUPANC : Turbulences dans les Balkans.

TURBULENCES DANS LES BALKANS.

"L’exposition Turbulences dans les Balkans poursuit les prospections que la Halle Saint Pierre mène depuis plus de vingt ans aux frontières de l’art brut. La scène artistique des Balkans donne à voir ses territoires alternatifs riches de leur complexité et leur diversité. Gardiens du grand héritage de l’art populaire, icône de la pop culture, explorateurs de langages archaïques ou magiciens du matériau brut, tous ces artistes inventent des mondes singuliers travaillés par une Histoire déchaînée autant que par les sentiments et les instincts excessifs qui enflamment leur relation au monde. TURBULENCES, est la métaphore de ces expériences intimes mises en images, en émotions et en réflexions.

C’est le vent de l’art brut qui relie organiquement ces formes d’art différentes mais pourtant voisines.  Comment ne pas porter sur Ilija Bosilj et Sava Sekulic, maîtres de l’art naïf yougoslave, un œil neuf libéré du jugement de la naïveté. Nous serons étonnés de voir comment leur référence au monde réel est éloignée des compromis narratifs avec la réalité objective. Leur maladresse, leur simplicité, leur exagération et leur étrangeté, loin d’être la marque d’une quelconque indigence, expriment leur vision onirique d’un au-delà des apparences révélé dans sa dimension mythique et magique. Dans leur sillage Matija Stanicic, Milan Stanisavljevic et Barbarien feront également pencher leurs œuvres du côté brut de la force psychique.  Mais ce sont les compositions torturées de Jakic, que l’artiste vivait non pas comme « un dessin ou une peinture, mais comme une  sédimentation  de douleur »  qui nous plongent implacablement dans un monde archaïque, déstructurant dans le même temps nos logiques rationnelles. 

Nous devons à Nina Krstic, conservatrice du Musée d’art Naïf et Marginal de Jagodina en Serbie, de conserver et protéger ce patrimoine artistique mais aussi de le partager comme une réalité patrimoniale en perpétuelle évolution. C’est ainsi que, grâce à son action, des artistes aux entreprises très différentes, Siljan Joskin, Ivana Stanisavljevic, Igor Simonovic , Ljubisa Jovanovic Kene ou Vojkan Morar,  revendiquant pleinement leur statut mais se trouvant en porte à faux avec « l’asphyxiante culture » ont gagné la reconnaissance au sein de la tribu créatrice complexe et plurielle des artistes « outsiders ».                                                  

La rencontre de l’art brut et des Balkans n’en est cependant qu’à ses premiers développements, loin de la vulgarisation  en cours en Europe occidentale et aux Etats-Unis. Autrefois poudrière, aujourd’hui morcelés et en quête de stabilité, les Balkans tentent d’exister ailleurs que dans le poids du passé, que ce soit un passé lointain marqué par la domination des Empires, les mythes nationaux, ou un passé proche fait de conflits armés. En marge des institutions une scène artistique alternative voit le jour. Tournant le dos aux performances trop artificielles et intellectualisées d’un certain art contemporain, des artistes veulent renouer avec des formes d’expression plus authentiques,  ouvertes sur la vie intérieure jusqu’aux confins de l’obsession et du délire.

Entre caractère alternatif et effervescence artistique, des initiatives ont vu le jour qui donnent une visibilité à l’art des marges. L’association Art Brut Serbia, fondée par Goran Stojcetovic s’est donnée pour mission  de créer émulation,  rencontres,  partage aussi bien dans le champ de la réflexion que dans celui de la pratique. Ses membres,  parmi lesquels Danijel Savovic, Budimir Pejakovic, Bojan Dordevic Omca, Dragan Gagac Jovanovic, Dragan Radovic Cica,  sont  de sensibilité très différente et d’une grande variété d’inspiration. Mais ils ont en commun un même besoin viscéral de célébrer le geste créateur, d’oser lever barrages et censures pour réactiver des noyaux de vécu et les sentiments confus qui les traversent. L’association collabore étroitement avec le centre culturel autonome Matrijarsija dont l’objectif est d’être un « générateur puissant d’art turbulent ». Ces nouveaux artisans de la contre-culture, renouvelant le slogan Do it now, do it yourself,  inventent des pratiques artistiques visuelles et musicales spécifiques à destination des artistes marginalisés par le système de production, de présentation et de transmission de l’art. Turbulences dans les Balkans met en acte le besoin existentiel de ces artistes de penser le monde en le poétisant, de faire résonner un langage qui ne raisonnerait plus.  Un langage de la rupture à l’œuvre dans les photomontages d’Emir Sehanovic perpétuant la molybdomancie, un art divinatoire ancestral ou dans les dessins de Zoran Tanasic placardés dans différents lieux de la ville, faisant de l’espace public le théâtre éphémère de son récit personnel.

Les terres sauvages de l’art brut  nous interrogent  sur ce qui reste d’espoir aujourd’hui de renouer avec les forces créatives profondes. En riposte à la prison imaginaire dans laquelle le progressisme technologique nous détient depuis si longtemps, l’insoumission sensible de nos turbulents imagine de folles évasions. Ces artistes ne correspondraient-ils pas à la description nietzschéenne de l’homme du « gai savoir » : « Après avoir subi assez souvent naufrages et catastrophes », ils ont pu découvrir une autre compréhension de la réalité, « un monde […] démesurément riche en choses belles, étrangères, problématiques, terribles et divines »[1] ." (NDM)

 

[1] Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, Paris : Flammarion, 1997, p. 351.

Vernissage le 7 septembre à 18H.

Exposition du 7 septembre 2017 au 31 juillet 2018

 

********************

PARIS : 

MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE DE L'HOPITAL SAINTE-ANNE(MAHHSA) : 1 rue Cabanis, 75014 Paris. Tél :01.45.65.85.41. Mercredi/Dimanche : 14h/19h.

**** M. ALVES C. / ANONYMES /Francisca B. /BEZARD /A.P. BRAGANCA /A. BRAZ /R. E. BREDIER /J. CARREAU / H. de CARVALHO /A. CORBAZ /M. De VALOY /G. DUFOUR (Duf) /EVEN /G. FERRARI /P.G. /P. F. GACHET /C. GAY /M. GENIN /J. GESP /F. GODIER /J. de GOLBERY /L.E. GROS-BRUN /H.A.R. /HENNING (?) / R. HEROULT / HILLAIRET /J. HOUSSET /C.O. LEG /C. MACARIO /G. MARTIN /MELITT /A. MILLET /C. MOTALE /A. NELIDOFF /R. NEVEU /J.R. NEVES GARCIA /OANNES /O.PRADO /G. PUJOLLE /S. QUINTERNI /J. ROMA(H)NO SANTOS /J. THEOFILO /TRAY (?) / A.VACCHIARELLI /K. VAN OSS /E. VERNUS /Le Voyageur Français /A. WÖLFLI

"Cette année, l’hôpital Sainte-Anne fête ses 150 ans. Aussi paraissait-il essentiel de retracer l’histoire de la Collection Sainte-Anne et celle du MAHHSA ( Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne ), grâce à deux expositions successives et complémentaires.

Elle était une fois : Acte I, les origines de la Collection Sainte-Anne, rappellera les prémices de l’histoirede la Collection en montrant les œuvres les plus   qui sont en son sein -celles qui furent réalisées entre 1858 et 1949. Seront exposées tant des œuvres d’artistes qui ont témoigné de la vie asilaire à la fin du XIXème siècle, que des productions spontanées de malades qui se sont progressivement inscrites dans une démarche - et parfois dans une passion - créatrice. Le parti pris est de regrouper les cent vingt œuvres choisies, de façon à rendre compte de la préfiguration du futur Musée lorsqu’il sera installé dans ses nouveaux locaux, à savoir la chapelle de l’hôpital.

Elle était une fois : Acte II, Autour de 1950, s’inscrira dans la continuité de la précédente. Son propos est davantage axé sur la particularité de l’existence de cette Collection. L’accent sera mis sur l’importance de l’exposition présentée à Sainte-Anne en 1950, à l’occasion du Premier Congrès Mondial de Psychiatrie. Cette exposition qui montra au public près de 2000 œuvres de patients-artistes, marqua la réelle naissance de la Collection en tant que corpus défini, protégé et valorisé. C’est à ce moment-là qu’eurent lieu de nombreux dons internationaux.

Elle était une fois, Acte I et II

Pour rendre compte du contexte de cette époque et du retentissement de l’événement que cette exposition représentait, il est proposé de mettre en relation les œuvres exposées à Sainte-Anne en 1950 par Robert Volmat et les œuvres présentées par Jean Dubuffet en 1949 à la galerie Drouin de Paris.

Les organisateurs étaient un psychiatre d’une part et un artiste collectionneur d’autre part. Deux regards et deux conceptions fort différents sur les œuvres que l’un et l’autre donnaient à voir à ce moment-là. Et pourtant il était possible de voir à Sainte-Anne comme à la galerie Drouin, des œuvres des mêmes artistes tels Aloïse Corbaz, Albino Braz, Gaston Duf et Adolf Wolfli. D’autres artistes exposés en 1950 à Sainte-Anne, n’étaient pas encore dans la collection de Jean Dubuffet, cependant ils figurent aujourd’hui à l’inventaire de la Collection de l’Art Brut de Lausanne. C’est pourquoi, au travers de cette deuxième exposition il s’agira de tenter de comprendre quels étaient les liens et les échanges entre Jean Dubuffet et les psychiatres Robert Volmat et Jean Delay à cette époque.

De la Collection Sainte-Anne, nous montrerons les principales œuvres issues de l’exposition de 1950, dont de nombreux artistes brésiliens qui ont travaillé à l’Hôpital de Juqueri au Brésil. Leur seront associées des œuvres de ces mêmes artistes provenant du LaM à Villeneuve d’Ascq, du musée d’Art Brut de Lausanne et du musée du Dr Guislain à Gent." Anne-Marie Dubois Responsable scientifique de la Collection Sainte-Anne Commissaire des deux expositions" 

ACTE I : Exposition du 15 septembre au 26 novembre 2017. 

ACTE II : Exposition du 30 novembre 2017 au 28 février 2018.

 

*********************

PARIS : 

MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE DU JUDAÏSME : 71, rue du Temple - 75003 Paris

Le musée est ouvert du mardi au vendredi : 11 h/18 h et le samedi et dimanche : 10  h/18 h. Nocturne des expositions le mercredi jusqu’à 21 h et le samedi, dimanche et jours fériés jusqu’à 19 h.

