********************

PARIS :

CENTRE POMPIDOU : 4 rue Aubry le Boucher, 75004 Paris. Tél : 01.44.78.12.33

Accès : 111, rue Saint-Martin, 75004 Paris Code : 37 A 94 Escaliers C, sur la gauche dans la cour,

Horaires : Tous les jours, sauf le mardi et le 1er mai. Musée et Expositions : 11h/21h (fermeture des caisses à 20h).

Les expositions de la galerie 1 et 2 bénéficient d'ouvertures en nocturne le jeudi jusqu'à 23h

Atelier Brancusi : 14h à 18h, du mercredi au lundi

Bpi : du lundi au vendredi (sauf mardis) de 12h à 22h, week-end de 11h à 22h

********************

PARIS :

GALERIES NATIONALES DU GRAND PALAIS :1 Avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris. Tél : 01 44 13 17 30.

Mercredi/Samedi : 10h/22h, llundi et dimanche : 10h/20h. Fermeture le mardi et le 25 décembre.

Vacances de la Toussaint du 19 octobre au 2 novembre : tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 22h. vacances de Noël du 21 décembre au 4 janvier : tous les jours (sauf mardi) de 9h à 22h.

 Renseignements : Tél : +33 (0)1 44 13 17 17 (serveur vocal)

Des visites guidées de l’exposition (90 minutes) et des ateliers pour enfants (2h en tout avec une visite spéciale) sont aussi organisés.

Métro : Franklin-Roosevelt ou Champs-Elysées-Clemenceau

Bus : lignes 28, 32, 42, 72, 73, 80, 83, 93

Stations Vélib' n° 8029 et 8001

Galerie Sud Est  entrée porte H 

********************

PARIS :

HALLE SAINT-PIERRE : 2, rue Ronsard - 75018 Paris. Tél. : 33 (0) 1 42 58 72 89.

Attention nouveaux horaires à partir de septembre 2011 : le lundi ouvert de 13h à 18h.

jusqu’à cette date : ouvert tous les jours du lundi au dimanche de 10h à 18h. Fermeture billetterie à 17h30

Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€.

En août : ouverture de 12h à 18h, fermé le weekend.

Fermetures annuelles : 25 décembre, 1er janvier. 1er mai, 14 juillet et 15 août.

 

GRAND TROUBLE

**** UNE CINQUANTAINE D'ARTISTES EXPOSENT LEURS ŒUVRES.

Exposition du 9 mai au 30 juillet 2017.

 

********************

PARIS :

INSTITUT NEERLANDAIS : 121 rue de Lille 75007 Paris. Tél : 01 53 59 12 40. TLJ. sauf lundi : 13h/19h.

*********************

PARIS : 

MUSEE D'ART ET D'HISTOIRE DU JUDAÏSME : 71, rue du Temple - 75003 Paris

Le musée est ouvert du mardi au vendredi : 11 h/18 h et le samedi et dimanche : 10  h/18 h. Nocturne des expositions le mercredi jusqu’à 21 h et le samedi, dimanche et jours fériés jusqu’à 19 h.

**** LUZ DESSINE ALBERT COHEN : "O vous, frères humains". 

 « Un enfant juif rencontre la haine le jour de ses dix ans. J’ai été cet enfant. »

Albert Cohen, 1972

« […] courant 2015, j’ai ressenti le besoin de relire Ô vous, frères humains. J’ai été plus puissamment encore frappé par le calvaire psychologique de ce petit garçon, déambulant à la lisière de la folie, par le message testamentaire d’Albert Cohen... »

Luz, 5 février 2016

Vernissage mardi 13 décembre de 17h à 22h.

Exposition du mardi 6 décembre 2016 au dimanche 28 mai 2017.

**** GOLEM ! AVATAR D'UNE LEGENDE D'ARGILE 

" Avec 136 œuvres provenant de 28 institutions et prêteurs privés, cette exposition explore le riche devenir de la figure du Golem dans les arts visuels, à travers un parcours mêlant peinture, dessin, photographie, théâtre, cinéma, littérature, bande dessinée et jeu vidéo. De la présentation d’un remarquable Sefer Yetsirah (« Livre de la Création ») imprimé à Mantoue en 1612 à la projection d’extraits de Terminator 2, en passant par des œuvres de Boris Aronson, Christian Boltanski, Gérard Garouste, Antony Gormley, Philip Guston, Amos Gitaï, R.B. Kitaj ou Anselm Kiefer, l’exposition montre comment cette légende juive médiévale opère encore aujourd’hui dans un imaginaire mondialisé.

Être d’argile animé à l’aide de lettres sacrées, le Golem est l’un des mythes juifs les plus célèbres et l’une des figures majeures de la littérature fantastique. Celui que l’on a coutume de représenter sous les traits d’un géant aux pouvoirs surhumains n’a cessé de fasciner et d’endosser de multiples significations au fil du temps.

Au Moyen Âge puis à la Renaissance, c’est une entité connue des seuls mystiques, qui débattent des opérations magiques permettant de lui donner vie. Au XIXe siècle, le Golem devient une figure populaire : une créature destinée à soulager la communauté juive de travaux pénibles et à la protéger des persécutions. Mais nombre de récits insistent sur l’épisode ou cet être se retourne contre Rabbi Yehuda Loew, son créateur, et c’est à ce moment que naissent les premières images du Golem. Hugo Steiner-Prag lui donne, en 1915, une physionomie mongoloïde et inquiétante, dans les illustrations du célèbre roman de Gustav Meyrink, et Paul Wegener lui confère, dans son film de 1920, des traits qui marqueront durablement l’imagier du XXe siècle. La légende du Golem fascine les artistes, qui y voient une métaphore de leur position de créateurs face à une matière inerte à laquelle « donner vie ». D’emblée, ils soulignent l’ambivalence du personnage : être miraculeux et monstrueux à la fois, il oscille entre humanité et inhumanité, entre protection et menace.

La plasticité du mythe du Golem est à l’origine de la plupart des créatures artificielles, imaginaires ou réelles, et sa féconde descendance ne cesse de croître, notamment dans le domaine de la robotique et de l’informatique. Précurseur des superhéros et des avatars numériques, le Golem est aussi une figure qui permet de penser un monde ou l’homme pourrait perdre le contrôle sur ses inventions." (NDM)

Vernissage le mardi 7 mars de 16h à 21h.

Conférence inaugurale mercredi 8 mars à 19h30 par MARC-ALAIN OUAKNIN.

Exposition du 8 mars au 16 juillet 2017.

 

**** CHARLEMAGNE PALESTINE 

3Sculptures, peintures, installations visuelles et sonores, films et concerts... Charlemagne Palestine investit le mahJ à l’occasion d’une exposition personnelle, première du genre dans un musée français. Dans les écuries, il déploie une installation qui mêle œuvres historiques et nouvelles productions, faisant évoluer le visiteur au cœur de son univers foisonnant, où les peluches tiennent un rôle de premier ordre.

Autour de l'exposition

Lieu : Anciennes écuries

Né à Brooklyn en 1947 sous le nom de Chaim Moshe Palestine, il rejoint, enfant, la chorale juive de Stanley Sapir, pour atténuer par le chant les effets de son bégaiement. Élevé dans une famille originaire d’Odessa, il est partagé entre une éducation traditionnelle et son goût pour les formes artistiques expérimentales. Sa pratique du chant, du carillon,de l’orgue puis du piano lui permet de développer, dès les années 1970, une relation physique et vibratoire à l’espace,à son corps et à ceux de l’auditoire.

Ses performances s’adaptent aux contextes et aux instruments qu’il utilise, engendrant un véritable dialogue avec les lieux qui le reçoivent. La dimension totale de sa démarche est à l’image des peluches qu’il recueille et expose : public idéal, totems, communauté choyée et perdue qu’il cherche à reconstruire, elles concrétisent aussi le caractère animiste de son œuvre.

Charlemagne Palestine a fait l’objet de récentes expositions personnelles à la Kunsthalle de Vienne et au Witte de With à Amsterdam.

En 2017, une exposition lui est également consacrée au Jewish Museum de New York, et il donnera matière à un livre d’essais et d’entretiens aux Presses du réel.(NDM)

 

********************

PARIS :

MUSEE D'ART MODERNE DE LA VILLE DE PARIS : 11 avenue du Président Wilson, 75116 Paris. Tél : 01.53.67.40.00. Mardi/Dimanche : 14h/18h. Nocturne jeudi jusqu'à 22h.

********************

PARIS :

MUSEE GUIMET : 6, place d’Iéna - 75116 Paris ; Tel : 01 56 52 53 00.

Musée fermé le mardi et les 1er mai, 25 décembre et 1er janvier .

Musée ouvert de 10 h à 18 h tous les jours sauf le mardi.

Fermeture de la caisse à 17 h 15, des salles à 17h45.

********************

PARIS:

MUSEE DE L'HISTOIRE ET DE L'IMMIGRATION : Palais de la Porte Dorée, 293 Avenue Daumesnil, 75012 Paris. 

Mardi/Vendredi : 10h/17h30 – samedi et dimanche : 10h/19h

Fermé le 25 décembre et le 1er janvier

********************

PARIS :

MUSEE DE MONTMARTRE : 12, rue Cortot – 75018 Paris Tél : + 33 (0)1 49 25 89 39 TLJ. : 10h/18h. Métro Anvers, ligne 2, puis prendre le funiculaire de Montmartre. Bus 80, Montmartrobus

www.museedemontmartre.fr Métro Abbesses, ligne 12.

 

********************

PARIS :

MUSEE DU LOUVRE :

 36 Rue du Louvre, 75001 Paris. Tél : 01 40 20 58 24 Métro Palais-Royal.

TLJ. : 9h/18h, sauf mardi et fériés suivants : 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. La fermeture des salles commence à 17h30.
Nocturnes jusqu'à 22h mercredi et vendredi (fermeture des salles à partir de 21h30). 
Gratuit le premier dimanche de chaque mois (hors exposition du hall Napoléon).
L'accès par la Pyramide et par la Galerie du Carrousel est ouvert de 9h à 22h, sauf le mardi.
Le passage Richelieu est ouvert de 9h à 18h, sauf le mardi.

