LES COMMENTAIRES ILLUSTRES OU LES ILLUSTRATIONS COMMENTEES DE ROLAND ROQUAIS ALIAS ROCKENROL

*****   

Les œuvres de Roland Roquais sont-elles de la peinture commentée, ou des commentaires illustrés ? Assez proches de l'esprit de la BD, peut-être peut-on dire aussi  que ce sont des peintures bavardes ? Ou des bavardages illustrés ? En tout cas, il semble bien que, pour chacune de ses œuvres, le commentaire dont il est toujours l'auteur ait autant d'importance que la peinture ? d'ailleurs, souvent les visiteurs s'arrêtent pour lire les commentaires. Se demandant s'ils corroborent ce qu'il a peint ? Font redondance ? Sont en opposition ?... Ou sont simplement indépendants des tableaux peints?  Finalement il s'avère qu'il associe image et texte, mais que la plupart des textes pourraient être des titres ! 


Au premier abord, la réaction de ces visiteurs est de jubilation face à l'humour qui leur saute aux yeux ! Car il y a une forte dose de dérision dans les œuvres de Roland Roquais, ne serait-ce que son pseudonyme tiré peut-être d'une expression assez récente, "Cette situation est vraiment rock'n' roll", qui est synonyme de l'expression de naguère : "olé olé", "osée" voire "choquante" ! Quant à l'œuvre, si l'amusement est le premier sentiment éprouvé, c'est parce que, sous des dehors bonhommes, chaque tableau est dessiné avec la plus grande précision, les contours des personnages sont comme "écrits" à la plume, l'ensemble du tableau immédiatement appréhendable dans son entièreté. 

Mais ces œuvres n'ont rien de gratuit, car Roland Roquais aborde à tour de rôle :

** La religion, notamment avec "Sainte Précarité" aux caractères tout à fait spécifiques : présentée en prière, comme se doit de l'être une sainte, mais tatouée des pieds au haut du cou ; et entourée d'une auréole de… têtes de morts  ! ici, nul émerveillement possiblement venu de l’extérieur, nul pastoralisme, nul merveilleux, nulles fioritures : la relation concise, précise d’un fait (la prière), un scénario bref et hyper-figuratif  en une exécution lourde de sens  ! D'autant que sous ses aspects religieux, ce tableau, par son titre même, emmène vers…

** Des problèmes sociétaux ! La précarité, les "intermutant(s) du pestacle", "Les raisins d'la couleur" ; tous thèmes détournés, mais vécus par chacun dans un passé récent ou au quotidien.

**Le racisme, aussi, avec "Breiz Africa" où une Bigoudène enlace une Africaine…

** La "Kulture" enfin, un peu ringarde peut-être, qui le fait passer à l'anglais lorsqu'il voudrait raser son Punk coiffé d'une "banane" démesurée comme dans les années 80 ! Ou reprenant à plusieurs reprises le thème des orchestres gitans ("Gipsy Punk")…

Et, fort de  toutes ces allusions "sérieuses", il joue dans le décoratif, cernant de pointillés, arabesques, festons et tirets… ses personnages toujours placés au centre. 

Concluant tous ces thèmes par des admonestations catégoriques : "Les Bourgeois, c'est comme les cochons" et surtout : "Lâchez rien" ! Et il semble bien que tout Rockenrol qu'il soit, Roland Roquais ne lâche rien ! Que ce soit dans ce mouvement de travail créatif qu’il trouve sa propre liberté, qu'il reconnaît sa propre difficulté à vivre. Dans ce monde qui apparemment ne le satisfait pas trop, il paraît avoir trouvé son exutoire :  pour ne pas penser à la mort qu'il "peint" pourtant à plusieurs reprises, il choisit le sourire ! 

Jeanine RIVAIS

CE TEXTE A ETE ECRIT EN JUILLET 2015, APRES LE FESTIVAL DE MONTPELLIER, "SINGULIEREMENT VOTRE".