**** HERITAGE INESPERE : "Une découverte archéologique en Alsace".

À l’automne 2012, l’extraordinaire découverte d’une genizah dans les combles de la synagogue de Dambach-la-Ville, dans le Bas-Rhin, a permis la mise au jour de milliers de documents et d’objets du XIVe au XIXe siècle, sauvés de la benne par des chercheurs et des bénévoles. Cette genizah recelait des vestiges d’une richesse exceptionnelle, tant par la variété que par l’ancienneté

Une genizah est un dépôt d’écrits portant le nom de Dieuet, par extension, d’objets de culte usagés. Comme ils ne doivent pas être jetés, ils sont placés dans une cache à l’intérieur de la synagogue dans l’attente d’un enterrement.

Ce type de dépôts était jugé de peu d’intérêt en France, contrairement à l’attention dont ils font l’objet dans d’autres pays de l’aire ashkénaze, conscients de la valeur des vestiges de communautés anéanties par la Shoah.

À l’automne 2012, l’extraordinaire découverte d’une genizah dans les combles de la synagogue de Dambach-la-Ville, dans le Bas-Rhin, a permis la mise au jour de milliers de documents et d’objets du XIVe au XIXe siècle, sauvés de la benne par des chercheurs et des bénévoles. Cette genizah recelait des vestiges d’une richesse exceptionnelle, tant par la variété que par l’ancienneté : parchemins du XVe siècle, imprimés du XVIe siècle, mappot (langes de circoncision brodés) du début du XVIIe siècle, mezouzot (versets protecteurs), tefillin (phylactères) des XVIIIe et XIXe siècle, et de très nombreux autres objets.

L’exposition « Héritage inespéré, une découverte archéologique en Alsace » porte un regard inédit sur le passé des communautés juives alsaciennes, qui étaient parmi les plus importantes en France avant l’Émancipation, et qui ont aujourd’hui disparu en raison de l’exode rural et de la Shoah.

Outre la genizah de Dambach, l’exposition présente quelques exemples provenant de genizot découvertes fortuitement à Mackenheim, à Bergheim et à Horbourg, elles aussi sauvées in extremis.

L’exposition retrace l’origine des objets et leur donne la parole ; elle fait découvrir, en dépit de la modestie des pièces présentées, la richesse de ce type de fonds pour la connaissance de la vie quotidienne des communautés rurales, sous ses dimensions les plus variées, et leur évolution, sur plusieurs siècles, des débuts de l’ère moderne à la première moitié du XXe siècle.

Conférence le mercredi 27 septembre de 19h30 à 21h.

Exposition du 29 juin 2017 au 28 janvier 2018.

 

********************

PARIS :

MUSEE D'ART MODERNE DE LA VILLE DE PARIS : 11 avenue du Président Wilson, 75116 Paris. Tél : 01.53.67.40.00. Mardi/Dimanche : 14h/18h. Nocturne jeudi jusqu'à 22h.

********************

PARIS :

MUSEE GUIMET : 6, place d’Iéna - 75116 Paris ; Tel : 01 56 52 53 00.

Musée fermé le mardi et les 1er mai, 25 décembre et 1er janvier .

Musée ouvert de 10 h à 18 h tous les jours sauf le mardi.

Fermeture de la caisse à 17 h 15, des salles à 17h45.

********************

PARIS:

MUSEE DE L'HISTOIRE ET DE L'IMMIGRATION : Palais de la Porte Dorée, 293 Avenue Daumesnil, 75012 Paris. 

Mardi/Vendredi : 10h/17h30 – samedi et dimanche : 10h/19h

Fermé le 25 décembre et le 1er janvier

********************

PARIS :

MUSEE DE MONTMARTRE : 12, rue Cortot – 75018 Paris Tél : + 33 (0)1 49 25 89 39 TLJ. : 10h/18h. Métro Anvers, ligne 2, puis prendre le funiculaire de Montmartre. Bus 80, Montmartrobus

www.museedemontmartre.fr Métro Abbesses, ligne 12.

 

********************

PARIS :

MUSEE DU LOUVRE :

 36 Rue du Louvre, 75001 Paris. Tél : 01 40 20 58 24 Métro Palais-Royal.

TLJ. : 9h/18h, sauf mardi et fériés suivants : 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. La fermeture des salles commence à 17h30.
Nocturnes jusqu'à 22h mercredi et vendredi (fermeture des salles à partir de 21h30). 
Gratuit le premier dimanche de chaque mois (hors exposition du hall Napoléon).
L'accès par la Pyramide et par la Galerie du Carrousel est ouvert de 9h à 22h, sauf le mardi.
Le passage Richelieu est ouvert de 9h à 18h, sauf le mardi.

Hall Napoléon : 

**** FRANCOIS 1ER ET L'ART DES PAYS-BAS : 

Si le goût de François Ier pour l’art italien est bien connu et son mécénat essentiellement identifié à la création du foyer italianisant de Fontainebleau, son règne ne s’inscrit pas moins dans une tradition très vivace d’implantation en France d’artistes originaires des Pays- Bas.

Les plus connus d’entre ces artistes du Nord actifs en France sous son règne, Jean Clouet et Corneille de La Haye dit Corneille de Lyon se spécialisèrent dans le  portrait. Mais tant à Paris que dans les foyers normands, picards, champenois et bourguignons, s’est largement épanouie, dans l’art du manuscrit enluminé et dans la peinture religieuse principalement, une vague d’influences septentrionales – anversoises, bruxelloises, leydoises, haarlémoises – que les recherches  récentes ont peu à peu révélées en ressuscitant des artistes injustement tombés dans l’oubli. Godefroy le Batave, Noël Bellemare, Grégoire Guérard, Bartholomeus Pons, et d’autres encore anonymes et non moins talentueux, qui se sont illustrés dans des techniques aussi diverses que l’enluminure, la peinture, le vitrail, la tapisserie, la sculpture. Le roi acheta par ailleurs abondamment des tapisseries, des pièces d’orfèvrerie et des tableaux flamands.

L’exposition fait ainsi ressurgir tout un pan méconnu de la Renaissance française et se propose d’en explorer la variété, les extravagances et la monumentalité. (NDM)

Exposition du 18 octobre 2017 au 15 janvier 2018.

Petite galerie 

**** THEATRE DU POUVOIR

"Portraits de souverains, fables historiques, objets d’art évoquant la puissance… Pour sa troisième saison, la Petite Galerie s’intéresse aux relations entre art et pouvoir, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, en passant par la rupture provoquée par la Révolution française." (NDM)

Exposition du 27 septembre 2017 au 2 juillet 2017.

 

********************

PARIS :

MUSEE DU LUXEMBOURG : 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Vendredi/Lundi : 9h/22h. Mardi/Jeudi : 10h/20h

 

********************

PARIS :

MUSEE DU QUAI BRANLY : 37 QUAI BRANLY, 75007PARID. TEL : 01.56.61.70.00. TLJ. SAUF LUNDIS, 25 DECEMBRE ET 1ER MAI. 

HORAIRES : Lundi, mercredi, dimanche : 11h/19h// Jeudi, vendredi, samedi : 11h/21h.

EXCEPTIONS : VACANCES SCOLAIRES : 11H/19H  : LUNDI 8, 15, 22 ET29 FEVRIER. ET LUNDI 4, 11, 18 ET 25 AVRIL 2016. //NUIT DES MUSEES : SAMEDI 21 MAI, DE 18H A MINUIT // WEEK-END DES 10 ANS DU MUSEE : DU SAMEDI 25 JUIN A 11H AU 26 JUIN A 19H // JEUDIS 24 ET 31 DECEMBRE : FERMETURE A 18H. // GROUPES : ENTREE 9H30.

********************

PARIS :

MUSEE PICASSO : Hôtel Salé, 5 rue de Thorigny, 75003 Paris.Tel. +33 1 42 71 25 21

Mardi/Vendredi : 11h30/18h. Samedi et dimanche : 9h30/18h. Nocturne mensuelle : le 3e vendredi du mois, jusqu’à 21 h.

********************

********************

PARIS :

MUSEE RODIN : 79 rue de Varenne, 75007 Paris. TLJ. sauf lundi.

Nocturne mercredi jusqu'à 20 H45.

********************

PARIS :

MUSEE SINGER-POLIGNAC, CENTRE D'ETUDE DE L'EXPRESSION

CENTRE HOSPITALIER SAINTE-ANNE : 1, rue Cabanis 75014 Paris Tél. : 01 45 89 21 51. Mercredi /Dimanche : 14 h/19 h, nocturnes les jeudis jusqu’à 21 h

********************

PARIS :

ORANGERIE DU SENAT : Jardin du Luxembourg – 75006 Paris Accès porte Férou (19 bis, rue de Vaugirard) : Entrée libre, tous les jours :12h/20h.

********************

ARLES : 

HOTEL DES ARTS  : 34 rue du Docteur Fanton, 13200 Arles. Tél : 04.90.96.76.06.

GRAND ARLES EXPRESS 

**** MATHIEU PERNOT : "Survivances" : Photographies.

" Pendant tout l’été, l’Hôtel des Arts, centre d’art du Département du Var, offre l’ensemble de ses espaces à Mathieu Pernot.

Sous l’intitulé « Survivances », l’exposition invite les visiteurs à un parcours inédit dans le travail que l’artiste a réalisé pendant une vingtaine d’années auprès de diverses communautés tsiganes, avec notamment des images jamais montrées au public.

Installations, photographies, enregistrements sonores et documents d’archives viennent construire ici un récit protéiforme de l'histoire de cette minorité, souvent opprimée, toujours vivace.

 C’est en 1998 que Mathieu Pernot effectue un séjour en Roumanie, - mené dans le cadre d’une bourse de villa Médicis hors-les-murs -, à la rencontre des Tsiganes d’Europe de l’Est, poursuivant ainsi un corpus entamé trois ans auparavant à l’École nationale de la photographie d’Arles (EnsP). Les images qui ressortent de cet épisode singulier dans le travail de l’artiste révèlent avec simplicité la force des lieux et la puissance des visages auxquels il a alors fait face. En étant présentées pour la toute première fois au public, dans l’exposition Survivances de l’Hôtel des Arts à Toulon, elles offrent un glissement silencieux sur la réalité des communautés tsiganes d’Europe de l'Est.

 L’exposition interroge également la tragédie de l'Histoire, au travers de travaux consacrés à l'internement des Tsiganes dans les camps de Saliers (Bouches-du-Rhône) et Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Le visiteur y découvre tour à tour les morceaux d'une ancienne baraque prélevés et réassemblés pour l’occasion, des carnets anthropométriques que les nomades devaient porter ainsi que des fiches d’identité (Archives du Var)…  La question du fichage trouve ici un double écho, tant avec les photomatons d'enfants que l’artiste a réalisés en 1995 qu’avec la présentation d’archives familiales constituées de photos d'identité datant des années 1950 aux années 1990.

Par des installations vidéo, la question de la survivance de certains rites tsiganes – deuil, mariage, chant - est également abordée." (NDM)

Exposition du 4 juillet au 1er octobre 2017.