**** MAURICE DENIS ET EUGENE DELACROIX, DE L'ATELIER AU MUSEE : 

"Le peintre Maurice Denis joua un rôle essentiel dans le sauvetage du dernier atelier de Delacroix, place de Fürstenberg à Paris, et dans sa transformation en musée. Son engagement comme président de la Société des Amis d'Eugène Delacroix se révéla déterminant. Maurice Denis ne mit pas seulement sa réputation de grand artiste au service du projet de création d'un musée Delacroix, il s'y dédia pleinement, assumant avec détermination les missions de directeur de la toute jeune institution. Auprès de lui, Édouard Vuillard, Paul Signac notamment, furent membres actifs de la Société.

Le présent ouvrage accompagne l'exposition organisée au musée Delacroix, la première à rendre compte de l'admiration que l'œuvre  d'Eugène Delacroix suscita chez ces artistes, nés après la disparition du maître.

Elle bénéficie de prêts exceptionnels de musées français et étrangers : Van Gogh, Gauguin, Odilon Redon, Émile Bernard, Maurice Denis, Matisse se trouvent ainsi réunis dans l'atelier de Delacroix, devenu musée. Naguère lieu de vie et de création, le dernier atelier du peintre s'impose donc bien aujourd'hui, dans le sillage du travail entrepris par Maurice Denis, comme un lieu essentiel de transmission artistique." (NDM)

"Maurice Denis voua une admiration vive et sincère à l’oeuvre d’Eugène Delacroix, comme à sa posture d’artiste. Né après le décès de Delacroix, le peintre, comme ses proches – Emile Bernard, Edouard Vuillard, Pierre Bonnard, puis Georges Desvallières – approcha l’oeuvre de Delacroix à la fois directement, grâce aux œuvres conservées dans les collections publiques, mais aussi par l’intermédiaire d’artistes plus âgés, Paul Cézanne, Odilon Redon, Paul Gauguin, qui leur transmirent leur goût pour la création du peintre romantique. 

Grâce à la publication des premières lettres de Delacroix, puis à la première édition de son Journal, dans les années 1890, Denis et ses amis constituèrent la première génération à avoir accès aux écrits de Delacroix, dès leur jeunesse. Le Delacroix écrivain fut, pour Bernard, Denis, Vuillard, un modèle, notamment pour leurs propres écrits, théoriques et diaristes.

Maurice Denis joua un rôle primordial dans le sauvetage du dernier atelier de Delacroix, place de Fürstenberg, et dans sa transformation en musée. Son engagement comme président de la Société des Amis d’Eugène Delacroix se révèle, au fil du travail de recherches entrepris au sein des archives du musée Delacroix et des archives Maurice Denis, déterminant. Denis ne mit pas seulement sa réputation de grand artiste au service du projet de création d’un musée Delacroix. Il s’y dédia, assumant pleinement des missions de directeur de la toute jeune – et fragile – institution.

L’exposition qui aura lieu au musée national Eugène-Delacroix de mai à août 2017 sera ainsi la première à analyser et valoriser la force et l’ampleur de l’admiration que l’oeuvre d’Eugène Delacroix suscita chez ces artistes, nés après sa disparition. Bien que disparu sans élèves, le peintre fut considéré comme un maître par bien des créateurs.

Cette manifestation analysera les composantes de l’admiration de Denis et de ses proches pour Delacroix – peintre, décorateur, graveur, écrivain, et exaltera le rôle de Denis dans la fondation du musée. Elle forme ainsi l’occasion remarquable d’exalter la création singulière du musée national Eugène-Delacroix, à l’issue de la rénovation de l’appartement du musée Delacroix et de son agrandissement grâce à l’adjonction de l’ancienne salle-à-manger du peintre." (NDM)

Exposition jusqu'au 28 août 2017

 

********************

PARIS :

MUSEE DU LUXEMBOURG : 19 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Vendredi/Lundi : 9h/22h. Mardi/Jeudi : 10h/20h

 

********************

PARIS :

MUSEE DU QUAI BRANLY : 37 QUAI BRANLY, 75007PARID. TEL : 01.56.61.70.00. TLJ. SAUF LUNDIS, 25 DECEMBRE ET 1ER MAI. 

HORAIRES : Lundi, mercredi, dimanche : 11h/19h// Jeudi, vendredi, samedi : 11h/21h.

EXCEPTIONS : VACANCES SCOLAIRES : 11H/19H  : LUNDI 8, 15, 22 ET29 FEVRIER. ET LUNDI 4, 11, 18 ET 25 AVRIL 2016. //NUIT DES MUSEES : SAMEDI 21 MAI, DE 18H A MINUIT // WEEK-END DES 10 ANS DU MUSEE : DU SAMEDI 25 JUIN A 11H AU 26 JUIN A 19H // JEUDIS 24 ET 31 DECEMBRE : FERMETURE A 18H. // GROUPES : ENTREE 9H30.

********************

PARIS :

MUSEE PICASSO : Hôtel Salé, 5 rue de Thorigny, 75003 Paris.Tel. +33 1 42 71 25 21

Mardi/Vendredi : 11h30/18h. Samedi et dimanche : 9h30/18h. Nocturne mensuelle : le 3e vendredi du mois, jusqu’à 21 h.

********************

********************

PARIS :

MUSEE RODIN : 79 rue de Varenne, 75007 Paris. TLJ. sauf lundi.

Nocturne mercredi jusqu'à 20 H45.

********************

PARIS :

ORANGERIE DU SENAT : Jardin du Luxembourg – 75006 Paris Accès porte Férou (19 bis, rue de Vaugirard) : Entrée libre, tous les jours :12h/20h.

********************

PARIS :

MUSEE SINGER-POLIGNAC, CENTRE D'ETUDE DE L'EXPRESSION

CENTRE HOSPITALIER SAINTE-ANNE : 1, rue Cabanis 75014 Paris Tél. : 01 45 89 21 51. Mercredi /Dimanche : 14 h/19 h, nocturnes les jeudis jusqu’à 21 h

********************

ARLES : 

HOTEL DES ARTS  : 34 rue du Docteur Fanton, 13200 Arles. Tél : 04.90.96.76.06.

GRAND ARLES EXPRESS 

**** MATHIEU PERNOT : "Survivances" : Photographies.

" Pendant tout l’été, l’Hôtel des Arts, centre d’art du Département du Var, offre l’ensemble de ses espaces à Mathieu Pernot.

Sous l’intitulé « Survivances », l’exposition invite les visiteurs à un parcours inédit dans le travail que l’artiste a réalisé pendant une vingtaine d’années auprès de diverses communautés tsiganes, avec notamment des images jamais montrées au public.

Installations, photographies, enregistrements sonores et documents d’archives viennent construire ici un récit protéiforme de l'histoire de cette minorité, souvent opprimée, toujours vivace.

 C’est en 1998 que Mathieu Pernot effectue un séjour en Roumanie, - mené dans le cadre d’une bourse de villa Médicis hors-les-murs -, à la rencontre des Tsiganes d’Europe de l’Est, poursuivant ainsi un corpus entamé trois ans auparavant à l’École nationale de la photographie d’Arles (EnsP). Les images qui ressortent de cet épisode singulier dans le travail de l’artiste révèlent avec simplicité la force des lieux et la puissance des visages auxquels il a alors fait face. En étant présentées pour la toute première fois au public, dans l’exposition Survivances de l’Hôtel des Arts à Toulon, elles offrent un glissement silencieux sur la réalité des communautés tsiganes d’Europe de l'Est.

 L’exposition interroge également la tragédie de l'Histoire, au travers de travaux consacrés à l'internement des Tsiganes dans les camps de Saliers (Bouches-du-Rhône) et Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Le visiteur y découvre tour à tour les morceaux d'une ancienne baraque prélevés et réassemblés pour l’occasion, des carnets anthropométriques que les nomades devaient porter ainsi que des fiches d’identité (Archives du Var)…  La question du fichage trouve ici un double écho, tant avec les photomatons d'enfants que l’artiste a réalisés en 1995 qu’avec la présentation d’archives familiales constituées de photos d'identité datant des années 1950 aux années 1990.

Par des installations vidéo, la question de la survivance de certains rites tsiganes – deuil, mariage, chant - est également abordée." (NDM)

Exposition du 4 juillet au 1er octobre 2017.

********************

AUBUSSON :

CITE INTERNATIONALE DE LA TAPISSERIE : Rue des Arts, BP 89. 23200 Aubusson. Tél : 09.72.48.15.64. 

De septembre à décembre et de février à juin : Mercredi /Lundi. Fermeture hebdomadaire le mardi.

9h30/12h et 14h/18h 

En juillet et août :  Mercredi/Lundi : 10h-18h  . Fermeture hebdomadaire le mardi matin.

********************

BEGLES :

MUSEE DE LA CREATION FRANCHE : 58, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 33130 BEGLES. Tél : 05-56-85-81-73

**** L'ART BRUT EN FINLANDE : COLLECTION MAX AMMANN.

Le Musée de la Création Franche présente plus de 130 pièces issues de la collection constituée par les Suisses Korine et Max E. Ammann.

La collection Ammann, riche aujourd’hui de près de 5000 œuvres de plus de 500 créateurs, est consacrée à l’Art brut et à l’Outsider art.

L’intérêt du couple pour l’art brut est né en 1995 à la suite une visite au musée de Lausanne. Elle a été le déclencheur d’une prospection assidue, de nombreuses visites aux créateurs dans leurs ateliers ou dans les établissements qui les hébergent. Au gré de ses voyages à travers le monde, le couple a progressivement enrichi sa collection. Korine et Max Ammann ont accompagné leur recherche sur le terrain d’un travail de documentation approfondi sur l’art brut, son évolution dans le temps et sa géographie.

Les sculptures et créations graphiques présentées au Musée de la Création Franche dans l’exposition « l’Art brut en Finlande » ont été acquises lors de dix voyages entre 2002 et 2011. Elles sont représentatives de l’Itse Tehty Eläma plus connu sous l’acronyme ITE. L’ITE est une forme de création influencée par le parcours personnel de l’auteur, sa façon de vivre, souvent très simple. Les créateurs finlandais sont largement inspirés par l’univers qui les entoure, la majorité d’entre eux vivant en pleine nature, très souvent dans des cabanes au milieu des forêts nordiques. Ils se situent tout à fait en dehors du monde de l’art ; ce qu’ils fabriquent devient partie intégrante de leur environnement quotidien, travaux élaborés à partir de matériaux divers, bois ou pièces métalliques, et selon différentes techniques, collage, peinture, sculpture. La plupart de ces créateurs n’ont commencé à dessiner, peindre ou sculpter qu’à un âge avancé. Ils sont parfaitement autodidactes, n’ont  reçu aucune formation académique, ne nourrissent aucune ambition, pas plus qu’ils ne recherchent conseil, soutien ou reconnaissance.

