NE PAS AVOIR POUR DEUX SOUS DE JUGEOTE

********************

Ne pas avoir (pour) deux sous de jugeote : Manquer sérieusement de bon sens, de discernement

Ne pas être très intelligent

 

Origine

On trouve le mot "jugeote" pour le première fois en 1871 dans la correspondance de Gustave Flaubert[1].

Tout comme on peut dire "tremblote" pour "tremblement, Flaubert est parti du mot "jugement" dont il a remplacé la fin par le suffixe diminutif "-ote".

 

Le jugement, c'est ici, comme nous dit le Robert : "la faculté de l'esprit permettant de juger (plus ou moins bien) des choses qui ne font pas l'objet d'une connaissance immédiate certaine, ni d'une démonstration rigoureuse", faculté qu'on associe généralement à l'intelligence ou à la capacité de raisonnement.

Au point que quand on dit de quelqu'un qu'il n'a pas de jugeote, c'est plus souvent pour dire qu'il est un imbécile.

 

Alors dire d'une personne qu'elle n'a pas (pour) deux sous de jugeote, c'est affirmer qu'elle en a tellement peu que, si on devait payer pour l'obtenir, on n'en donnerait même pas deux misérables sous (le "pour" actuellement souvent escamoté introduit la somme qu'on serait prêt à débourser "pour" cette chose, tout comme vous pourriez dire à votre poissonnier, par exemple, "mettez-moi pour 215,27 euros de pétoncles").

 

Mais le mot "jugeoteur", tombé dans l'oubli, a été utilisé à partir de 1845. Il désignait une personne qui s'autorisait à avoir un jugement sur tout sans avoir pour autant les connaissances ou compétences nécessaires.

 

Non, compote, bergamote, rebelote, homozygote, capote et chypriote ne sont pas construits de la même manière !

"Dans le renvoi de ton laïus, on papote certes, mais on chipote et on mégote : quid du pote despote qui gigote et empote la popote qu’il tripote et tapote à l’envi ? Je la sens mal, ta Jugeote Dernière, là..." Un auteur anonyme

 

Exemple

"Cette nouvelle a provoqué la consternation du beato, je l'ai vu sur l'heure. Je crois qu'il ressentait la même chose que moi. Ces gens-là n'avaient pas pour deux sous de jugeote et ne reconnaissaient pas les exemples donnés par le travail et par la prière".

Claúdio Aguiar - Complainte nocturne - 2005

Compléments

Au milieu du XXe siècle, par plaisanterie basée sur les différents sens du mot du mot "jugement", on a vu apparaître l'expression "passer en jugeote" pour "passer en jugement".