********************

AUBUSSON :

CITE INTERNATIONALE DE LA TAPISSERIE : Rue des Arts, BP 89. 23200 Aubusson. Tél : 09.72.48.15.64. 

De septembre à décembre et de février à juin : Mercredi /Lundi. Fermeture hebdomadaire le mardi.

9h30/12h et 14h/18h 

En juillet et août :  Mercredi/Lundi : 10h-18h  . Fermeture hebdomadaire le mardi matin.

********************

********************

BEGLES :

MUSEE DE LA CREATION FRANCHE : 58, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 33130 BEGLES. Tél : 05-56-85-81-73. Horaires d’hiver : Novembre – Février : 14h – 18h // Horaires d’été : Mars – Octobre : 15h – 19h

****  VISIONS ET CREATIONS DISSIDENTES : Exposition collective internationale.

Vernissage le 29 septembre à 18h.

Exposition du 30 septembre au 3 décembre 2017.

 

********************

BERCK-SUR-MER : 

MUSEE : 60 Rue de l’Impératrice - 62600 Berck sur Mer - France - Tél. 03 21 84 07 80. Mercredi/Dimanche : 10h/12h et 15h/18h.

**** SOPHIE VERGER :"Bête à musée" : 60 œuvres, 16 créations originales.

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "L'ETRANGE ARCHE DE NOE DE SOPHIE VERGER" : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique ART CONTEMPORAIN..

Vernissage de l'exposition samedi 10 juin à 18 h 30

Exposition du 10 juin au 16 octobre 2017.

 

********************

 BROU : 

MONASTERE ROYAL :63 boulevard de Brou, 01000  Brou. Tél : 04.74.22.83.83. TLJ. sauf fériés : 9h/12h et 14h/17h. 

*********************

CAEN :

MUSEE DES BEAUX-ARTS : Le Château,14000 Caen. TLJ. 10h/18h. Fermé les 1er et 9 mai.

 

********************

CARCASSONNE : 

MUSEE DES BEAUX-ARTS : 15 Boulevard Camille Pelletan, 11000 Carcassonne. Tél: 04.68.77.73.71 TLJ. sauf fériés : 10h/12h et 14h/18h.septembre / 15 juin : mardi/Samedi et 1er dimanche du mois : 14h30/17h30. // 15juin/24 septembre : TLJ. : 10h/18h.

**** ANDRE MARFAING (1923-1987) : Peintures et lavis.

"… Marfaing revendique une pure volonté esthétique, il rejette avec Soulages toute référence au monde qui nous entoure. Alors qu’il refuse les références des générations précédentes, il y a chez lui une quête de l’art pour l’art, et presque du beau pour le beau, qui renvoie paradoxalement à l’esthétisme des siècles passés d’où, certainement, la désespérance de ce chemin. Certains pourraient y voir les traces du catharisme si facilement mis en avant dans nos régions languedociennes. Il faut pourtant conclure que nous sommes immédiatement conquis par la radicalité de ses compositions qui ne se perdent dans aucun détour, mais qui n’en dégagent pas moins une grande sensibilité et une harmonie subtile. L’équilibre entre la palette réduite et les masses ou encore les lignes simplifiées expliquent sans doute ce sentiment de justesse que dégagent les toiles." (NDM)

Exposition du 23 juin au 24 septembre 2017.

**** JACQUES GAMELIN (1738-1803) : "Le Nouveau recueil d’ostéologie et de myologie"

Bien que l’oeuvre de l’artiste carcassonnais, peut-être le plus célèbre de la ville, Jacques Gamelin (Carcassonne, 1738 – 1803) ait été plusieurs fois exposé dans sa ville natale, Le nouveau recueil d’ostéologie et de myologie, travail déterminant dans sa carrière, n’a jamais été présenté intégralement au musée des beaux-arts de Carcassonne. Il est vrai que l’exemplaire conservé dans les collections du musée a été démembré et découpé à une date inconnue. Aussi, les exemplaires des archives départementales de l’Aude, de la bibliothèque municipale de Toulouse et de la médiathèque de Carcassonne-agglo, apporteront-ils l’indispensable témoignage de publications intactes.

La légende veut que Gamelin se soit ruiné à publier cet ouvrage à son retour de Rome, en 1779, grâce à l’héritage paternel.

Les motivations du peintre à tenter une telle publication sont inconnues. Il est clair qu’elle s’inscrit en un temps où l’anatomie passionne les artistes : il n’est qu’à penser aux ouvrages de Michel François Dandré-Bardon, de Gautier Dagoty ou d’Edme Bouchadon. Ce n’est pas chose nouvelle, depuis le 16ème siècle, ils se sont penchés avec attention et courage sur la représentation du corps humain, poussés par des motivations autant scientifiques qu’esthétiques. Cependant, possédant de réelles connaissances, outre une personnalité artistique évidente, Gamelin y manifeste un intérêt pour les nouvelles techniques de l’estampe, notamment par son utilisation de la manière de crayon.

Par son style, son trait, parfois même ses maladresses, Gamelin démontre la puissance inventive et ainsi la spécificité de son oeuvre, qui ne peut qu’arrêter l’attention et fasciner. Il atteint son but : il prouve parfaitement qu’il est un créateur à la personnalité affirmée" (NDM)

Exposition du 21 octobre 2017 au 20 janvier 2018.

********************

CASSEL :

MUSEE DEPARTEMENTAL DE FLANDRE : 26 Grand Place 59670 Cassel. Téléphone : 03.59.73.45.59. Mardi/Samedi : 10h/12h30 et 14h/18h, et Dimanche : 10h/18h. Ouverture les jours fériés sauf le 1er janvier, le lundi de Pâques, le 1er mai et le 25 décembre. Du 1er mai au 30 septembre, le musée est ouvert jusqu’à 19h le dimanche.

********************

CASTRES :

MUSEE JEAN JAURES : 2 place Pelisson, 81108Castres Tél : 05.63.62.41.83. Mardi/Samedi : 10h/12h et 14h/17h.

********************

CHANTILLY :

MUSEE CONDE : 60 500, Chantilly. Tel. : 03 44 27 31 80, site internet : www.domainedechantilly.com

Horaires de haute saison (après le 2 avril 2011) :

ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h00 à 18h.

Fermeture du parc à 20h.

Horaires de basse saison (après le 31 octobre 2011) :

ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h30 à 17h.

********************

CHERBOURG :

LE POINT DU JOUR : 107 avenue de Paris, 50100 Cherbourg. Tél. 02 33 22 99 23. Mercredi/Vendredi : 14h/18h. Samedi, Dimanche : 11h/19h

 

********************

CLAMART :

CENTRE D'ART CONTEMPORAIN CHANOT : 33 rue Brissard 92140 Clamart. Tél : 0147 36 05 89. Mercredi, Vendredi, Samedi, et Dimanche : 14 h/18 h, sauf fériés. Entrée Gratuite.

**** CHOUROUK HRIECH : "De quoi ce monde est-il le miroir ?" 

"À Clamart, l’artiste s’imprègne du calme et de la contemplation qu’offre le lieu. Elle y développe un projet inédit en écho à l’architecture du centre d’art et à son contexte. Jouant de mystère et de discrétion, les œuvres s’inscrivent dans le bâtiment, dialoguent avec la nature du jardin, surgissent fortuitement et comme par enchantement.

-          28 septembre, 18h : vernissage public en présence de l’artiste

-          7 octobre, 18h30 : concert-performance dans le cadre de Nuit Blanche

-          19 novembre, 16h : visite commentée par l’artiste

Exposition du 20 septembre au 10 décembre 2017.

************************

COMPIÈGNE :

PALAIS : Place du Général de Gaulle 60200 Compiègne. Tél. : 00 33 (0)3 44 38 47 02. TLJ. sauf le mardi : 10h/18h.

********************

DICY :

LA FABULOSERIE : 1 rue des Canes, 89120 Dicy. Tél : 03.86.63.64.21. Ouverture du 1 avril au 2 novembre : 

- du 1er avril au 30 juin : samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 19h

- du 1er juillet au 31 août : tous les jours de 14h à 19h (y compris les 14 juillet et 15 août)

- du 1er septembre au 2 novembre : samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 19h

Prévoir 2 heures de visite.

**** ART BRUT POLONAIS / La collection d'Andrej KWASIBORSKI 

"Rien a priori ne destinait cet homme d'une quarantaine d'années à collectionner de l'art. C'est un collectionneur tout aussi autodidacte que les créateurs de sa collection !

C'est en partie ce pan de sa personnalité qui nous a interpellés. L'autre aspect frappant étant la similitude de sa démarche avec celle d'Alain Bourbonnais : les deux hommes ont en commun d'avoir cultivé ou de cultiver des relations d'amitié sincères et régulières avec les créateurs. C'est ainsi qu'a jailli l'idée de rassembler les deux collections et de les faire vivre ensemble dans les murs de La Fabuloserie, le temps d'une saison.

Avec la Collection A.K., La Fabuloserie inaugure un cycle d'expositions temporaires proposant la découverte de collections d'art brut étrangères.

Entièrement repensé, le nouvel accrochage permet de présenter un large éventail de la collection d'Andrzej Kwasiborski, avec 25 créateurs et une centaine de leurs œuvres dialoguant avec la collection permanente de la Maison-Musée.

A l'occasion du vernissage et de la Nuit européenne des musées,  

La Fabuloserie affrête un autocar depuis Paris-Porte d'Orléans 

Tarif 30€ tout compris. Réservation obligatoire par mail.    

Visite commentée de la Maison-musée, de l'exposition temporaire, du Jardin habité et du manège de Petit Pierre. Collation conviviale en compagnie de l'équipe de La Fabuloserie et des invités polonais." (NDM)

« La Fabuloserie, c'est le temple du rêve, de l'imagination, de l'émotion.

On n'en ressort pas comme on y est entré. »

Alain Bourbonnais crée en 1983 à Dicy dans l'Yonne une Maison-musée pour présenter sa collection de plus d'un millier d'œuvres marginales. Pour la saison 2017, La Fabuloserie accueille en exposition temporaire une partie de la collection d'art brut d'Andrzej Kwasiborski collectionneur polonais tout aussi autodidacte que ses créateurs. L'accrochage - entièrement repensé - permet de laisser dialoguer entre elles les œuvres réunies par ces deux collectionneurs passionnés, le temps d'une saison.

Partenaire depuis un an du musée, L'œil de la femme à barbe a réalisé le catalogue et vous invite à l'accompagner en autocar pour découvrir cette superbe exposition !

 

Vernissage samedi 20 mai en présence des invités polonais.

 

VERNISSAGE SAMEDI 20 MAI  de 14h à 19h

 en présence du collectionneur Andrzej Kwasiborski et de ses amis polonais 

 Exposition du 1er avril au 2 novembre 2017.