C’est la première fois qu’un tel ensemble est présenté en France, soit dix-huit créateurs finlandais et cent trente-trois œuvres." (NDM) 

Vernissage le vendredi 14 avril à 18h.

Exposition du 14 avril au 11 juin 2017

********************

BERCK-SUR-MER : 

MUSEE : 60 Rue de l’Impératrice - 62600 Berck sur Mer - France - Tél. 03 21 84 07 80. Mercredi/Dimanche : 10h/12h et 15h/18h.

**** SOPHIE VERGER :"Bête à musée" : 60 œuvres, 16 créations originales.

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "L'ETRANGE ARCHE DE NOE DE SOPHIE VERGER" : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique ART CONTEMPORAIN..

Vernissage de l'exposition samedi 10 juin à 18 h 30

Exposition du 10 juin au 16 octobre 2017.

 

********************

 BROU : 

MONASTERE ROYAL :63 boulevard de Brou, 01000  Brou. Tél : 04.74.22.83.83. TLJ. sauf fériés : 9h/12h et 14h/17h. 

*********************

CAEN :

MUSEE DES BEAUX-ARTS : Le Château,14000 Caen. TLJ. 10h/18h. Fermé les 1er et 9 mai.

 

********************

CARCASSONNE : 

MUSEE DES BEAUX-ARTS : 15 Boulevard Camille Pelletan, 11000 Carcassonne. Tél: 04.68.77.73.71 TLJ. sauf fériés : 10h/12h et 14h/18h.septembre / 15 juin : mardi/Samedi et 1er dimanche du mois : 14h30/17h30. // 15juin/24 septembre : TLJ. : 10h/18h.

**** ANDRE MARFAING (1923-1987) : Peintures et lavis.

"… Marfaing revendique une pure volonté esthétique, il rejette avec Soulages toute référence au monde qui nous entoure. Alors qu’il refuse les références des générations précédentes, il y a chez lui une quête de l’art pour l’art, et presque du beau pour le beau, qui renvoie paradoxalement à l’esthétisme des siècles passés d’où, certainement, la désespérance de ce chemin. Certains pourraient y voir les traces du catharisme si facilement mis en avant dans nos régions languedociennes. Il faut pourtant conclure que nous sommes immédiatement conquis par la radicalité de ses compositions qui ne se perdent dans aucun détour, mais qui n’en dégagent pas moins une grande sensibilité et une harmonie subtile. L’équilibre entre la palette réduite et les masses ou encore les lignes simplifiées expliquent sans doute ce sentiment de justesse que dégagent les toiles." (NDM)

Exposition du 23 juin au 24 septembre 2017.

********************

CASSEL :

MUSEE DEPARTEMENTAL DE FLANDRE : 26 Grand Place 59670 Cassel. Téléphone : 03.59.73.45.59. Mardi/Samedi : 10h/12h30 et 14h/18h, et Dimanche : 10h/18h. Ouverture les jours fériés sauf le 1er janvier, le lundi de Pâques, le 1er mai et le 25 décembre. Du 1er mai au 30 septembre, le musée est ouvert jusqu’à 19h le dimanche.

********************

CASTRES :

MUSEE JEAN JAURES : 2 place Pelisson, 81108Castres Tél : 05.63.62.41.83. Mardi/Samedi : 10h/12h et 14h/17h.

********************

CHANTILLY :

MUSEE CONDE : 60 500, Chantilly. Tel. : 03 44 27 31 80, site internet : www.domainedechantilly.com

Horaires de haute saison (après le 2 avril 2011) :

ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h00 à 18h.

Fermeture du parc à 20h.

Horaires de basse saison (après le 31 octobre 2011) :

ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h30 à 17h.

********************

CHERBOURG :

LE POINT DU JOUR : 107 avenue de Paris, 50100 Cherbourg. Tél. 02 33 22 99 23. Mercredi/Vendredi : 14h/18h. Samedi, Dimanche : 11h/19h

 

********************

CLAMART :

CENTRE D'ART CONTEMPORAIN CHANOT : 33 rue Brissard 92140 Clamart. Tél : 0147 36 05 89. Mercredi, Vendredi, Samedi, et Dimanche : 14 h/18 h, sauf fériés. Entrée Gratuite.

**** COLLECTION JOSEPH KOULI : Avec : Francis Alÿs, Guillaume Bijl, Irène Billard, Vanessa Billy, Katinka Bock, Edith Dekyndt, David Horvitz, Alicja Kwade, Randa Maroufi, Amalia Pica, Bertrand Planes, Ana Vega, Elsa Werth…

"Le Centre d’art contemporain Chanot propose du 18 mai au 9 juillet 2017 un éclairage sur la collection Joseph Kouli et dessine en filigrane le portrait d’un collectionneur passionné et engagé. Cette exposition collective opère une sélection à partir de l’ensemble d’oeuvres d’art contemporain que le collectionneur a acquises depuis 10 ans.

 

Aux côtés des institutions, la figure du collectionneur, quand elle s’affirme loin de toute visée spéculative, se révèle essentielle à révéler la pluralité de la pensée artistique aujourd’hui. Animés par le même désir d’être surpris et de rester attentif à l’art dans ses zones les moins connues, le CACC choisit de donner la parole à l’un de ces acteurs prospectifs : le collectionneur Joseph Kouli.

Converti par hasard à l’art contemporain, Joseph Kouli affine depuis 10 ans son regard au contact d’artistes, galeristes ou critiques d’art. Autorisant le temps nécessaire à la recherche comme aux doutes, il construit ainsi un ensemble singulier, laissant la perspicacité et la sensibilité guider ses acquisitions. Superposant différents intérêts et pratiques, sa collection donne quelques indices sur la façon de vivre de Joseph Kouli parmi cette nébuleuse poétique qui petit à petit envahit son quotidien. Riche de 120 oeuvres, elle témoigne de la rencontre entre les oeuvres et l’espace domestique, d’une subjectivité délibérée, et d’un intérêt pour les artistes de sa génération racontant l’époque dans laquelle il vit. Les oeuvres de la collection Joseph Kouli ont déjà fait l’objet de plusieurs prêts et expositions, dont l’une consacrée à l’intégralité du fonds d’alors en 2012. L’exposition au CACC souhaite ici révéler l’authenticité et l’investissement d’une démarche sensible de collectionneur et dévoile un ensemble de pièces s’attachant au quotidien tant dans sa version poétique que dans sa trivialité. Ce sont ainsi des dessins, des gestes subtils, des pièces lumineuses, des vidéos qui habitent le CACC au printemps.

Empruntant le titre de son exposition aux romans de Georges Perec, c’est également une tranche devie que cet amateur inépuisable et engagé vient ici partager."(NDM)

Exposition du jeudi 18 mai au dimanche 9 juillet 2017.

 

************************

COMPIÈGNE :

PALAIS : Place du Général de Gaulle 60200 Compiègne. Tél. : 00 33 (0)3 44 38 47 02. TLJ. sauf le mardi : 10h/18h.

********************

DICY :

LA FABULOSERIE : 1 rue des Canes, 89120 Dicy. Tél : 03.86.63.64.21. Ouverture du 1 avril au 2 novembre : 

- du 1er avril au 30 juin : samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 19h

- du 1er juillet au 31 août : tous les jours de 14h à 19h (y compris les 14 juillet et 15 août)

- du 1er septembre au 2 novembre : samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 19h

Prévoir 2 heures de visite.

**** ART BRUT POLONAIS / La collection d'Andrej KWASIBORSKI 

"Rien a priori ne destinait cet homme d'une quarantaine d'années à collectionner de l'art. C'est un collectionneur tout aussi autodidacte que les créateurs de sa collection !

C'est en partie ce pan de sa personnalité qui nous a interpellés. L'autre aspect frappant étant la similitude de sa démarche avec celle d'Alain Bourbonnais : les deux hommes ont en commun d'avoir cultivé ou de cultiver des relations d'amitié sincères et régulières avec les créateurs. C'est ainsi qu'a jailli l'idée de rassembler les deux collections et de les faire vivre ensemble dans les murs de La Fabuloserie, le temps d'une saison.

Avec la Collection A.K., La Fabuloserie inaugure un cycle d'expositions temporaires proposant la découverte de collections d'art brut étrangères.

Entièrement repensé, le nouvel accrochage permet de présenter un large éventail de la collection d'Andrzej Kwasiborski, avec 25 créateurs et une centaine de leurs œuvres dialoguant avec la collection permanente de la Maison-Musée.

A l'occasion du vernissage et de la Nuit européenne des musées,  

La Fabuloserie affrête un autocar depuis Paris-Porte d'Orléans 

Tarif 30€ tout compris. Réservation obligatoire par mail.    

Visite commentée de la Maison-musée, de l'exposition temporaire, du Jardin habité et du manège de Petit Pierre. Collation conviviale en compagnie de l'équipe de La Fabuloserie et des invités polonais." (NDM)

« La Fabuloserie, c'est le temple du rêve, de l'imagination, de l'émotion.

On n'en ressort pas comme on y est entré. »

Alain Bourbonnais crée en 1983 à Dicy dans l'Yonne une Maison-musée pour présenter sa collection de plus d'un millier d'œuvres marginales. Pour la saison 2017, La Fabuloserie accueille en exposition temporaire une partie de la collection d'art brut d'Andrzej Kwasiborski collectionneur polonais tout aussi autodidacte que ses créateurs. L'accrochage - entièrement repensé - permet de laisser dialoguer entre elles les œuvres réunies par ces deux collectionneurs passionnés, le temps d'une saison.

Partenaire depuis un an du musée, L'œil de la femme à barbe a réalisé le catalogue et vous invite à l'accompagner en autocar pour découvrir cette superbe exposition !

 

Vernissage samedi 20 mai en présence des invités polonais.

 

VERNISSAGE SAMEDI 20 MAI  de 14h à 19h

 en présence du collectionneur Andrzej Kwasiborski et de ses amis polonais 

 Exposition du 1er avril au 2 novembre 2017.

