LA SAINT-VALENTIN

*****

Il est, paraît-il, courant, d'entendre dire : "Dis, mon amour, tu sais qu'au final, comme le disait Virgile, l'amour triomphe de tout, de toutes manières…". Or, en réalité,  Virgile avait dit dans ses Eglogues : "L'Amour triomphe de tout, et nous, nous cédons à l'amour" ! L'Amour d'alors, avec une majuscule, était bien sûr Eros, supposément irrésistible ! 

Or, les historiens affirment que la Saint-Valentin n'a rien à voir avec l'Antiquité. Que Les Lupercales, fêtes faunesques, où les Romains rendaient un culte païen à la louve romaine qui avait allaité Romulus et Rémus dans la grotte de "la Lupercal", étaient un hommage à Faunus, dieu de la nature et de la fertilité, appelé également Lupercus.

L'origine réelle de cette fête est attestée au XIVe siècle dans la Grande-Bretagne encore catholique où le jour de la Saint-Valentin du 14 février était fêté comme une fête des amoureux car l'on pensait que les oiseaux choisissaient ce jour-là pour s'apparier. Restée vivace dans le monde anglo-saxon, comme Halloween, cette fête s'est ensuite répandue à travers le continent à une époque récente.

 

On retrouve ce même rapprochement de la Saint-Valentin avec les amoureux dans les poèmes du trouvère Othon de Grandson, vivant en Angleterre, de Chaucer et de son contemporain Charles d'Orléans alors retenu captif en Angleterre qui fait souvent allusion à la Saint-Valentin, jour où les amoureux choisissaient leur partenaire ou renouvelaient leur serment. Allusions, se demande Grandson, faites en souvenir de la "cour d'Amour" que tenait chez elle sa mère Valentine Visconti ?

 

Valentin de Terni fêté le 14 février est désigné par l'Église catholique comme saint patron des amoureux par le pape Alexandre VI qui lui donne ce titre en 1496, ce qui n'empêche pas l'Église de combattre la tradition du valentinage.

 

Les documents sont assez abondants jusque vers le milieu du XIXe siècle pour permettre de constater l'extension de la coutume dans l'aristocratie européenne puis sa diffusion dans le milieu populaire au XVIIIe siècle. Cette coutume ne se déroule pas toujours le 14 février. Au cours de la semaine des valentines, ces dernières reçoivent une lettre de leur valentin qui se propose de les accompagner le jour de la fête des brandons au cours de laquelle, à l’instar des feux de la Saint-Jean d'été ont lieu à des rassemblements, des rondes chantées, des sarabandes et des danses dans la nuit..

La Saint-Valentin est devenue une fête laïque au XXe siècle. Cette confusion des origines explique que la fête religieuse de Saint Valentin ait été rayée du calendrier liturgique romain en 1969 par le pape Paul VI, mais a été conservée dans les calendriers régionaux.