********************

DIJON :

MUSEE MAGNIN : 4 rue des Bons-Enfants, 21 000 Dijon. TLJ. sauf lundi : 10h/12h et 14h/18h,


********************

DUNKERQUE :

LAAC, Lieu d’Art et Action Contemporaine : Pont Lucien Lefol Jardin de sculptures, 59140 Dunkerque. Tél : 03 28 29 56 00. TLJ : sauf lundi : 10h/12h15 et 14h/18h. Fermé les 25 décembre, 24 et 31 décembre après-midi et 1er janvier.

********************

ECOUEN :

MUSEE NATIONAL DE LA RENAISSANCE : 94440 Château d'Ecouen. Tlj. sauf le mardi : 9h30/ 12h45 et d14h/ 17h45 (17h15 à partir du 01/10/13)

accès : par le train (SNCF) : gare du Nord banlieue : ligne H (voie 30 ou 31) 25 minutes direction Persan-Beaumont / Luzarches par Monsoult, arrêt gare d'Écouen- Ezanville, puis autobus 269, direction Garges-Sarcelles (5 min), Arrêt Mairie/Eglise (ou rejoindre le musée à pied depuis la gare (20 min) par la forêt) par la route : (à 19 km de Paris) autoroute A1 depuis la Porte de la Chapelle suivre Roissy CDG, sortie Goussainville / Cergy- Pontoise par la Francilienne (D104), direction Cergy- Pontoise, puis RD 316 (N16) en direction de Paris.

Tarifs : 7 €, TR 5,50 €. Gratuit pour les moins de 26 ans et pour tous le 1erdimanche du mois ainsi que le WE des journées du Patrimoine

 

********************

ENGHIEN-LES-BAINS :

CENTRE DES ARTS : 12/16 rue de la Libération, 95880 Enghien-les-Bains. Té : 01.30.10.85.59. Mardi/Vendredi :11h/19h, Samedi : 14h/19h et Dimanche : 14h/18h.

********************

EPINAL :
MUSEE DE L'IMAGE : 42 quai de Dogneville, 88000 Épinal.Tél : 03 29 81 48 30.

Du 1er septembre au 30 juin : Tous les jours 9h30/12h et 14h/18h (fermé le lundi matin). Vendredi 9h30/18h. Dimanche et jours fériés 10h/12h et 14h/18h.

Visites guidées à 10h30 / 15h / 16h30 et sur rendez-vous pour les groupes (fermée le lundi matin)

Fermeture exceptionnelle de la Cité de l'Image le 25 décembre et le 1er janvier. Pour Pâques et Toussaint, s'adresser au musée au 03 29 81 48 39.

Du 1er juillet au 31 août : Tous les jours 10h/18h en continu (fermé le lundi matin jusqu'à 14h)

Visites guidées à 10h30 / 14h30 / 15h30 / 16h30 et sur rendez-vous pour les groupes (fermée le lundi matin)

********************

FONTENOY :

CENTRE REGIONAL D'ART CONTEMPORAIN : Château du Tremblay, 89520 Fontenoy. Tél : 03.89.44.02.18. Fermé le lundi, sauf férié : 14h/19h.

**** PETER ET HANS : Photographies, sculptures, installations, vidéos : "Nature profane"

Exposition jusqu'au 31 octobre 2017.

 

********************

GIVERNY :

MUSEE DES IMPRESSIONNISMES : 99 rue Claude Monet, 27620 Giverny0 Tél : 02.32.51.94.65.

Ouvert du 28 mars au 2 novembre 2014 : TLJ. : 10h/18h. Ouvert les jours fériés. Gratuit le 1er mai.

**** MANGUIN : "La volupté de la couleur".

" En juillet 2017, le musée des impressionnismes Giverny consacre une exposition monographique au peintre Henri Manguin (1874-1949), désigné en 1910 par Guillaume Apollinaire comme « le peintre voluptueux ».

Une sélection de quatre-vingts œuvres environ — peintures, aquarelles et dessins réalisés entre 1900 et 1914 — y retrace les premières années du parcours de cet ami d'Henri Matisse qui participa à la naissance du fauvisme. À Giverny, l'accent sera mis sur la période où Manguin, dont les harmonies chromatiques témoignent d'un talent et d'une inventivité rares, accompagne et parfois précède les audaces de ses amis fauves. Les visiteurs verront ainsi évoluer son art, depuis les années de formation au tournant du siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale. Après les premières expériences impressionnistes, l'enseignement de l'École des Beaux-arts où il fréquente l'atelier libéral de Gustave Moreau lui permet d'exprimer une sensualité heureuse qui marquera toute sa carrière. Dans son œuvre, les thèmes arcadiens, les nus, les paysages méditerranéens, les scènes de la vie familiale et les natures mortes sont autant d'hommages au bonheur de vivre et s'inspirent très directement du quotidien de l'artiste. Une large section documentaire, photographies et documents d'archives, complètera le parcours." (NDM).

Exposition du 14 juillet au 5 novembre 2017.

********************

GRADIGNAN :

MUSEE GEORGES DE SONNEVILLE : 1 rue de Chartrèze, 33170 Gradignan. Tél : 05.56.75.34.28. Vendredi/Dimanche et fériés : 14h/18h.

********************

LADUZ :

MUSEE DES ARTS POPULAIRES : 89110 Laduz. Tél : 03.86.73.70.08. Juillet et août : TLJ. : 14h30/18h. 1er au 30 juin et 1er au 30 septembre : Weekends : 14h30/17h30.

********************

LAVAL :

MUSEE DE LA PERRINE : 10 Allée Adrien Bruneau, 49000 Angers. Mercredi/Dimanche : 14h30/18h30.

********************

LAPALISSE

L'ART EN MARCHE : 9 avenue du 8 mai 1945, 03120 Lapalisse. Tél : 04.70.99.21.78. Lundi/Samedi : 10h/12h et d14h/18h. Dimanche : 14h/18h. Fermé les Jours Fériés.

********************

LE CANNET :

MUSEE BONNARD : 16 boulevard Sadi Carnot, 06110 Le Cannet. Tél. 04 93 94 06 06. Mardi/dimanche : 10h/20h (Nocturne le jeudi jusqu’à 21 h). A partir du 1er octobre : 10 h/18 h (Nocturne le jeudi jusqu’à 20 h). Fermé le lundi. Fermé le 1er novembre.

 

********************

LE HAVRE :

MUSEE D'ART MODERNE ANDRE MALRAUX : MuMa 2 boulevard Clémenceau, 76600 Le Havre. TLJ. sauf mardi : 11h/18h. W-E : 11h/19h. Fermé les 1er mai et 14 juillet. Nocturnes jusqu'à 21 heures, les jeudis 9 mai, 20 juin, 11 juillet, 22 août et 19 septembre.

 

********************

LE VIGAN :

POLE CULTUREL DU CHATEAU D'ASSAS : 11 rue des Barris, 30123 Le Vigan. Tel:04.99.64.26.62. Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi : 9h/12h et 14h/17h.

Mercredi : 9h/12h. Samedi : 10h/12h.

**** MARIE HAVEL : "Paysages usagés" : 

" Née en 1990, Marie Havel est diplômée de l’école des beaux-arts de Montpellier-Agglomération en 2016. Lauréate de la bourse jeune création du Drawing Room Montpellier 2016, elle reçoit le prix du salon DDessin, cabinet de dessins contemporains, à Paris, en mars 2017. 

Cette jeune plasticienne ne se cantonne pas à une discipline qui deviendrait sa spécialité, elle multiplie les supports d’expression pour approfondir et élargir son projet artistique. 

Intéressée par la destruction d’ensembles architecturaux ou naturels, elle met en avant les vestiges et la mémoire de mondes disparus dans des tirages numériques, des dessins ou des sculptures. Sensible à la tragédie de l’histoire contemporaine, Marie Havel interroge le geste de l’artiste en regard d’autres gestes liés à la construction, la destruction, la conquête d’espaces naturels ou de territoires habités. Elle interroge aussi la fiction des jeux de société et des premiers jeux vidéo dans lesquels l’enfant apprend à gagner des points et à en perdre dans ce mouvement syncopé si poignant qui caractérise aussi la ligne de ses dessins. 

Représentée par plusieurs galeries dont la H Gallery (Paris) et la galerie Samira Cambie (Montpellier), elle réalise une exposition en solo au château d’Assas à l’invitation du Conseil départemental du Gard. A travers des sculptures, des maquettes et nombre de dessins se dressent les « paysages usagés » que Marie Havel a réunis au sein d’un même espace. Cette production du Département est visible du 12 juin au 17 septembre 2017.

La saison 2017-2018 est marquée au château d’Assas par la personnalisation d’expositions qui étaient hier collectives et axées sur une thématique sociétale. Dans cette orientation différente, Qiong Zhao, Marie Havel, Marion Tampon Lajarriette et Jeremy Damien, solistes de leur propre parcours, seront face à l’auto narration et à l’invention de leur propre condition. 

Zhao Qiong, Marie Havel, Marion Tampon-Lajarriette et Jeremy Damien témoignent de la diversité qui caractérise l’art d’aujourd’hui. Le parti-pris d’une présentation monographique implique l’idée d’un parcours à l’intérieur de créations individuelles dont la cohérence est ici particulièrement sensible. Pour Marion Tampon-Lajarriette, née en 1982, cet itinéraire dans la mémoire visuelle, notamment celle du cinéma, s’inscrit à la fin de sa résidence à l’Institut suisse de Rome. C’est au château d’Assas, dans un lieu expérimental, que sa collecte d’iconographie s’incarne. Pour Marie Havel, née en 1990, il s’agit d’un accrochage entièrement personnel reliant ses œuvres graphiques à ses installations. Pour Qiong Zhao, née en  1985 et Jeremy Damien, né en 1977, cette manifestation opère comme une césure dans la riche productivité de trois dernières années, décisives en matière de choix artistiques.

Situé en dehors de toute contrainte marchande, le château d’Assas permet une expérimentation et une réflexion sur les enjeux d’expression dans une totale liberté. Les quatre productions présentent de jeunes diplômés engagés dans une démarche créatrice au long cours dont l’activité est établie. Reconnus par des institutions privées qui ont fait l’acquisition d’une ou de plusieurs de leurs pièces, ils ont accepté de se produire loin des grandes villes dans une demeure de l’âge des Lumières qui porte le témoignage de l’esprit d’ouverture d’une civilisation de haute culture avide de comprendre. Tout en favorisant le développement du territoire, ces actions volontaires engagées par le Conseil départemental du Gard améliorent notre cadre de vie en qualité." (NDM)

Exposition du 12 juin au 17 septembre 2017 . 

********************

LYON :

CENTRE D'HISTOIRE DE LA RESISTANCE ET DE LA DEPORTATION : 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon. Tél : 04.72.73.99.00. Mercredi/Dimanche.