********************

DIJON :

MUSEE MAGNIN : 4 rue des Bons-Enfants, 21 000 Dijon. TLJ. sauf lundi : 10h/12h et 14h/18h,


********************

DUNKERQUE :

LAAC, Lieu d’Art et Action Contemporaine : Pont Lucien Lefol Jardin de sculptures, 59140 Dunkerque. Tél : 03 28 29 56 00. TLJ : sauf lundi : 10h/12h15 et 14h/18h. Fermé les 25 décembre, 24 et 31 décembre après-midi et 1er janvier.

********************

ECOUEN :

MUSEE NATIONAL DE LA RENAISSANCE : 94440 Château d'Ecouen. Tlj. sauf le mardi : 9h30/ 12h45 et d14h/ 17h45 (17h15 à partir du 01/10/13)

accès : par le train (SNCF) : gare du Nord banlieue : ligne H (voie 30 ou 31) 25 minutes direction Persan-Beaumont / Luzarches par Monsoult, arrêt gare d'Écouen- Ezanville, puis autobus 269, direction Garges-Sarcelles (5 min), Arrêt Mairie/Eglise (ou rejoindre le musée à pied depuis la gare (20 min) par la forêt) par la route : (à 19 km de Paris) autoroute A1 depuis la Porte de la Chapelle suivre Roissy CDG, sortie Goussainville / Cergy- Pontoise par la Francilienne (D104), direction Cergy- Pontoise, puis RD 316 (N16) en direction de Paris.

Tarifs : 7 €, TR 5,50 €. Gratuit pour les moins de 26 ans et pour tous le 1erdimanche du mois ainsi que le WE des journées du Patrimoine

 

********************

ENGHIEN-LES-BAINS :

CENTRE DES ARTS : 12/16 rue de la Libération, 95880 Enghien-les-Bains. Té : 01.30.10.85.59. Mardi/Vendredi :11h/19h, Samedi : 14h/19h et Dimanche : 14h/18h.

********************

EPINAL :
MUSEE DE L'IMAGE : 42 quai de Dogneville, 88000 Épinal.Tél : 03 29 81 48 30.

Du 1er septembre au 30 juin : Tous les jours 9h30/12h et 14h/18h (fermé le lundi matin). Vendredi 9h30/18h. Dimanche et jours fériés 10h/12h et 14h/18h.

Visites guidées à 10h30 / 15h / 16h30 et sur rendez-vous pour les groupes (fermée le lundi matin)

Fermeture exceptionnelle de la Cité de l'Image le 25 décembre et le 1er janvier. Pour Pâques et Toussaint, s'adresser au musée au 03 29 81 48 39.

Du 1er juillet au 31 août : Tous les jours 10h/18h en continu (fermé le lundi matin jusqu'à 14h)

Visites guidées à 10h30 / 14h30 / 15h30 / 16h30 et sur rendez-vous pour les groupes (fermée le lundi matin)

********************

FONTENOY :

CENTRE REGIONAL D'ART CONTEMPORAIN : Château du Tremblay, 89520 Fontenoy. Tél : 03.89.44.02.18. Fermé le lundi, sauf férié : 14h/19h.

**** AHAYE : Sculptures.

Vernissage le dimanche 2 avril à 15h.

Exposition du 2 avril au 25 juin 2017.

 

********************

GIVERNY :

MUSEE DES IMPRESSIONNISMES : 99 rue Claude Monet, 27620 Giverny0 Tél : 02.32.51.94.65.

Ouvert du 28 mars au 2 novembre 2014 : TLJ. : 10h/18h. Ouvert les jours fériés. Gratuit le 1er mai.

**** MANGUIN : "La volupté de la couleur".

" En juillet 2017, le musée des impressionnismes Giverny consacre une exposition monographique au peintre Henri Manguin (1874-1949), désigné en 1910 par Guillaume Apollinaire comme « le peintre voluptueux ».

Une sélection de quatre-vingts œuvres environ — peintures, aquarelles et dessins réalisés entre 1900 et 1914 — y retrace les premières années du parcours de cet ami d'Henri Matisse qui participa à la naissance du fauvisme. À Giverny, l'accent sera mis sur la période où Manguin, dont les harmonies chromatiques témoignent d'un talent et d'une inventivité rares, accompagne et parfois précède les audaces de ses amis fauves. Les visiteurs verront ainsi évoluer son art, depuis les années de formation au tournant du siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale. Après les premières expériences impressionnistes, l'enseignement de l'École des Beaux-arts où il fréquente l'atelier libéral de Gustave Moreau lui permet d'exprimer une sensualité heureuse qui marquera toute sa carrière. Dans son œuvre, les thèmes arcadiens, les nus, les paysages méditerranéens, les scènes de la vie familiale et les natures mortes sont autant d'hommages au bonheur de vivre et s'inspirent très directement du quotidien de l'artiste. Une large section documentaire, photographies et documents d'archives, complètera le parcours." (NDM).

Exposition du 14 juillet au 5 novembre 2017.

********************

GRADIGNAN :

MUSEE GEORGES DE SONNEVILLE : 1 rue de Chartrèze, 33170 Gradignan. Tél : 05.56.75.34.28. Vendredi/Dimanche et fériés : 14h/18h.

********************

LADUZ :

MUSEE DES ARTS POPULAIRES : 89110 Laduz. Tél : 03.86.73.70.08. Juillet et août : TLJ. : 14h30/18h. 1er au 30 juin et 1er au 30 septembre : Weekends : 14h30/17h30.

********************

LAVAL :

MUSEE DE LA PERRINE : 10 Allée Adrien Bruneau, 49000 Angers. Mercredi/Dimanche : 14h30/18h30.

********************

LAPALISSE

L'ART EN MARCHE : 9 avenue du 8 mai 1945, 03120 Lapalisse. Tél : 04.70.99.21.78. Lundi/Samedi : 10h/12h et d14h/18h. Dimanche : 14h/18h. Fermé les Jours Fériés.

********************

LE CANNET :

MUSEE BONNARD : 16 boulevard Sadi Carnot, 06110 Le Cannet. Tél. 04 93 94 06 06. Mardi/dimanche : 10h/20h (Nocturne le jeudi jusqu’à 21 h). A partir du 1er octobre : 10 h/18 h (Nocturne le jeudi jusqu’à 20 h). Fermé le lundi. Fermé le 1er novembre.

 

********************

LE HAVRE :

MUSEE D'ART MODERNE ANDRE MALRAUX : MuMa 2 boulevard Clémenceau, 76600 Le Havre. TLJ. sauf mardi : 11h/18h. W-E : 11h/19h. Fermé les 1er mai et 14 juillet. Nocturnes jusqu'à 21 heures, les jeudis 9 mai, 20 juin, 11 juillet, 22 août et 19 septembre.

 

********************

LE VIGAN :

POLE CULTUREL DU CHATEAU D'ASSAS : 11 rue des Barris, 30123 Le Vigan. Tel:04.99.64.26.62. Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi : 9h/12h et 14h/17h.

Mercredi : 9h/12h. Samedi : 10h/12h.

**** MARIE HAVEL : "Paysages usagés" : 

" Née en 1990, Marie Havel est diplômée de l’école des beaux-arts de Montpellier-Agglomération en 2016. Lauréate de la bourse jeune création du Drawing Room Montpellier 2016, elle reçoit le prix du salon DDessin, cabinet de dessins contemporains, à Paris, en mars 2017. 

Cette jeune plasticienne ne se cantonne pas à une discipline qui deviendrait sa spécialité, elle multiplie les supports d’expression pour approfondir et élargir son projet artistique. 

Intéressée par la destruction d’ensembles architecturaux ou naturels, elle met en avant les vestiges et la mémoire de mondes disparus dans des tirages numériques, des dessins ou des sculptures. Sensible à la tragédie de l’histoire contemporaine, Marie Havel interroge le geste de l’artiste en regard d’autres gestes liés à la construction, la destruction, la conquête d’espaces naturels ou de territoires habités. Elle interroge aussi la fiction des jeux de société et des premiers jeux vidéo dans lesquels l’enfant apprend à gagner des points et à en perdre dans ce mouvement syncopé si poignant qui caractérise aussi la ligne de ses dessins. 

Représentée par plusieurs galeries dont la H Gallery (Paris) et la galerie Samira Cambie (Montpellier), elle réalise une exposition en solo au château d’Assas à l’invitation du Conseil départemental du Gard. A travers des sculptures, des maquettes et nombre de dessins se dressent les « paysages usagés » que Marie Havel a réunis au sein d’un même espace. Cette production du Département est visible du 12 juin au 17 septembre 2017.

La saison 2017-2018 est marquée au château d’Assas par la personnalisation d’expositions qui étaient hier collectives et axées sur une thématique sociétale. Dans cette orientation différente, Qiong Zhao, Marie Havel, Marion Tampon Lajarriette et Jeremy Damien, solistes de leur propre parcours, seront face à l’auto narration et à l’invention de leur propre condition. 

Zhao Qiong, Marie Havel, Marion Tampon-Lajarriette et Jeremy Damien témoignent de la diversité qui caractérise l’art d’aujourd’hui. Le parti-pris d’une présentation monographique implique l’idée d’un parcours à l’intérieur de créations individuelles dont la cohérence est ici particulièrement sensible. Pour Marion Tampon-Lajarriette, née en 1982, cet itinéraire dans la mémoire visuelle, notamment celle du cinéma, s’inscrit à la fin de sa résidence à l’Institut suisse de Rome. C’est au château d’Assas, dans un lieu expérimental, que sa collecte d’iconographie s’incarne. Pour Marie Havel, née en 1990, il s’agit d’un accrochage entièrement personnel reliant ses œuvres graphiques à ses installations. Pour Qiong Zhao, née en  1985 et Jeremy Damien, né en 1977, cette manifestation opère comme une césure dans la riche productivité de trois dernières années, décisives en matière de choix artistiques.

Situé en dehors de toute contrainte marchande, le château d’Assas permet une expérimentation et une réflexion sur les enjeux d’expression dans une totale liberté. Les quatre productions présentent de jeunes diplômés engagés dans une démarche créatrice au long cours dont l’activité est établie. Reconnus par des institutions privées qui ont fait l’acquisition d’une ou de plusieurs de leurs pièces, ils ont accepté de se produire loin des grandes villes dans une demeure de l’âge des Lumières qui porte le témoignage de l’esprit d’ouverture d’une civilisation de haute culture avide de comprendre. Tout en favorisant le développement du territoire, ces actions volontaires engagées par le Conseil départemental du Gard améliorent notre cadre de vie en qualité." (NDM)

Exposition du 12 juin au 17 septembre 2017 . 