**** LES JOURS SANS / Alimentation et pénurie en temps de guerre.

"De 1939 à 1949, les Français furent soumis à un système organisé de restrictions alimentaires qui devait profondément marquer les mémoires et les comportements face à la nourriture. Pour les contemporains un souvenir domine : la faim, le manque, la privation. Un vécu qui résonne encore, et de multiples façons, au sein des familles et de l’inconscient collectif. Conçue par le CHRD de Lyon, l’exposition Les Jours Sans opère une plongée dans le quotidien des Français durant et après la Seconde Guerre mondiale et traite différentes problématiques : comment faire face non seulement aux drames et tragédies de la guerre, à l’humiliation de la défaite mais aussi aux pénuries de toutes sortes, aux prélèvements massifs de l’occupant, à la désorganisation de l’économie dans un pays qui vient à manquer de tout ? Quelles furent les stratégies de survie ? Quels furent les comportements ? Quels furent les effets, réels et symboliques, de la privation de nourriture à l’échelle d’une société ? Durant la guerre, le manque endémique de nourriture est douloureusement perçu par la population, notamment urbaine, qui avait acquis dans l’entre-deux guerres un niveau de vie acceptable. Les Français sont, pour reprendre l’expression de l’historienne Dominique Veillon, totalement « submergés par les soucis quotidiens ». Dès le début du conflit, des cartes d’alimentation sont mises en place pour répartir au mieux les denrées. Au fil des mois, la plupart des produits sont soumis aux restrictions et les ménagères, qui passent en moyenne quatre heures par jour en 1942 dans les files d’attente, sont confrontées aux étals presque vides des commerçants. Face aux pénuries de toutes natures, aux prélèvements massifs de l’occupant, à la désorganisation de l’économie, les inégalités sont nombreuses et la population diversement touchée : selon que l’on soit riche ou pauvre, que l’on ait ou non accès au marché noir, que l’on ait ou non de la famille à la campagne, etc. L’exposition opère un focus sur Lyon, ville refuge pendant la guerre où la question du ravitaillement devient rapidement problématique en raison de l’augmentation de sa population. Sa scénographie offre un effet d’immersion avec la présentation de collections privées et publiques, d’archives, complétées par une riche documentation iconographique. L’expérience de visite permet d’acquérir des connaissances historiques sur le sujet, traité dans toutes ses composantes, et de solliciter la mémoire individuelle et familiale des visiteurs. Les Jours Sans est conçue à la suite de l’exposition Pour vous, Mesdames ! qui abordait en 2013 un autre thème de la vie quotidienne en temps de guerre : le vêtement et la mode. Elle s’appuie sur un comité scientifique réunissant des historiens et des chercheurs spécialistes du sujet". (NDM)

Exposition du 13 avril 2017 au 28 janvier 2018.

********************

MARSEILLE : 

MUCEM : 7 Prom. Robert Laffont, 13002 Marseille. Téléphone :04 84 35 13 13

Entrée basse fort Saint-Jean : 201, quai du Port. Entrée Panier : parvis de l’église Saint-Laurent. Entrée J4 : 1, esplanade du J4.

Ouvert tous les jours sauf le mardi, le 25 décembre et le 1er mai.

HORAIRES D’OUVERTURE : Automne (du 2 septembre au 31 octobre) : 11h / 19h // Hiver (du 1er novembre au 30 avril) : 11h / 18h // Printemps (du 2 mai au 3 juillet) : 11h / 19h // Été (du 4 juillet au 31 août) : 10h / 20h

Nocturne le vendredi jusqu’à 22h (du 2 mai au 31 octobre)

Dernière entrée 45 minutes avant la fermeture du site

. Évacuation des salles d’expositions 15 minutes avant la fermeture du site.

Horaires réservés aux groupes : 9 h - 11 h. (Excepté du 4 juillet au 31 août). Réservations obligatoire.

Mucem J4 - Niveau 2 -

 

********************

MONTBELIARD :

MUSEE DU CHATEAU DES DUCS DE WURTEMBERG : Cour du château, 25200 Montbéliard. Tél. : 03 81 99 22 61. TLJ sauf mardi : 10 h/12 h, 14 h/18 h. Fermeture exceptionnelle les 1er mai, 1er novembre, 25 décembre et 1er janvier.

********************

MONTELIMAR :

 CHATEAU DES ADHEMAR : Centre d’art contemporain : 24 rue du château, 26 200 Montélimar. Courriel : chateau-adhemar@ladrome.fr. Tél. : 04 75 00 62 30

 Lundi/Dimanche :10h à 12h, et de 14h/18h.

********************

MONTOLIEU : 

LA COOPERATIVE : Route d'Alzonne, 11170 Montolieu. Tél : 04.68.24.80.80.Mardi/Dimanche : 14h/19h.

COLLECTION CERES FRANCO

**** Parmi les exposants : EVELYNE POSTIC : Peintures.

 

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "VOYAGES IMAGINAIRES ? JARDINS D'EDEN ? CIVILISATIONS INCONNUES ? LES ŒUVRES D'EVELYNE POSTIC" :  N° 67 DE JANVIER 2000 DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA. Et UNIVERS SINGULIERS : "THYRARD ET POSTIC".

VOIR AUSSI TEXTE DE JEANINE RIVAIS : MUTATIONS CHEZ LES ALLOCHTONES D'EVELYNE POSTIC" : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART CONTEMPORAIN. Et http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE ART CONTEMPORAIN.

 

********************

MONTPELLIER : 

ATELIER-MUSEE D'ART BRUT : 1 rue Beau Séjour 34000 Montpellier / tel. : 04 67 79 62 22

Mail : contact@atelier-musee.com / Site web : www.atelier-musee.com / Facebook : L’Atelier Musée

Ouvert du mercredi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h. Fermé les lundis, mardis et jours fériés

**** ANDRE ROBILLARD : Sculptures.

Robillard est hospitalisé pour troubles mentaux à la fin de l’adolescence. En 1964, âgé de trente ans.

"André Robillard est né en 1931 dans le petit village de La Mal-Tournée près de Giens (Loiret). Fils d’un garde-forestier, André -trois ans, il fabrique son premier fusil, qui est envoyé à   de l’Art Brut de Jean Dubuffet. La même année, il est recruté comme « auxiliaire » chargé de l’entretien de la station d’épuration de l’hôpital, ce qui améliore sa position et lui donne un statut plus enviable.

Robillard fabrique divers engins spatiaux (Soyouz, Lem…), avions (Mirage 4…) et beaucoup de fusils (M 16…), « non pas pour faire la guerre, mais pour tuer la misère », comme il le dit souvent. Après une visite à Lausanne, très impressionné par les oeuvres d’Auguste Forestier, il a réalisé également une série d’animaux fantastiques et de personnages.

C’est dans son petit atelier exigu au sein de la clinique Georges Daumezon à Fleury-les-Aubrais qu’il accumule ses matériaux de récupération, débordant le plus souvent dans sa chambre où il dort entouré de peluches offertes par ses amis ou ses nombreuses rencontres. Il y vit entouré d’oiseaux, cochon d’Inde, chats, pigeons… et se montre très fier de ses productions mais sans se considérer comme un artiste. Aujourd’hui âgé de 86 ans, il travaille toujours, continuant à utiliser tout ce qui lui tombe sous la main, de préférence vieux tuyaux, ficelles, planches, cartouches, boîtes diverses, ampoules et tubes électriques, poignées et manettes, tissus, cuir, plastiques qu’il amalgame et qu’il fixe avec du scotch ou du fil de fer.

Le Musée d’Art Brut de Montpellier est fier d’exposer le « Grand » parcours créatif de ce « Petit » bonhomme, reconnu aujourd’hui dans le monde entier. Le public pourra apprécier notamment une installation de grande envergure « La Station Spatiale Mir» réalisée dans les années 1999-2000 et qui vient d’être exposée récemment au CNES à Paris."Laurent Danchin Historien, critique d’art

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "ANDRE ROBILLARD, SES FUSEES ET SES FUSILS ou COMMENT UNE ŒUVRE PEUT BOUTER UN CREATEUR HORS DE CHEZ LUI…" Site : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART brut. CE TEXTE A ETE PUBLIE DANS LE N° 73 TOME 1 DE MARS 2003 DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA.

Exposition d’avril à septembre 2017 

**** PAUL DUCHEIN.

Paul Duchein est né en 1930 à Rabastens dans le Tarn. A l’âge de quatorze ans, il transforme une pièce dela maison familiale en cabinet de curiosités. Il découvre le surréalisme et se passionne pour l’Art Brut et les arts premiers.

Collecteur prodigue, réveilleur d’art en tout genre, Paul Duchein revendique leurs pouvoirs perdus dont il nous restitue la fantasmagorie et le visage enchanteur. Regard initiatique, pour un geste qui révèle. Au carrefour de l’oubli, ses songeries se raniment, franchissent les frontières du temps, manipulent le sacré et le profane dans l’espace clos de ses vitrines surréelles.

Paul Duchein glane des épaves, des trésors mémorables riches de secrets qu’il déposera plus tard, en guise d’offrandes, dans ses chambres, sur ces tréteaux qui s’offrent à la résurrection de ses rêves autant qu’ l’inconscient, grand ordonnateur d’utopie.

Les boîtes de Paul Duchein n’en finissent pas de s’égrener sur le fil du temps  incompressible, telles les séquences fantasques d’une narration imprévisible mise en scène par un imaginaire en prise constante avec

l’immanence.

Sa quête, vagabonde, suit des chemins de traverse ouverts sur son extraordinaire grenier de mémoire. Animé par la fantaisie de l’esprit d’un poète, joint à la faculté d’évasion du créateur, Paul Duchein entrouvre des serrures mal fermées sur l’Infini. Ses boîtes de Pandore sont des strophes visuelles s’enchaînant à la suite l’une de l’autre pour constituer un rêve, qui, pour paraphraser André Breton, est parfaitement adéquat au rêveur.

Tel un Janus facétieux aux masques interchangeables, ce pharmacien a volontiers rompu avec son officine pour dialoguer avec la peinture, l’écriture, se convertissant à son tour en cet alchimiste du quotidien. Artiste artisan, écrivain, critique d’art, commissaire d’expositions, Paul Duchein les exerce tour à tour et simultanément, mu par un émerveillement sur tout ce qui l’entoure." Lydia Harambourg  Membre correspondant de l’Institut / Historienne d’Art / Critique d’Art

Exposition du 1er octobre au 31 décembre 2017.

 

********************

MONTPELLIER :

MUSEE MONSEIGNEUR FABRE : 39, Boulevard Bonne nouvelle, 34 000 Montpellier. Mardi/Dimanche : 10h/19h. Fermé le lundi. Ouvert les 14 juillet et 15 août.

*******************

MORLAIX : 

MUSEE : Place des Jacobins, 29600 Morlaix. Tél : 02.98.88.07.75. 

********************

NOYERS SUR SEREIN :

MUSEE DES ARTS NAÏFS ET POPULAIRES : 25, rue de l'église, 89310 Noyers-sur-Serein.

Tél. : 03.86.82.89.09

** 1er octobre au 31 mai : Week-ends, jours fériés et vacances scolaires (toutes zones) de 14H30 à 18H. / Juin et Septembre TLJ. sauf mardi : 11H/12H30 et 14H/ 18H. Juillet et Août TLJ. sauf mardi :10H/ 18H30.

Fermeture hebdomadaire : le mardi / Fermeture annuelle : Janvier.

****   Jacqueline FALIÈRE, (peintre), et de son mari Pierre FALIÈRE-PARIOT, (peintre-plasticien).

 "Jacqueline (née en 1934) et  Pierre Falière-Paliot (1927-2013) habitent Pont-Audemer dans l'Eure depuis plus de vingt ans. Avant d'être des figures incontournables de l'activité artistique de la ville ils ont vécu et travaillé à Paris. S'ils ont aimé les métiers qu'ils ont exercés, retoucheuse de photographies pour Jacqueline et chimiste pour Pierre, ils ont entamé parallèlement une activité d'artistes qui depuis près de cinquante ans est au coeur de leurs vies. S'ils peignaient et exposaient ensemble depuis des années, il y a bien sûr des différences prononcées dans leurs oeuvres respectives. Autodérision chez Pierre, étonnante fraîcheur chez Jacqueline, l'exposition nous offre une série de tableaux inclassables, débarrassés des conventions de la représentation, mais nourris de l'amour de la matière, de la couleur et des phénomènes de société. Mais c'est peut-être d'abord le jeu d'échange plastique que l'on peut déceler entre leurs peintures qui fait le charme et la force du couple d'artistes." (NDM)

Exposition jusqu'au 23 septembre 2017

********************

PERPIGNAN : 

MUSEE D'ART HYACINTHE RIGAUD : 21 rue Mailly, 66000 Perpignan. Tél : 04.68.66.19.83.

Du 1er octobre au 31 mai : 11 h 00 – 17 h 30, fermeture le lundi.

Du 1er juin au 30 septembre : 10 h 30 – 19 h 00, ouvert tous les jours.

Deux nocturnes hebdomadaires en juillet et août : les jeudis et vendredis, ouvert jusqu’à 21 h 00.

**** PICASSO, LE CERCLE DE L'INTIME (1953-1955)

" Le Musée d’art Hyacinthe Rigaud ouvre à nouveaux ses portes en juin 2017, dévoilant au public l’intégralité de l’hôtel de Lazerme.

C’est le bouillonnement artistique autour de ses anciens propriétaires, Jacques et Paule de Lazerme,  que cette exposition inaugurale se propose de saisir, retraçant pour la première fois la chronologie des séjours de Pablo Picasso dans l’hôtel particulier de la rue de l’Ange, entre 1953 et 1955.

La période des séjours perpignanais correspond à une rupture à la fois personnelle et esthétique dans la vie de Picasso. A la frontière de la France et de la Catalogne, Perpignan joue pleinement dans l’œuvre et la vie du Maître ce rôle de passage d’un état à un autre.

Eduard Vallès Pallarès, historien de l’art et spécialiste de l’œuvre de Picasso, assure le commissariat de l’exposition.

Celle-ci bénéficie du soutien et de la dynamique du projet « Picasso Méditerranée », initié par le musée Picasso-Paris qui fédère de nombreuses initiatives sur l’ensemble du pourtour méditerranéen.

Des prêts exceptionnels

L’exposition est conçue comme une galerie de portraits. Le visiteur découvre l’entourage de Picasso, ses proches et amis, accueilli dans leur demeure par le comte et la comtesse de Lazerme.

L’album souvenir des vacances perpignanaises de Picasso

L’exposition présente également la chronique photographique de Picasso à Perpignan, avec une série de clichés inédits. Le visiteur suit Picasso , avec ses enfants et ses amis, dans les rues de Perpignan.

La Ville de Perpignan a acquis une partie du fonds Raymond Fabre, photographe installé au rez-de-chaussée de l’hôtel de Lazerme au cours des années 50 et qui a eu le privilège de saisir les déambulations de Picasso dans les rues de la cité, ses visites à Sant-Vicens auprès de Firmin Bauby.

Picasso inédit

Enfin, l’exposition présente un important volet documentaire, riche des lettres et des dessins qui révèlent le lien entre l’artiste et la ville, au travers de l’amitié unissant deux familles." (NDM)

Exposition du 25 juin au 5 novembre 2017

********************

PONT-SAINT-ESPRIT :

MUSEE D'ART SACRE DU GARD : 2 rue Saint-Jacques, 30130 Pont-Saint-Esprit, Tél : 04 66 39 17 61. TLJ. sauf lundi

Juin et septembre : de 10 à 12 h et de 14h à 18 h.

Juillet et août : de 10h à 12 h 30 et de 15h à 18 h 30.

********************

RIOM : 

MUSEE MANDET : 14 rue de l'Hôtel de Ville, 63200 Riom. Tél : 04.73.38.18.53. 9h/12h et 14h/17h30.

********************

ROCHECOUART :

MUSEE DEPARTEMENTAL D'ART CONTEMPORAIN : Château, Place du Château. 87600 Rochechouart. Tél : 05.55.03.77.77. TLJ. sauf mardi : 10h/12h30 et 13h30/18h.

Du 1er octobre au 15 décembre, TLJ. sauf le mardi : 10h/12h30 et 14h/17h.

Fermé du 15 décembre au 1er mars.

********************

ROUEN :

MUSEE DES BEAUX-ARTS : Esplanade Marcel Duchamp, 76000 Rouen. Tél : 02 35 71 28 40. Lundi/Dimanche : 10h/18h. Fermé le mardi.

********************

ROUEN :

MUSEE FLAUBERT ET D'HISTOIRE DE LA MEDECINE : 51 rue de Lecat, 76000 Rouen, Tél. : 02 35 15 59 95. Mardi : 10h/18h. Mercredi, jeudi, vendredi et samedi : 10h/12h et 14h/18h. Fermé dimanche, lundi et jours fériés.

********************

RUEIL-MALMAISON :

MUSEE NATIONAL DES CHATEAUX DE MALMAISON ET BOIS-PREAU : Avenue du château de Malmaison, 92500 Rueil-Malmaison. Tél : 01.41.29.05.57. TLJ. sauf mardi : 10h-12h30 et 13h30/17h45. Samedi et dimanche : 10h/12h30 et 13h30/18h15.

********************

SAINT-FLORENTIN : 

MUSEE DE FLORENTINOIS : Rue Gaston Gallimard 89600  St Florentin. Tél : 03 86 56 39 37. Jusqu'au 30 avril : Lundi/Jeudi :  10 h /12h et  14 h - 17 h - Samedi et dimanche : 14h30/17h30 

En mai : Lundi/Jeudi : 10 h/12 h et 14 h/18 h - Samedi et dimanche : 14 h  - 18 h 

********************

SAINT-LOUP : 

MUSEE DE LA MACHINE AGRICOLE ET DE LA RURALITE : 9 rue du Maître des Forges, 58200 Saint-Loup. Tél : 03.86.39.91.41. TLJ. sauf mardi : 10h/12h et 14h/18h.

********************

SAINT-PAUL-DE-VENCE :

FONDATION MAEGHT : 623, chemin des Gardettes, 06570 Saint-Paul-de-Vence,Tél. : 04 93 32 81 63. TLJ.  de 10h à 19h de juillet à septembre et de 10h à 18h jusqu'au 19 novembre

**** EDUARDO ARROYO :  « Dans le respect des traditions » : Peintures

 

"En 2017, Eduardo Arroyo investira les cimaises de la Fondation Maeght. Considéré comme l’un des grands artistes espagnols de sa génération, Eduardo Arroyo dépeint l’humanité à travers des jeux d’images dont l’origine est tant la société que l’Histoire, l’histoire de l’art ou de la littérature. Il le fait avec une vérité et un humour qui se jouent des scénographies mythologiques ou politiques. Il utilise la narration par fragment, avec goût du paradoxe, et livre une œuvre picturale extrêmement construite et faisant preuve d’une liberté constante. Également écrivain, Eduardo Arroyo a choisi avec un soin particulier, mariant l’absurde et l’ironie, le titre de l’exposition à la Fondation Maeght, « Dans le respect des traditions ».

La Fondation Maeght propose un parcours thématique d’œuvres réalisées depuis 1964, composé de tableaux célèbres et de peintures inédites dont une série de toiles réalisées spécialement pour cette exposition. Elle présente aussi de nombreux dessins, un ensemble de sculptures, dont des « pierres modelées » et des assemblages, entre fiction et réalité, comme une série de têtes hybrides. Spectaculaire par sa diversité de matières, par la profusion de personnages, par son éventail de couleurs, l’accrochage met aussi en scène des petits théâtres comme celui autour du tableau l’Agneau Mystique ou celui du Paradis des mouches, royaume des vanités.

 

Rattaché au courant de la Figuration narrative qui se développe en Europe dans le début des années 1960, Eduardo Arroyo est un artiste solitaire. Héritier de Picabia, il refuse toute esthétisation complaisante de l’art et des images. Il défend l’exemplarité de l’œuvre. Il veut que sa peinture soit accessible au plus grand nombre. Ses toiles sont peintes en aplats, mais il emploie aussi fréquemment une composition tributaire du collage. Il exécute également des sculptures pour lesquelles il manie la terre cuite, le fer, la pierre, le plâtre ou le bronze. L’usage du « non sense », de l’illogisme, en fait un héritier direct de Lewis Carroll et de l’humour noir.

 

Eduardo Arroyo utilise les images produites par nos sociétés. Il s’en est toujours servi pour démontrer l’efficacité de l’art contre les idéologies, notamment lorsqu’il quitte l'Espagne franquiste en 1958 pour s’exiler à Paris. Il réalise des peintures d’histoire(s), désacralise les personnalités politiques et use, comme il l’entend, des grands héros ou des personnages de pouvoir" (NDM)

Exposition du 1er juillet  au 19 novembre 2017.

 

********************

SAINT-SEVER EN MOUSTIER :

LES NOUVEAUX TROUBADOURS : LE MUSEE DES ARTS BUISSONNIERS :12370 Saint Sever du Moustier. Tél : 05 65 99 97 97.

**** MINA MOND : Peintures

VOIR AUSSI : MINA MOND : : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : " LES EX-VOTO DE MINA MOND" : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique  FESTIVALS : BIZ'ART FESTIVAL : HAN-SUR-LESSE 2017. Pages des Nouveaux.

Vernissage le 14 juillet à 17h.