********************

LYON :

CENTRE D'HISTOIRE DE LA RESISTANCE ET DE LA DEPORTATION : 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon. Tél : 04.72.73.99.00. Mercredi/Dimanche.

**** LES JOURS SANS / Alimentation et pénurie en temps de guerre.

"De 1939 à 1949, les Français furent soumis à un système organisé de restrictions alimentaires qui devait profondément marquer les mémoires et les comportements face à la nourriture. Pour les contemporains un souvenir domine : la faim, le manque, la privation. Un vécu qui résonne encore, et de multiples façons, au sein des familles et de l’inconscient collectif. Conçue par le CHRD de Lyon, l’exposition Les Jours Sans opère une plongée dans le quotidien des Français durant et après la Seconde Guerre mondiale et traite différentes problématiques : comment faire face non seulement aux drames et tragédies de la guerre, à l’humiliation de la défaite mais aussi aux pénuries de toutes sortes, aux prélèvements massifs de l’occupant, à la désorganisation de l’économie dans un pays qui vient à manquer de tout ? Quelles furent les stratégies de survie ? Quels furent les comportements ? Quels furent les effets, réels et symboliques, de la privation de nourriture à l’échelle d’une société ? Durant la guerre, le manque endémique de nourriture est douloureusement perçu par la population, notamment urbaine, qui avait acquis dans l’entre-deux guerres un niveau de vie acceptable. Les Français sont, pour reprendre l’expression de l’historienne Dominique Veillon, totalement « submergés par les soucis quotidiens ». Dès le début du conflit, des cartes d’alimentation sont mises en place pour répartir au mieux les denrées. Au fil des mois, la plupart des produits sont soumis aux restrictions et les ménagères, qui passent en moyenne quatre heures par jour en 1942 dans les files d’attente, sont confrontées aux étals presque vides des commerçants. Face aux pénuries de toutes natures, aux prélèvements massifs de l’occupant, à la désorganisation de l’économie, les inégalités sont nombreuses et la population diversement touchée : selon que l’on soit riche ou pauvre, que l’on ait ou non accès au marché noir, que l’on ait ou non de la famille à la campagne, etc. L’exposition opère un focus sur Lyon, ville refuge pendant la guerre où la question du ravitaillement devient rapidement problématique en raison de l’augmentation de sa population. Sa scénographie offre un effet d’immersion avec la présentation de collections privées et publiques, d’archives, complétées par une riche documentation iconographique. L’expérience de visite permet d’acquérir des connaissances historiques sur le sujet, traité dans toutes ses composantes, et de solliciter la mémoire individuelle et familiale des visiteurs. Les Jours Sans est conçue à la suite de l’exposition Pour vous, Mesdames ! qui abordait en 2013 un autre thème de la vie quotidienne en temps de guerre : le vêtement et la mode. Elle s’appuie sur un comité scientifique réunissant des historiens et des chercheurs spécialistes du sujet". (NDM)

Exposition du 13 avril 2017 au 28 janvier 2018.

********************

MARSEILLE : 

MUCEM : 7 Prom. Robert Laffont, 13002 Marseille. Téléphone :04 84 35 13 13

Entrée basse fort Saint-Jean : 201, quai du Port. Entrée Panier : parvis de l’église Saint-Laurent. Entrée J4 : 1, esplanade du J4.

Ouvert tous les jours sauf le mardi, le 25 décembre et le 1er mai.

HORAIRES D’OUVERTURE : Automne (du 2 septembre au 31 octobre) : 11h / 19h // Hiver (du 1er novembre au 30 avril) : 11h / 18h // Printemps (du 2 mai au 3 juillet) : 11h / 19h // Été (du 4 juillet au 31 août) : 10h / 20h

Nocturne le vendredi jusqu’à 22h (du 2 mai au 31 octobre)

Dernière entrée 45 minutes avant la fermeture du site

. Évacuation des salles d’expositions 15 minutes avant la fermeture du site.

Horaires réservés aux groupes : 9 h - 11 h. (Excepté du 4 juillet au 31 août). Réservations obligatoire.

Mucem J4 - Niveau 2 -

 

********************

MONTBELIARD :

MUSEE DU CHATEAU DES DUCS DE WURTEMBERG : Cour du château, 25200 Montbéliard. Tél. : 03 81 99 22 61. TLJ sauf mardi : 10 h/12 h, 14 h/18 h. Fermeture exceptionnelle les 1er mai, 1er novembre, 25 décembre et 1er janvier.

********************

MONTELIMAR :

 CHATEAU DES ADHEMAR : Centre d’art contemporain : 24 rue du château, 26 200 Montélimar. Courriel : chateau-adhemar@ladrome.fr. Tél. : 04 75 00 62 30

 Lundi/Dimanche :10h à 12h, et de 14h/18h.

********************

MONTOLIEU : 

LA COOPERATIVE : Route d'Alzonne, 11170 Montolieu. Tél : 04.68.24.80.80.Mardi/Dimanche : 14h/19h.

COLLECTION CERES FRANCO

**** Parmi les exposants : EVELYNE POSTIC : Peintures.

 

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "VOYAGES IMAGINAIRES ? JARDINS D'EDEN ? CIVILISATIONS INCONNUES ? LES ŒUVRES D'EVELYNE POSTIC" :  N° 67 DE JANVIER 2000 DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA. Et UNIVERS SINGULIERS : "THYRARD ET POSTIC".

VOIR AUSSI TEXTE DE JEANINE RIVAIS : MUTATIONS CHEZ LES ALLOCHTONES D'EVELYNE POSTIC" : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART CONTEMPORAIN. Et http://jeaninerivais.jimdo.com/ RUBRIQUE ART CONTEMPORAIN.

 

********************

MONTPELLIER : 

ATELIER-MUSEE D'ART BRUT : 1 rue Beau Séjour 34000 Montpellier / tel. : 04 67 79 62 22

Mail : contact@atelier-musee.com / Site web : www.atelier-musee.com / Facebook : L’Atelier Musée

Ouvert du mercredi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h. Fermé les lundis, mardis et jours fériés

**** ANDRE ROBILLARD : Sculptures.

Robillard est hospitalisé pour troubles mentaux à la fin de l’adolescence. En 1964, âgé de trente ans.

"André Robillard est né en 1931 dans le petit village de La Mal-Tournée près de Giens (Loiret). Fils d’un garde-forestier, André -trois ans, il fabrique son premier fusil, qui est envoyé à   de l’Art Brut de Jean Dubuffet. La même année, il est recruté comme « auxiliaire » chargé de l’entretien de la station d’épuration de l’hôpital, ce qui améliore sa position et lui donne un statut plus enviable.

Robillard fabrique divers engins spatiaux (Soyouz, Lem…), avions (Mirage 4…) et beaucoup de fusils (M 16…), « non pas pour faire la guerre, mais pour tuer la misère », comme il le dit souvent. Après une visite à Lausanne, très impressionné par les oeuvres d’Auguste Forestier, il a réalisé également une série d’animaux fantastiques et de personnages.

C’est dans son petit atelier exigu au sein de la clinique Georges Daumezon à Fleury-les-Aubrais qu’il accumule ses matériaux de récupération, débordant le plus souvent dans sa chambre où il dort entouré de peluches offertes par ses amis ou ses nombreuses rencontres. Il y vit entouré d’oiseaux, cochon d’Inde, chats, pigeons… et se montre très fier de ses productions mais sans se considérer comme un artiste. Aujourd’hui âgé de 86 ans, il travaille toujours, continuant à utiliser tout ce qui lui tombe sous la main, de préférence vieux tuyaux, ficelles, planches, cartouches, boîtes diverses, ampoules et tubes électriques, poignées et manettes, tissus, cuir, plastiques qu’il amalgame et qu’il fixe avec du scotch ou du fil de fer.

Le Musée d’Art Brut de Montpellier est fier d’exposer le « Grand » parcours créatif de ce « Petit » bonhomme, reconnu aujourd’hui dans le monde entier. Le public pourra apprécier notamment une installation de grande envergure « La Station Spatiale Mir» réalisée dans les années 1999-2000 et qui vient d’être exposée récemment au CNES à Paris."Laurent Danchin Historien, critique d’art

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS : "ANDRE ROBILLARD, SES FUSEES ET SES FUSILS ou COMMENT UNE ŒUVRE PEUT BOUTER UN CREATEUR HORS DE CHEZ LUI…" Site : http://jeaninerivais.fr Rubrique ART brut. CE TEXTE A ETE PUBLIE DANS LE N° 73 TOME 1 DE MARS 2003 DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA.

Exposition d’avril à septembre 2017 

 

********************

MONTPELLIER :

MUSEE MONSEIGNEUR FABRE : 39, Boulevard Bonne nouvelle, 34 000 Montpellier. Mardi/Dimanche : 10h/19h. Fermé le lundi. Ouvert les 14 juillet et 15 août.

*******************

MORLAIX : 

MUSEE : Place des Jacobins, 29600 Morlaix. Tél : 02.98.88.07.75. 

********************

NOYERS SUR SEREIN :

MUSEE DES ARTS NAÏFS ET POPULAIRES : 25, rue de l'église, 89310 Noyers-sur-Serein.

Tél. : 03.86.82.89.09

** 1er octobre au 31 mai : Week-ends, jours fériés et vacances scolaires (toutes zones) de 14H30 à 18H. / Juin et Septembre TLJ. sauf mardi : 11H/12H30 et 14H/ 18H. Juillet et Août TLJ. sauf mardi :10H/ 18H30.

Fermeture hebdomadaire : le mardi / Fermeture annuelle : Janvier.

********************

PERPIGNAN : 

MUSEE D'ART HYACINTHE RIGAUD : 21 rue Mailly, 66000 Perpignan. Tél : 04.68.66.19.83.

Du 1er octobre au 31 mai : 11 h 00 – 17 h 30, fermeture le lundi.

Du 1er juin au 30 septembre : 10 h 30 – 19 h 00, ouvert tous les jours.