Exposition jusqu'au 16 septembre 2017.

 

**** ALBASSER, Paul AMAR, Pierre AMOURETTE, CHAIX, Patrick CHAPELIERE, Jean-Michel CHESNE, Paul DUHEM, Anaïs EYCHENNE, Madge GILL, Ted GORDON, Sabrina GRUSS, Chris HIPKISS, Mister IMAGINATION, JABER, Joseph KURHAJEC, Charles LANERT, Joël LORAND, Dwight MACKINTOSH, Damian MICHAELS, François MONCHATRE, Jean-Christophe PHILIPPI, André ROBILLARD, Jerzy RUSZCZYNSKI, Ghyslaine et Sylvain STAËLENS, Mose TOLLIVER, Jean TOURLONIAS, Germain VAN DER STEEN…

VOIR AUSSI : 

AMAR PAUL : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : VOUS AVEZ DIT : “COQUILLAGES ?” ou  LES THEATRES  BAROQUES

de PAUL AMAR" : : http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE RETOUR SUR UN QUART DE SIECLE D'ECRITURE.

CHESNE JEAN-MICHEL :  TEXTE DE JEANINE RIVAIS" : LA CHAPELLE DE JEAN-MICHEL CHESNE"  : BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA N° 70 DE JANVIER 2002. 

Et : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART SINGULIER. 

Et aussi : ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS / http///jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique FESTIVALS BIENNALE DE LYON 2011.

DUHEM PAUL : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "LES PORTRAITS de PAUL DUHEM". http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique Art brut. 

KURHAJEC JOSEPH : VOIR AUSSI TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "LE BESTIAIRE FANTASMAGORIQUE DE JOSEPH KURHAJEC" : " BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA : N° 55 de juillet 1995 et  N° 71 DE JANVIER 2002.

 Et aussi TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "LE BESTIAIRE FANTASMAGORIQUE DE JOSEPH KURHAJEC, SCULPTEUR" : Site http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique ART SINGULIER.

LORAND JOËL : VOIR AUSSI TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "POESIE ET FANTASMES DANS L'ŒUVRE DE JOËL LORAND, PEINTRE": http://jeaninerivais.fr  Rubrique : ART SINGULIER. 

PHILIPPI JEAN-CHRISTOPHE : ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS :: http://jeaninerivais.fr : Rubrique COMPTES-RENDUS DE FESTIVALS : GRAND BAZ'ART A BEZU 2009.

ROBILLARD ANDRE : VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "ANDRE ROBILLARD, SES FUSEES ET SES FUSILS ou COMMENT UNE ŒUVRE PEUT BOUTER UN CREATEUR HORS DE CHEZ LUI…" Site : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART brut. CE TEXTE A ETE PUBLIE DANS LE N° 73 TOME 1 DE MARS 2003 DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA.

RUSZCZYNSKI JERZY : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "JERZY RUSZCZINSKI ET SON MONDE INHUMAIN" :http://jeaninerivais.fr  RUBRIQUE RENCONTRES DE HASARD.

STAËLENS Ghyslaine et Sylvain : ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique RETOUR SUR LE PRINTEMPS DES SINGULIERS 2003. Et ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS :

 ET AUSSI : TEXTE / " QUAND S'OUVRE LE COCON,  dans l'œuvre de SYLVAIN et GHISLAINE STAELENS, sculpteurs" : http://jeaninerivais.fr  Rubrique : ART SINGULIER

Vernissage le 14 juillet à 17h.

Exposition du 14 juillet au 16 septembre 2017

********************

SAULIEU :

MUSEE FRANCOIS POMPON : 3, place du docteur Roclore 21210 Saulieu. Tél : 03 80 64 19 51

du 1er avril au 30 septembre : Lundi : 10h/12h30. Mercredi/Samedi : 10h/12h30 et 14h/18h. Dimanches et fériés : 10h30/12h et 14h30/17h.
du 1er octobre au 31 décembre et du 1er mars au 31 mars : Lundi : 10h/12h30. Mercredi/Samedi : 10h/12h30 et 14h00/17h30. Dimanches et fériés : 10h30/12h00 et 14h30/17h.
Fermé le lundi après-midi et le mardi, le 1er Mai et le 25 Décembre
Fermeture annuelle : janvier - février

********************

SETE :

CENTRE REGIONAL D'ART CONTEMPORAIN /SETE : 26 quai Aspirant Herber, 34200 Sète. Tel : 04 67 74 94 37. TLJ. : 12h30/19h. Fermé le mardi. Week-end : 15h/20h.

********************

TOULON : 

HOTEL DES ARTS  : 236 Boulevard Général Leclerc, 83000 Toulon. Tél : 04 94 91 69 18. Mardi/Dimanche : 10h/18h. Fermé les lundis et 1er janvier / 1er mai / 25 décembre. Entrée libre.

********************

TOULOUSE : 

LES ABATTOIRS, MUSEE-FRAC OCCITANIE :  76 Allées Charles de Fitte, 31300 Toulouse

Tél  : 05 34 51 10 60. Mercredi/Dimanche : 12h/18h. Nocturnes les jeudis de 18h à 20h (hors vacances scolaires). Reprise des nocturnes le jeudi 5 octobre 2017.

**** FERNANDO BOTERO et IVAN ARGOTE : " Medellín, une histoire colombienne".

" Une traversée de 50 ans d’histoire de la Colombie à travers le regard de 40 artistes, une centaine d’œuvres, dont 10 nouvelles productions.

Le temps fort artistique de l’Année France – Colombie 2017.

Dans le cadre de l’année France-Colombie 2017, les Abattoirs de Toulouse présentent, à partir du 29 septembre prochain, l’exposition « Medellín, une histoire colombienne » conçue en partenariat avec le Museo de Antioquia de Medellín. Ce projet inédit se propose d’aborder l’histoire récente de la Colombie à travers le regard de près de 40 artistes - dont certains jamais présentés en Europe - pour qui, répondre par l’art aux traumatismes provoqués par les conflits des dernières décennies semble être une nécessité.

Réunissant près d’une centaine d’œuvres – peinture, photographie, installation, vidéo, etc  - l’exposition développe les thèmes forts de l’histoire colombienne récente, ceux d’un pays métissé, qui a été en proie à la violence au cours du 20e siècle et a été engagé dans le plus long conflit armé intérieur du continent sud-américain. 

Porté par trois temps - les causes de la guerre, sa complexité et ses multiples ramifications, et enfin, la voie vers la paix - le parcours permet d’approcher l'évolution de la violence et ses conséquences, collectives et individuelles. L’exposition dévoile une scène artistique extrêmement riche et dont la force créatrice et vindicative marque les esprits par un art engagé et souvent social. 

**** HESSIE : Peintures.

Cette rétrospective permet de découvrir l’œuvre d’Hessie, l’une des rares artistes de couleur active sur la scène française des années 1970. Autodidacte, celle-ci a développé une œuvre singulière, faisant de la broderie et du collage un message de survivance et de féminisme. Elle se réapproprie cette pratique féminine artisanale pour en faire une écriture contemporaine du fil et de l’aiguille. La manière dont elle fait sienne une activité longtemps considérée comme archaïque et anonyme par l’histoire la rapproche pourtant des avant-gardes, notamment des développements abstraits du minimalisme, tout comme des mouvements sociaux de libération des femmes. Cette première exposition d’envergure dans un musée français depuis près de quarante ans participe à la redécouverte entamée il y a quelques années d’une artiste longtemps marginalisée par l’histoire de l’art. 

Exposition du 29 septembre 2017 au 14 janvier 2018.

*******************

TOULOUSE :

MSR : MUSEE SAINT-RAYMOND, MUSEE DES ANTIQUES : 1, Place Saint-Sernins, 31000 Toulouse. Tél : 05.61.22.31.44. TLJ. : 10h/18h et juin/Septembre : jusqu'à 19 heures.

***** Le Vase qui parle

Si les vases grecs pouvaient parler, quelles histoires nous raconteraient-ils ? Des histoires de dieux, de déesses, de héros, de guerriers valeureux à n’en pas douter ! Le Vase qui parle en est une belle illustration. Il s’agit en effet de la reproduction géante d’une rare céramique grecque du VIe siècle avant notre ère, conservée au Palais des Beaux-Arts de Lille, sur laquelle sont représentés des sujets liés à la guerre de Troie : Jugement de Pâris et combats guerriers. 

Ces scènes ne sont pas décryptables aisément par tout un chacun, il faut avoir des clés pour le faire. Avec Le Vase qui parle, plus de problème ! Il vous dit tout de lui : qui sont les personnages qui le décorent, que sont-ils en train de faire et pourquoi, comment sont-ils habillés, que sont les objets qu’ils tiennent ? 

Ce dispositif numérique innovant, conçu par l’université Lille 3, contribue à diffuser et transmettre les savoirs au plus grand nombre. Il occupe le cœur de cette exposition et constitue une opportunité de présenter quelques vases grecs de la collection du musée, exceptionnellement sortis des réserves. Tandis que le vase original, rarement visible, est généreusement prêté par le musée de Lille pour une émotion encore plus forte. 

Un espace ludique et créatif permet, au jeune public comme aux adultes, de compléter cette immersion dans la mythologie grecque. 

Le Vase qui parle a été conçu par l’Université Lille 3 et Devocité, porté par le Service commun de la documentation de Lille 3 avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, dans le cadre de l’appel à projets 2012 « Services numériques culturels innovants ». Il a également été lauréat désigné par Pictanovo de l’édition 2012 d’« Expériences Interactives ». (NDM)

Exposition du 4 mars au 17 septembre 2017.

**** JUPITER

"Moi, fidèle aigle de Jupiter, mais aussi symbole de la puissance de ce plus grand des dieux, j'en appelle à ta concentration ! 

Car j'ai trois minutes pour te raconter cette histoire avant que le gardien du 2ème étage du MSR ne revienne vers nous (tu vas voir je tape à la vitesse de l'éclair, autre attribut de mon roi de l'Olympe). 

Lorsque tu connaîtras notre histoire, tu ne regarderas plus cette sculpture de Jupiter comme celle d'un nain de jardin en mal de condition physique. 

En 1902, mon Jupiter a été mis au jour par un ouvrier qui pelleversait un champ de luzerne situé sur la commune d’Avignon-et-Lauragais. Après 2000 années passées sous terre, ce retour à la lumière fut très violent, puisqu'un coup de bêche lui détacha la tête. Le XXe siècle correspondant à la préhistoire de l'informatisation des vestiges, après un communiqué édité en 1903 par la Société Archéologique du Midi de la France, mon Jupiter et moi sommes retombés dans l'anonymat des collections privées... 