Deux nocturnes hebdomadaires en juillet et août : les jeudis et vendredis, ouvert jusqu’à 21 h 00.

**** PICASSO, LE CERCLE DE L'INTIME (1953-1955)

" Le Musée d’art Hyacinthe Rigaud ouvre à nouveaux ses portes en juin 2017, dévoilant au public l’intégralité de l’hôtel de Lazerme.

C’est le bouillonnement artistique autour de ses anciens propriétaires, Jacques et Paule de Lazerme,  que cette exposition inaugurale se propose de saisir, retraçant pour la première fois la chronologie des séjours de Pablo Picasso dans l’hôtel particulier de la rue de l’Ange, entre 1953 et 1955.

La période des séjours perpignanais correspond à une rupture à la fois personnelle et esthétique dans la vie de Picasso. A la frontière de la France et de la Catalogne, Perpignan joue pleinement dans l’œuvre et la vie du Maître ce rôle de passage d’un état à un autre.

Eduard Vallès Pallarès, historien de l’art et spécialiste de l’œuvre de Picasso, assure le commissariat de l’exposition.

Celle-ci bénéficie du soutien et de la dynamique du projet « Picasso Méditerranée », initié par le musée Picasso-Paris qui fédère de nombreuses initiatives sur l’ensemble du pourtour méditerranéen.

Des prêts exceptionnels

L’exposition est conçue comme une galerie de portraits. Le visiteur découvre l’entourage de Picasso, ses proches et amis, accueilli dans leur demeure par le comte et la comtesse de Lazerme.

L’album souvenir des vacances perpignanaises de Picasso

L’exposition présente également la chronique photographique de Picasso à Perpignan, avec une série de clichés inédits. Le visiteur suit Picasso , avec ses enfants et ses amis, dans les rues de Perpignan.

La Ville de Perpignan a acquis une partie du fonds Raymond Fabre, photographe installé au rez-de-chaussée de l’hôtel de Lazerme au cours des années 50 et qui a eu le privilège de saisir les déambulations de Picasso dans les rues de la cité, ses visites à Sant-Vicens auprès de Firmin Bauby.

Picasso inédit

Enfin, l’exposition présente un important volet documentaire, riche des lettres et des dessins qui révèlent le lien entre l’artiste et la ville, au travers de l’amitié unissant deux familles." (NDM)

Exposition du 25 juin au 5 novembre 2017

********************

PONT-SAINT-ESPRIT :

MUSEE D'ART SACRE DU GARD : 2 rue Saint-Jacques, 30130 Pont-Saint-Esprit, Tél : 04 66 39 17 61. TLJ. sauf lundi

Juin et septembre : de 10 à 12 h et de 14h à 18 h.

Juillet et août : de 10h à 12 h 30 et de 15h à 18 h 30.

********************

RIOM : 

MUSEE MANDET : 14 rue de l'Hôtel de Ville, 63200 Riom. Tél : 04.73.38.18.53. 9h/12h et 14h/17h30.

********************

ROCHECOUART :

MUSEE DEPARTEMENTAL D'ART CONTEMPORAIN : Château, Place du Château. 87600 Rochechouart. Tél : 05.55.03.77.77. TLJ. sauf mardi : 10h/12h30 et 13h30/18h.

Du 1er octobre au 15 décembre, TLJ. sauf le mardi : 10h/12h30 et 14h/17h.

Fermé du 15 décembre au 1er mars.

**** Stephan Balkenhol, Eduardo Basualdo, Christian Boltanski, Julien Dubuisson, Rineke Dijkstra, Douglas Gordon, Mona Hatoum, Lydie Jean-Dit-Pannel, Valérie Jouve, Suzanne Lafont, Wolfgang Laib, Claude Lévêque, Steeve McQueen, Annette Messager, Lucien Murat, Hassan Musa, Gabriel Orozco, Giulio Paolini, Giuseppe Penone, Agathe Pitié, Michelangelo Pistoletto, Arnulf Rainer, Sophie Ristelhueber, ,Thomas Ruff, Lázaro  Saavedra, Carolee Schneemann, Kiki Smith, Laure Tixier, Patrick Tosani, Sarah Trouche, Jeff Wall. : "Digérer le monde"

Vernissage le vendredi 24 février 2017 à 17h30

Exposition du 25 février au 11 juin 2017

********************

ROUEN :

MUSEE DES BEAUX-ARTS : Esplanade Marcel Duchamp, 76000 Rouen. Tél : 02 35 71 28 40. Lundi/Dimanche : 10h/18h. Fermé le mardi.

********************

ROUEN :

MUSEE FLAUBERT ET D'HISTOIRE DE LA MEDECINE : 51 rue de Lecat, 76000 Rouen, Tél. : 02 35 15 59 95. Mardi : 10h/18h. Mercredi, jeudi, vendredi et samedi : 10h/12h et 14h/18h. Fermé dimanche, lundi et jours fériés.

********************

RUEIL-MALMAISON :

MUSEE NATIONAL DES CHATEAUX DE MALMAISON ET BOIS-PREAU : Avenue du château de Malmaison, 92500 Rueil-Malmaison. Tél : 01.41.29.05.57. TLJ. sauf mardi : 10h-12h30 et 13h30/17h45. Samedi et dimanche : 10h/12h30 et 13h30/18h15.

********************

SAINT-FLORENTIN : 

MUSEE DE FLORENTINOIS : Rue Gaston Gallimard 89600  St Florentin. Tél : 03 86 56 39 37. Jusqu'au 30 avril : Lundi/Jeudi :  10 h /12h et  14 h - 17 h - Samedi et dimanche : 14h30/17h30 

En mai : Lundi/Jeudi : 10 h/12 h et 14 h/18 h - Samedi et dimanche : 14 h  - 18 h 

********************

SAINT-LOUP : 

MUSEE DE LA MACHINE AGRICOLE ET DE LA RURALITE : 9 rue du Maître des Forges, 58200 Saint-Loup. Tél : 03.86.39.91.41. TLJ. sauf mardi : 10h/12h et 14h/18h.

****** 6 artistes présentent leurs œuvres : "Féminités plurielles".

**** Parmi les exposantes : ADELINE GIRARD : Peintures.

Exposition du 6 mai au 11 juin 2017.

 

********************

SAINT-PAUL-DE-VENCE :

FONDATION MAEGHT : 623, chemin des Gardettes, 06570 Saint-Paul-de-Vence,Tél. : 04 93 32 81 63.

**** EDUARDO ARROYO :  « Dans le respect des traditions » : Peintures

 

"En 2017, Eduardo Arroyo investira les cimaises de la Fondation Maeght. Considéré comme l’un des grands artistes espagnols de sa génération, Eduardo Arroyo dépeint l’humanité à travers des jeux d’images dont l’origine est tant la société que l’Histoire, l’histoire de l’art ou de la littérature. Il le fait avec une vérité et un humour qui se jouent des scénographies mythologiques ou politiques. Il utilise la narration par fragment, avec goût du paradoxe, et livre une œuvre picturale extrêmement construite et faisant preuve d’une liberté constante. Également écrivain, Eduardo Arroyo a choisi avec un soin particulier, mariant l’absurde et l’ironie, le titre de l’exposition à la Fondation Maeght, « Dans le respect des traditions ».

La Fondation Maeght propose un parcours thématique d’œuvres réalisées depuis 1964, composé de tableaux célèbres et de peintures inédites dont une série de toiles réalisées spécialement pour cette exposition. Elle présente aussi de nombreux dessins, un ensemble de sculptures, dont des « pierres modelées » et des assemblages, entre fiction et réalité, comme une série de têtes hybrides. Spectaculaire par sa diversité de matières, par la profusion de personnages, par son éventail de couleurs, l’accrochage met aussi en scène des petits théâtres comme celui autour du tableau l’Agneau Mystique ou celui du Paradis des mouches, royaume des vanités.

 

Rattaché au courant de la Figuration narrative qui se développe en Europe dans le début des années 1960, Eduardo Arroyo est un artiste solitaire. Héritier de Picabia, il refuse toute esthétisation complaisante de l’art et des images. Il défend l’exemplarité de l’œuvre. Il veut que sa peinture soit accessible au plus grand nombre. Ses toiles sont peintes en aplats, mais il emploie aussi fréquemment une composition tributaire du collage. Il exécute également des sculptures pour lesquelles il manie la terre cuite, le fer, la pierre, le plâtre ou le bronze. L’usage du « non sense », de l’illogisme, en fait un héritier direct de Lewis Carroll et de l’humour noir.

 

Eduardo Arroyo utilise les images produites par nos sociétés. Il s’en est toujours servi pour démontrer l’efficacité de l’art contre les idéologies, notamment lorsqu’il quitte l'Espagne franquiste en 1958 pour s’exiler à Paris. Il réalise des peintures d’histoire(s), désacralise les personnalités politiques et use, comme il l’entend, des grands héros ou des personnages de pouvoir" (NDM)

Exposition du 1er juillet  au 19 novembre 2017.

 

********************

SAINT-SEVER EN MOUSTIER :

LES NOUVEAUX TROUBADOURS : LE MUSEE DES ARTS BUISSONNIERS :12370 Saint Sever du Moustier. Tél : 05 65 99 97 97.

********************

SAULIEU :

MUSEE FRANCOIS POMPON : 3, place du docteur Roclore 21210 Saulieu. Tél : 03 80 64 19 51

du 1er avril au 30 septembre : Lundi : 10h/12h30. Mercredi/Samedi : 10h/12h30 et 14h/18h. Dimanches et fériés : 10h30/12h et 14h30/17h.
du 1er octobre au 31 décembre et du 1er mars au 31 mars : Lundi : 10h/12h30. Mercredi/Samedi : 10h/12h30 et 14h00/17h30. Dimanches et fériés : 10h30/12h00 et 14h30/17h.
Fermé le lundi après-midi et le mardi, le 1er Mai et le 25 Décembre
Fermeture annuelle : janvier - février

********************

SETE :

CENTRE REGIONAL D'ART CONTEMPORAIN /SETE : 26 quai Aspirant Herber, 34200 Sète. Tel : 04 67 74 94 37. TLJ. : 12h30/19h. Fermé le mardi. Week-end : 15h/20h.

********************

TOULON : 

HOTEL DES ARTS  : 236 Boulevard Général Leclerc, 83000 Toulon. Tél : 04 94 91 69 18. Mardi/Dimanche : 10h/18h. Fermé les lundis et 1er janvier / 1er mai / 25 décembre. Entrée libre.

********************

TOULOUSE :

ESPACE ECUREUIL : Fondation d'entreprise pour l'art contemporain : 3, place du Capitole, 31000 Toulouse. Tél : 05 62 30 23 30. Mardi/Samedi : 11h/19h30 et le premier dimanche du mois : 15h/19h30.

*******************

TOULOUSE :

MSR : MUSEE SAINT-RAYMOND, MUSEE DES ANTIQUES : 1, Place Saint-Sernins, 31000 Toulouse. Tél : 05.61.22.31.44. TLJ. : 10h/18h et juin/Septembre : jusqu'à 19 heures.

***** Le Vase qui parle

Si les vases grecs pouvaient parler, quelles histoires nous raconteraient-ils ? Des histoires de dieux, de déesses, de héros, de guerriers valeureux à n’en pas douter ! Le Vase qui parle en est une belle illustration. Il s’agit en effet de la reproduction géante d’une rare céramique grecque du VIe siècle avant notre ère, conservée au Palais des Beaux-Arts de Lille, sur laquelle sont représentés des sujets liés à la guerre de Troie : Jugement de Pâris et combats guerriers. 

Ces scènes ne sont pas décryptables aisément par tout un chacun, il faut avoir des clés pour le faire. Avec Le Vase qui parle, plus de problème ! Il vous dit tout de lui : qui sont les personnages qui le décorent, que sont-ils en train de faire et pourquoi, comment sont-ils habillés, que sont les objets qu’ils tiennent ? 

Ce dispositif numérique innovant, conçu par l’université Lille 3, contribue à diffuser et transmettre les savoirs au plus grand nombre. Il occupe le cœur de cette exposition et constitue une opportunité de présenter quelques vases grecs de la collection du musée, exceptionnellement sortis des réserves. Tandis que le vase original, rarement visible, est généreusement prêté par le musée de Lille pour une émotion encore plus forte. 

Un espace ludique et créatif permet, au jeune public comme aux adultes, de compléter cette immersion dans la mythologie grecque. 

Le Vase qui parle a été conçu par l’Université Lille 3 et Devocité, porté par le Service commun de la documentation de Lille 3 avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, dans le cadre de l’appel à projets 2012 « Services numériques culturels innovants ». Il a également été lauréat désigné par Pictanovo de l’édition 2012 d’« Expériences Interactives ». (NDM)

Exposition du 4 mars au 17 septembre 2017.

**** JUPITER

"Moi, fidèle aigle de Jupiter, mais aussi symbole de la puissance de ce plus grand des dieux, j'en appelle à ta concentration ! 

Car j'ai trois minutes pour te raconter cette histoire avant que le gardien du 2ème étage du MSR ne revienne vers nous (tu vas voir je tape à la vitesse de l'éclair, autre attribut de mon roi de l'Olympe). 

Lorsque tu connaîtras notre histoire, tu ne regarderas plus cette sculpture de Jupiter comme celle d'un nain de jardin en mal de condition physique. 

En 1902, mon Jupiter a été mis au jour par un ouvrier qui pelleversait un champ de luzerne situé sur la commune d’Avignon-et-Lauragais. Après 2000 années passées sous terre, ce retour à la lumière fut très violent, puisqu'un coup de bêche lui détacha la tête. Le XXe siècle correspondant à la préhistoire de l'informatisation des vestiges, après un communiqué édité en 1903 par la Société Archéologique du Midi de la France, mon Jupiter et moi sommes retombés dans l'anonymat des collections privées... 

Mais en 2011, un beau jour, ou peut-être une nuit (compte tenu du décalage horaire), nous sommes arrivés chez Sotheby’s à New York ! C'est ma présence au pied droit de mon maître qui provoqua une erreur d'identification et notre statue fut étiquetée Soldat français de la fin du XVIIIe siècle ou soldat napoléonien… L'Amérique c'est loin de la France ! 

Heureusement, dès qu'il nous vit, le vice-président du département des Antiquités chez Sotheby’s sut nous rattacher à la période romaine en tant qu'œuvre provinciale imitant les grands modèles copiés et diffusés par Rome". (NDM)

********************

TOURS :

CHATEAU DE TOURS : 25 Avenue André Malraux, 37000 Tours . Tél : 02 47 61 02 95 Mardi/Vendredi 14h/18 h - Week-end 14h15/18h.

**** JUDITH WOLFE : "Eclats polychromes" : Peintures.

Vernissage le jeudi 18 mai à 18h30.

Exposition du 19 mai au 20 août 2017.

 

********************

TROYES :

MUSEE D'ART MODERNE : 14 Place Saint-Pierre, 10000 Troyes. Tél : 03.25.76.26.80. TLJ sauf lundi : 1er avril / 31 octobre : 10h/13h et 14h/18h. // 1er novembre / 31 mars : 10h/13h et 14h/17h.

**** UN AUTRE RENOIR.

" À l’été 2017, le peintre Pierre-Auguste Renoir sera à l'honneur dans l’Aube en Champagne. L'ouverture au public de la « Maison Renoir » à Essoyes, au cœur du vignoble de la Côte des Bar, et l’exposition-événement « Un autre Renoir » présentée au musée d'Art moderne de Troyes seront les points d’orgue d’une riche programmation, rythmée par de nombreux rendez-vous artistiques et ludiques proposés aux curieux et amateurs.

 Avec l’ouverture de la maison familiale des Renoir, Essoyes offrira une offre complète à ses visiteurs, permettant de se familiariser avec le maître et ses sources d’inspiration, et de mieux apprécier son processus créatif. Sous l’impulsion de la commune d’Essoyes, qui consacre d’ores et déjà un large programme culturel,- réunissant un parcours immersif et pédagogique, un film et la visite de l’atelier du peintre -, à son célèbre habitant Pierre-Auguste Renoir, c’est tout un département qui s’engage pour célébrer le peintre, en 2017.

Cette tranquille demeure de village, qui était restée propriété des descendants Renoir jusqu’en 2013, a, grâce à la volonté de la mairie et avec le soutien de la Fondation du Patrimoine, subi une complète restauration// rénovation qui s’est attachée à conserver l'authenticité du bâtiment, à préserver l’âme du lieu, son esprit familial et sa dimension « inspiratrice ». Né en 1841, c’est en 1896 que le peintre achète son premier bien (s’installe) à Essoyes,- commune natale de son épouse née Aline Charigot -, où il trouve quiétude et sérénité, autour du bonheur de retrouvailles familiales, et de multiples sujets pour nourrir son travail : un bourg empreint de charme et d’authenticité, les paysages, l’église, les modèles…

Pour accompagner cet événement, la ville de Troyes consacre une large exposition à Pierre-Auguste Renoir dans son Musée d’Art moderne, du 17 juin au 17 septembre 2017. Se composant d’une cinquantaine d’œuvres issues majoritairement de collections publiques françaises, celle-ci propose une relecture de la carrière de l’un des artistes français majeurs des XIXe et XXe siècles. Son parcours thématique interrogera le mythe qui s’est construit autour de Renoir et permettra aux visiteurs de redécouvrir son œuvre au travers de sujets peu connus telle la nature morte, l’influence d’Essoyes sur sa peinture ou encore son œuvre sculptée." (NDM)

Exposition du 17 juin au 17 septembre 2017.

********************

VALLAURIS :

MUSEE MAGNELLI : Musée de la Céramique, Place de la Libération, 06220 Vallauris. Tél. 04 93 64 71 83

TLJ. sauf mardi. En hiver : 10h/12h et 14h/18h. En été (juillet-août) : 10h/12h30 et 14h/18h30.

********************

VALLAURIS :

MUSEE NATIONAL PICASSO : Place de la Libération, 06220Vallauris. Tél : 04.93.64.71.83. TLJ. sauf mardi et 1er mai : 10h/12h15 et 14h/17h.

********************

VEZELAY : 

MUSEE ZERVOS : rue Saint-Étienne 89450 Vézelay. Tél. 03 86 32 39 26

Ouverture du 15 mars au 15 novembre : 10 h/18 h  (dernières entrées à 17 h 20).TLJ. sauf le mardi (juillet et août: tous les jours)

**** DE L'USAGE DE LA GRAVURE ET DU POCHOIR AUX ÉDITIONS CAHIERS D'ART.

" Christian Zervos découvre l'édition d'art chez Albert-Morancé. De 1923 à 1926, il y lance deux publications trimestrielles en feuilles : Les Arts de la Maison et L'Art d'Aujourd'hui.

En 1926, il crée sa propre maison d'édition avec la revue Cahiers d'art et entreprend des monographies des artistes contemporains Matisse, Picasso, Miró, Arp, Dufy...

Le musée Zervos présente ainsi dans la Maison du jardinier, jusqu'au 15 juin, une sélection d’oeuvres, de livres et de documents qui témoignent de l'usage de ces gravures, pochoirs, aquarelles originaux qui illustraient les Cahiers d'art.

Le logis principal du musée accueille également un accrochage d'une grande richesse : De l'assassinat de la peinture à la céramique de Joan Miró, Composition de Willi Baumeister, ou encore Minotauromachie et Faune dévoilant une dormeuse de Pablo Picasso." (NDM)

Exposition jusqu'au 15 juin 2017

********************

VICQ-SUR-BREUILH :

MUSEE ET JARDINS CECILE SABOURDY :

Le Presbytère. rue Chavaud - 87260 Vicq-sur-Breuilh. Tél : 05 55 00 67 73. Mardi/Samedi :  10h/12h et 14h/18h. Dimanche: 14h/18h.

**** ROSE-MARIE LORTET : Sculptures textiles.

          "Au fil de la vie, Marie-Rose Lortet nous indique son chemin particulier, reflet des mailles de ses jours, incitant nos connexions neuronales vers le complexe tissage qu'est la mémoire. Dans son travail, on retrouve l'instantané du regard qui transparaît aussi dans les poèmes de Kandinsky (klânge) et ceux de J. Prévert, portant un regard sur des images de couleurs qui semblent naïves, mais ou le sujet et les petits moments de la vie quotidienne établissent de véritables trésors structurels.