Mais en 2011, un beau jour, ou peut-être une nuit (compte tenu du décalage horaire), nous sommes arrivés chez Sotheby’s à New York ! C'est ma présence au pied droit de mon maître qui provoqua une erreur d'identification et notre statue fut étiquetée Soldat français de la fin du XVIIIe siècle ou soldat napoléonien… L'Amérique c'est loin de la France ! 

Heureusement, dès qu'il nous vit, le vice-président du département des Antiquités chez Sotheby’s sut nous rattacher à la période romaine en tant qu'œuvre provinciale imitant les grands modèles copiés et diffusés par Rome". (NDM)

**** Dans les pas de Saturnin 

De nombreuses légendes tournent autour de Saturnin, le premier évêque, et  martyr, de Toulouse. Le taureau a-t-il réellement emprunté la rue du Taur ? Quelles images conserve-t-on de cet événement qui s’est produit en 250 de notre ère ? 

Entre réalité archéologique, vérité historique et construction intellectuelle, cette visite vous mènera sur les traces laissées par cet évènement de la fin de l’Antiquité. 

Vendredi 18 août à 14 h, d’abord, au musée, vous remonterez le temps pour comprendre le contexte historique du déroulement du martyre et le développement du culte autour de la dépouille de l’évêque. 

Puis, en suivant les images laissées à la basilique du saint devenu Sernin, à l’église Notre-dame du Taur et sur la place du Capitole, vous verrez comment les images de ce martyre ont évolué entre le XIe et le XXe s.

********************

TOURS :

CHATEAU DE TOURS : 25 Avenue André Malraux, 37000 Tours . Tél : 02 47 61 02 95 Mardi/Vendredi 14h/18 h - Week-end 14h15/18h.

**** WILLY RONIS : Photographies.

Exposition jusqu'au 29 octobre 2017.

 

**** MARC LOPEZ BERNAL : Peintures.

Vernissage le jeudi3 août à 18h30.

Exposition du 4 août au 15 octobre 2017.

 

********************

TROYES :

MUSEE D'ART MODERNE : 14 Place Saint-Pierre, 10000 Troyes. Tél : 03.25.76.26.80. TLJ sauf lundi : 1er avril / 31 octobre : 10h/13h et 14h/18h. // 1er novembre / 31 mars : 10h/13h et 14h/17h.

**** UN AUTRE RENOIR.

" À l’été 2017, le peintre Pierre-Auguste Renoir sera à l'honneur dans l’Aube en Champagne. L'ouverture au public de la « Maison Renoir » à Essoyes, au cœur du vignoble de la Côte des Bar, et l’exposition-événement « Un autre Renoir » présentée au musée d'Art moderne de Troyes seront les points d’orgue d’une riche programmation, rythmée par de nombreux rendez-vous artistiques et ludiques proposés aux curieux et amateurs.

 Avec l’ouverture de la maison familiale des Renoir, Essoyes offrira une offre complète à ses visiteurs, permettant de se familiariser avec le maître et ses sources d’inspiration, et de mieux apprécier son processus créatif. Sous l’impulsion de la commune d’Essoyes, qui consacre d’ores et déjà un large programme culturel,- réunissant un parcours immersif et pédagogique, un film et la visite de l’atelier du peintre -, à son célèbre habitant Pierre-Auguste Renoir, c’est tout un département qui s’engage pour célébrer le peintre, en 2017.

Cette tranquille demeure de village, qui était restée propriété des descendants Renoir jusqu’en 2013, a, grâce à la volonté de la mairie et avec le soutien de la Fondation du Patrimoine, subi une complète restauration// rénovation qui s’est attachée à conserver l'authenticité du bâtiment, à préserver l’âme du lieu, son esprit familial et sa dimension « inspiratrice ». Né en 1841, c’est en 1896 que le peintre achète son premier bien (s’installe) à Essoyes,- commune natale de son épouse née Aline Charigot -, où il trouve quiétude et sérénité, autour du bonheur de retrouvailles familiales, et de multiples sujets pour nourrir son travail : un bourg empreint de charme et d’authenticité, les paysages, l’église, les modèles…

Pour accompagner cet événement, la ville de Troyes consacre une large exposition à Pierre-Auguste Renoir dans son Musée d’Art moderne, du 17 juin au 17 septembre 2017. Se composant d’une cinquantaine d’œuvres issues majoritairement de collections publiques françaises, celle-ci propose une relecture de la carrière de l’un des artistes français majeurs des XIXe et XXe siècles. Son parcours thématique interrogera le mythe qui s’est construit autour de Renoir et permettra aux visiteurs de redécouvrir son œuvre au travers de sujets peu connus telle la nature morte, l’influence d’Essoyes sur sa peinture ou encore son œuvre sculptée." (NDM)

Exposition du 17 juin au 17 septembre 2017.

********************

VALLAURIS :

MUSEE MAGNELLI : Musée de la Céramique, Place de la Libération, 06220 Vallauris. Tél. 04 93 64 71 83

TLJ. sauf mardi. En hiver : 10h/12h et 14h/18h. En été (juillet-août) : 10h/12h30 et 14h/18h30.

********************

VALLAURIS :

MUSEE NATIONAL PICASSO : Place de la Libération, 06220Vallauris. Tél : 04.93.64.71.83. TLJ. sauf mardi et 1er mai : 10h/12h15 et 14h/17h.

********************

VEZELAY : 

MUSEE ZERVOS : rue Saint-Étienne 89450 Vézelay. Tél. 03 86 32 39 26

Ouverture du 15 mars au 15 novembre : 10 h/18 h  (dernières entrées à 17 h 20).TLJ. sauf le mardi (juillet et août: tous les jours)

Une exposition aura lieu en la maison du jardinier du musée Zervos ainsi que dans les espaces voûtés et d'autres salles, une exposition consacrée aux gouaches d'Alexander Calder. Une cinquantaine d'oeuvres y seront présentées grâce à la générosité de prêteurs anonymes ainsi qu'à la bienveillance du centre Pompidou qui consent au musée le prêt de quatre oeuvres majeures.

Parallèlement à l'exposition présentée, la commune de Saché, où l'artiste résida jusqu'à sa mort en 1976, accepte le prêt du "Stabile-Mobile" qui sera présenté devant la basilique en haut de la colline de Vézelay, ce "lieu où souffle l'esprit" selon Maurice Barrès.

Tous les matins, Calder se rendait dans son petit atelier qu'il surnommait la "gouacherie" pour y peindre ses oeuvres sur papier avant d'aller travailler le métal pour réaliser ses différents mobiles et stabiles de plus grande envergure.

Un ouvrage intitulé "Calder à la Gouacherie" sera publié à cette occasion et sera

disponible à la vente.

Exposition jusqu'au 31 octobre 2017.

********************

VICQ-SUR-BREUILH :

MUSEE ET JARDINS CECILE SABOURDY :

Le Presbytère. rue Chavaud - 87260 Vicq-sur-Breuilh. Tél : 05 55 00 67 73. Mardi/Samedi :  10h/12h et 14h/18h. Dimanche: 14h/18h.

********************

VILLE-EVRARD et NEUILLY-SUR-MARNE :

SERHEP : Musée d’Art et d’Histoire de la Folie et de la Psychiatrie à VILLE-EVRARD :

ARCHIVES DE PARIS : CG93, MHV de Montreuil, EPS Ville-Evrard.

VISITES : 202, Avenue Jean Jaurès, Neuilly-sur-Marne, Tél : 01.43.00.60.20. et RDV groupes. Tous les vendredis : 14h/18h.

********************

VILLENEUVE D'ASCQ :

LaM : Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut : 1 allée du Musée, 59650 Villeneuve d’Ascq. www.musee-lam.fr T. : +33 (0)3 20 19 68 68. Mardi/Dimanche : 10h/18h. Fermeture les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

 

 

• WEEK-END DE CLÔTURE DE L’ÉTÉ AU LaM / JOURNÉES DU PATRIMOINE : SAMEDI 16 ET DIMANCHE 17 SEPT. 2017

Deux jours de visites libres ou guidées et d’ateliers pour les familles, avec le samedi soir, un concert en peinture exceptionnel du musicien Pascal Comelade et de l’artiste Hervé Di Rosa !

Exposition du 24 juin au 18 septembre 2017.

**** DE PICASSO A SERAPHINE WILHELM UHDE ET LES PRIMITIFS MODERNES

 

 

Vernissage le jeudi 18 septembre à 19h.

Exposition du 29 septembre 2017 au 7 janvier 2018.

 

 

********************

VITRY-SUR-SEINE :

MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne : Place de la Libération, 94400 Vitry-sur-Seine. Tél. : 01 43 91 64 20. TLJ. sauf le lundi. : Mardi/Vendredi : 10h/18h. / Samedi et Dimanche : 12h/19h. Clôture des caisses 30 minutes avant la fermeture du musée. Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Le jardin Ouvert tous les jours sauf le lundi : Mardi/Vendredi : 9h/18h. Week-end : 9h/19h.

**** Soufiane Ababri, Mathieu Kleyebe Abonnenc, Lawrence Abu Hamdan, Adam Adach, Nirveda Alleck, Francis Alÿs, Giulia Andreani, Fayçal Baghriche, Sammy Baloji, Raphaël Barontini, Taysir Batniji, Sylvie Blocher, Martin Bureau, Ali Cherri, Claire Fontaine, Steven Cohen, Bady Dalloul, Jonathas De Andrade, Morgane Denzler, Jimmie Durham, Ninar Esber, Esther Ferrer, Karim Ghelloussi, Marco Godinho, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Mona Hatoum, Maryam Jafri, Katia Kameli, Jason Karaïndros, Bouchra Khalili, Kimsooja, Kapwani Kiwanga, Will Kwan, Lawrence Lemaoana, Mehryl Levisse, Violaine Lochu, Melanie Manchot, Lahouari Mohammed Bakir, Kent Monkman, Malik Nejmi, Nguyen Trinh Thi, Otobong Nkanga, Harold Offeh, Daniela Ortiz, Alicia Paz, Adrian Piper, Présence Panchounette, Pushpamala N, Athi-Patra Ruga, Zineb Sedira, Yinka Shonibare MBE, Société Réaliste, Tsuneko Taniuchi, Erwan Venn, James Webb, Sue Williamson, Chen Zhen : "Tous des sang-mêlés".

" Cette exposition réunit une centaine d'œuvres d'une soixantaine d'artistes internationaux autour de déconstructions et mises en question des identités culturelles. Comment se construit-on par rapport à la langue, au territoire, à la famille, à l'Histoire et sa narration, aux stéréotypes ?

« Tous, des sang-mêlés » met en espace des éléments d'un terrain du commun, où les altérités se déploient ensemble et en regard les unes des autres.

Une exposition qui s’ancre dans l’actualité, autour de questionnements qui agitent le monde ! " (NDM)

Vernissage le vendredi 21 avril 2017, à partir de 18h30

Exposition collective du 22 avril au 3 septembre 2017 

********************