Tout peut être tissé ! Peu importe le matériel, un nid d'oiseau, c'est la poésie magistrale du tissage et de la récupération. Chanvre, plastique, épluchure, fil électrique, papiers de chocolats, fil de fer des bouchons de Champagne, pour Marie-Rose Lortet, tout est le résultat d'un long procédé de fermentation créative ou toute chose, à un moment ou à un autre, resurgira, et sera utilisée.

Elle passe son temps en faisant des tresses. Il n'est pas rare de la rencontrer dans un transport en commun avec du fil dans les mains ; elle ne tue pas le temps, elle le gagne, elle l'élabore, elle le prépare, elle le tresse. Jean Dubuffet eut du flair lorsqu’en 1969, il s'intéressa et encouragea cette petite Alsacienne à la chevelure de sainte Marie-Madeleine.

Aux prémices de la naïveté et de la jeunesse s'élaborent « les masques » pour effrayer et calmer les mauvais esprits de l'inconnu. S'ensuivent les longues épopées des « territoires de laines » où les mailles par accumulations formèrent soudain des boursouflures, des excroissances, naquirent « des montagnes dévoreuses de fenêtres… » les araignées ne font pas de fausse maille. Débuta alors, l'époque des fenêtres, petites constructions délicates où se mêlent l'ancien et le nouveau pour nous offrir d'autres horizons. Puis s'érigèrent les sublimes architectures de fils : "paysage cérébral ", architectures de nuages, matérialisation des associations mentales, oeuvres rares dans l'histoire de la sculpture car peu d'artistes ont travaillé ainsi l'intelligence du vide avec autant de brio. C'est la "sculpture réinventée ", où l'on oublie la masse matière pour laisser place à l’âme. Ce n'est ni le poids ni la mesure qui fait l'œuvre sinon l'espace qu'elle nomme, par ses vides. La poésie première des mémoires de la rétine.

Avec la maîtrise la plus précieuse et l'acquis de tant d'écritures textiles, elle passe des grands formats aux miniatures en « tricotant à l'épingle » des habits bigarrés pour les rêves inouïs des souris oubliées et chassées de nos demeures. Souris des champs en habits de ville. Vêtements de pluie pour des souris aviateurs.les mimiques sont des clins d'oeil qu'elle fait à son époux Jacques Lortet (1 946/2005) unis dans le trait millénaire du pinceau et de l'ajout de la mimique de fils. La trace de l'intention picturale, rehaussée d'un sourire.

Avec « les petits Fragonards » les personnages semblent s'évader hors du cadre. Le personnage devient principal, il s'échappe, plus défini que jamais ; comme réalisé. Ce qui, autrefois, se perdait, se confondait dans un décor onirique et enfantin, aujourd'hui se dessine et s'émancipe vers une nouvelle maturité. Dans les mains de cette artiste particulière, tout peut être tissé, cousu, tressé, emmêlé.

Ariane ne devrait donc pas trop laisser traîner son fil car au hasard d'une rencontre avec Marie-Rose Lortet celle-ci risquerait de s'en emparer, et de multiplier les possibilités de trouver un chemin vers la liberté." Aurélien Lortet 

VOIR AUSSI : TEXTE DE JEANINE RIVAIS  : N° 72 TOME 1 DE FEVRIER 2003 DU BULLETIN DE L'ASSOCIATION LES AMIS DE FRANCOIS OZENDA. 

 

Et : : http://jeaninerivais.jimdo.com/ Rubrique ART SINGULIER.

Exposition du 20 janvier au 11 juin 2017.

********************

VILLE-EVRARD et NEUILLY-SUR-MARNE :

SERHEP : Musée d’Art et d’Histoire de la Folie et de la Psychiatrie à VILLE-EVRARD :

ARCHIVES DE PARIS : CG93, MHV de Montreuil, EPS Ville-Evrard.

VISITES : 202, Avenue Jean Jaurès, Neuilly-sur-Marne, Tél : 01.43.00.60.20. et RDV groupes. Tous les vendredis : 14h/18h.

********************

VILLENEUVE D'ASCQ :

LaM : Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut : 1 allée du Musée, 59650 Villeneuve d’Ascq. www.musee-lam.fr T. : +33 (0)3 20 19 68 68. Mardi/Dimanche : 10h/18h. Fermeture les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

 

**** ANDRÉ BRETON ET L’ART MAGIQUE : UNE EXPOSITION DES 40 ANS DU CENTRE POMPIDOU

"Autour d’une grande exposition qui célèbre les 40 ans du Centre Pompidou, consacrée au chef de file du mouvement surréaliste, André Breton et l’art magique, le LaM vous donne rendez-vous dans son parc transformé, animé et habité par les artistes. L’occasion de partager d’agréables moments lors d’événements gratuits conçus pour vous faire passer un été pas comme les autres avec un week-end d’ouverture pour tous sur le thème de la danse et, pendant tout l’été, une programmation alléchante un week-end sur deux : bal populaire, nuit des étoiles, cinéma en plein air, concerts, spectacles, ateliers en famille…

ET, DANS LA « GALAXIE BRETON », DEUX ACCROCHAGES EN LIEN AVEC L’EXPOSITION

• YÜKSEL ARSLAN – 24 Juin au 15 Octobre 2017

JEAN DUBUFFET. UN DON EXCEPTIONNNEL – JUSQU’AU 5 Novembre 2017

 

• WEEK-END D’OUVERTURE DE L’ÉTÉ AU LaM : SAMEDI 24 ET DIMANCHE 25 JUIN 2017

Deux jours festifs sous le signe de la danse avec une sieste électronique, un grand pique-nique collectif dans le parc du musée, un spectacle, des visites commentées, un workshop « danse et arts visuels », la projection du ballet Parade, un atelier de sérigraphie…

 

• GRAND BAL POPULAIRE : JEUDI 13 JUILLET 2017, DE 18 H À 22 H 30

Une soirée ébouriffante concoctée par la Bâronne de Paname avec jeux de foire, restauration sur place, ateliers familles, visite des collections et bal avec Le Petit Orchestre Parisien, Les Titis de Bastille, Mamzelle Viviane et Philou !

 

• NOCTURNE FLAMENCO : SAMEDI 29 JUILLET 2017

Une soirée tout en technicité, virtuosité et émotion. Olé !

 

• NUIT DES ÉTOILES : SAMEDI 12 AOÛT 2017

Passez une nuit inoubliable et pleine de poésie dans le parc du musée !

 

• NOCTURNE CINÉMA EN PLEIN AIR : SAMEDI 26 AOÛT 2017

Visite libre du musée et atelier de sérigraphie précèdent une séance de cinéma en plein air dans le parc du musée.

 

• WEEK-END DE CLÔTURE DE L’ÉTÉ AU LaM / JOURNÉES DU PATRIMOINE : SAMEDI 16 ET DIMANCHE 17 SEPT. 2017

Deux jours de visites libres ou guidées et d’ateliers pour les familles, avec le samedi soir, un concert en peinture exceptionnel du musicien Pascal Comelade et de l’artiste Hervé Di Rosa !

Exposition du 24 juin au 18 septembre 2017.

********************

VITRY-SUR-SEINE :

MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne : Place de la Libération, 94400 Vitry-sur-Seine. Tél. : 01 43 91 64 20. TLJ. sauf le lundi. : Mardi/Vendredi : 10h/18h. / Samedi et Dimanche : 12h/19h. Clôture des caisses 30 minutes avant la fermeture du musée. Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Le jardin Ouvert tous les jours sauf le lundi : Mardi/Vendredi : 9h/18h. Week-end : 9h/19h.

**** Soufiane Ababri, Mathieu Kleyebe Abonnenc, Lawrence Abu Hamdan, Adam Adach, Nirveda Alleck, Francis Alÿs, Giulia Andreani, Fayçal Baghriche, Sammy Baloji, Raphaël Barontini, Taysir Batniji, Sylvie Blocher, Martin Bureau, Ali Cherri, Claire Fontaine, Steven Cohen, Bady Dalloul, Jonathas De Andrade, Morgane Denzler, Jimmie Durham, Ninar Esber, Esther Ferrer, Karim Ghelloussi, Marco Godinho, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Mona Hatoum, Maryam Jafri, Katia Kameli, Jason Karaïndros, Bouchra Khalili, Kimsooja, Kapwani Kiwanga, Will Kwan, Lawrence Lemaoana, Mehryl Levisse, Violaine Lochu, Melanie Manchot, Lahouari Mohammed Bakir, Kent Monkman, Malik Nejmi, Nguyen Trinh Thi, Otobong Nkanga, Harold Offeh, Daniela Ortiz, Alicia Paz, Adrian Piper, Présence Panchounette, Pushpamala N, Athi-Patra Ruga, Zineb Sedira, Yinka Shonibare MBE, Société Réaliste, Tsuneko Taniuchi, Erwan Venn, James Webb, Sue Williamson, Chen Zhen : "Tous des sang-mêlés".

" Cette exposition réunit une centaine d'œuvres d'une soixantaine d'artistes internationaux autour de déconstructions et mises en question des identités culturelles. Comment se construit-on par rapport à la langue, au territoire, à la famille, à l'Histoire et sa narration, aux stéréotypes ?

« Tous, des sang-mêlés » met en espace des éléments d'un terrain du commun, où les altérités se déploient ensemble et en regard les unes des autres.

Une exposition qui s’ancre dans l’actualité, autour de questionnements qui agitent le monde ! " (NDM)

Vernissage le vendredi 21 avril 2017, à partir de 18h30

Exposition collective du 22 avril au 3 septembre 2017

 

****EUSTACHY KOSSAKOWSKI : « 6 mètres avant Paris »

"Photoreporter en Pologne à partir de 1957, Eustachy Kossakowski émigre à Paris en 1970 et se tourne vers une photographie plus objective. Peu après son arrivée en France, en 1971, pendant quelques mois, Eustachy Kossakowski (Varsovie, 1925 - Paris, 2001) suit à pied la frontière indécise qui sépare Paris de ses banlieues. Un à un, il fixe sur la pellicule les 157 panneaux qui entourent la ville à son entrée, sur sa limite administrative, aux points de convergence des rues de la banlieue et des rues parisiennes. Ces panneaux sont tous photographiés de face, centrés et à six mètres de distance. Cette règle stricte, éliminant toute volonté esthétisante, révèle une réalité changeante et hasardeuse, et donne à voir une vue singulière sur Paris." (NDM)

Exposition d'Eustachy Kossakowski du 22 avril au 28 mai 2017

 

********************